Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

Championnat du Monde de Nacra 17

Le monde est à eux

Sacrés Champions du Monde de Nacra 17 en fin de semaine dernière au Danemark, Billy Besson et Marie Riou se projettent déjà vers les Jeux Olympiques de 2016. Analyse de ce troisième titre et espoirs olympiques avec les deux Français.
  • Publié le : 14/07/2015 - 00:01

Besson Riou troisième titreIls peuvent être fiers ! Billy Besson et Marie Riou viennent tout juste de décrocher un troisième titre mondial.Photo @ Mogens HansenC’est dans la douleur que Billy Besson et Marie Riou sont allés chercher la semaine dernière leur troisième titre mondial en Nacra 17 ; troisième de suite s’il vous plaît. Le plan d’eau d’Aarhus au Danemark était tout sauf simple. Des conditions météo tordues, de la pétole à la baston, des régates annulées, des navigations à rallonge avec le paroxysme d’une journée de régate qui débuta à huit heures du matin pour s’achever à dix heures du soir… Et de surcroît, avec un système de points alambiqué qui leur faisait retirer une manche de deuxième pour conserver les points d’une autre terminée à la 23e place. « Pendant le championnat, il faut essayer de relativiser face à ces impondérables, se souvient Billy Besson avec recul. La météo est identique pour tous ! » « Mais nous avions bien travaillés, reprend Marie Riou. Nous étions très confiants sur notre vitesse.»

Marie RiouMarie Riou, totalement concentrée sur les Jeux de Rio 2016, se verrait bien ensuite à la tête de son propre projet.Photo @ Franck Socha / FFVEt tout cela pour une Medal Race au scénario improbable : « sans aucune marge d’erreur, ajoute Marie Riou, il fallait gagner la régate !» Pourtant, passant la ligne trop tôt, les deux Français sont obligés de revenir couper la ligne. Et, bien que relégués, ils prennent une option ‘’suicide’’ dans le premier bord : « nous partons du mauvais côté du plan d’eau, se souvient Riou. A ce moment-là, on avait perdu le titre et même le podium ! Mais dans ces conditions rien n’était joué.» « Très, très dur à vivre, reprend Besson. On revient quand même sur le paquet à la bouée sous le vent. On fait un super coup tactique au près en repartant sur le bord à droite qui ne nous avait pas réussi pourtant, mais on se fait confiance. Le vent tourne un peu à droite, et nous accrochons nos adversaires principaux et nous revenons troisièmes. Nous sommes passés par tous les stades psychologiques imaginables. De l’abattement au meilleur en moins de quinze minutes car une Medal Race c’est très court. »

Au final, en se classant troisièmes de cette régate, ils décrochaient le titre mondial avec six points d’avance sur leurs dauphins, les Australiens Waterhouse-Darmanin. « Emotionnellement, continue Besson, ce scénario était incroyable. » « Des trois titres, ce fut le plus fort, conclut son équipière. Je n’y croyais pas ! »

Bien évidemment, les regards de l’équipage français sont tournés vers les Jeux de Rio en 2016 même si la prudence les incline à pondérer leur discours, à la manière d’ailleurs tous les athlètes de haut niveau, et ce dans toutes les disciplines. « Nous suivons une philosophie du jour le jour, explique ainsi Besson. On va se concentrer sur les tests de Rio dans un mois puis les Championnats du Monde de 2016 et ensuite seulement les Jeux en essayant de parfaire notre palette de jeu. »

Championnat du Monde Nacra 17 2015A Aarhus (Danemark), les conditions météo étaient particulièrement éprouvantes la semaine dernière pour les Nacra 17, mais les Français se sont bien accommodés de leur étiquette de favoris.Photo @ Mogens HansenReste qu’avec un tel palmarès, une telle aisance sur l’eau, Besson-Riou sont devenus l’équipage de référence aussi bien que le tandem à battre. « Il faut assumer, reprend Besson. Il n’y a pas de problème. Mais on se laissera par faire ! » Le travail qui va avec ? Normal. « Derrière ces victoires, c’est beaucoup d’investissements et de travail de notre part, de la part de l’Equipe de France et de notre entraîneur Franck Citeau. On ne se rend pas compte du travail fourni. C’est en moyenne entre 250 et 300 jours de navigation par an, sans oublier le physique. 300 au début car ensuite les navigations deviennent plus qualitatives. L'hiver, on fait de gros blocs de navigation, entre 4 et 6 heures par jour. »

Le prix de la réussite pour faire partie des meilleures chances de médaille française dans un an sur un support récent puisqu’il sera pour la première fois aux Jeux en 2016… mais qui, paradoxalement, semble déjà daté face aux multicoques volants.

Aucun contact avec la Coupe

Billy Besson, adepte du Flying Phantom, se pose lui aussi la question. « Le Nacra 17 est bon support pour l’olympisme car c’est un bateau très technique et parfaitement adapté aux équipages mixtes. On voit d’ailleurs autant d’hommes que de femmes à la barre et réciproquement. Mais il peut être équipé de foils. Il suffit de trouver les bons stabilisateurs à l’arrière pour le faire voler convenablement au près comme au portant. Actuellement, on se fait un peu peur avec ces engins qui volent car on fait de jolies cabrioles, mais je me dis que dans dix ans les jeunes trouveront cela normal de voler. »

Billy BessonBarreur du Nacra 17, Billy Besson rêve aussi désormais de ""bateaux qui volent"".Photo @ Franck Socha/FFVBateaux qui volent, Coupe de l’America… la liaison est vite faite. Voilà quelques jours, des Internautes de voilesetvoiliers.com réclamaient la présence de Besson sur un projet Coupe de l’America, sachant la proximité des supports mais aussi l’incroyable niveau de la voile olympique. La remarque fait rire le barreur. Jaune ? Allez savoir… « Je n’ai eu aucune sollicitation, explique Besson, bien retenu soudainement. C’est assez rigolo au final… Avec Marie, on aimerait bien essayer de monter sur ces bateaux magnifiques un jour...  Bon, nous devons rester concentrés sur notre objectif (les JO, ndlr). Néanmoins, j’ai eu la chance de croiser Robert Scheidt (deux médailles d’or en Laser aux JO et neuf en Championnat du Monde en Laser et Star, ndlr) qui m’a posé la même question que vous sur la Coupe. Je lui ai répondu que je n’étais pas un grand champion comme lui et que c’était normal que personne ne s’intéresse à moi. Et il m’a dit : ''ça va venir !'' » Marie Riou elle, élude : « pour une femme, il n’y a pas de place de navigant sur la Coupe. En revanche, un projet de solitaire... Le Figaro ? UN équipage féminin de course au large ? Il faudra trouver des projets. Mais pourquoi ne pas changer et devenir maître de mon bateau ! 

Prochain rendez-vous pour Billy Besson et Marie Riou sur le Tour de France à la Voile, Besson rejoignant PRB et Riou, Sodebo. Une parenthèse avant le ‘’test event’’ des JO (8 au 18 août) de Rio puis les Championnats du Monde 2016 de Nacra 17 du 7 au 14 février à Clearwater (Floride, Etats Unis) avant les Jeux Olympiques 2016 (5 au 21 août) au Brésil.