Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

Championnats du monde de voile olympique – Santander 2014

Ils l’ont fait !

  • Publié le : 24/09/2014 - 00:10

Medal race dans le riaLes Medal races (ainsi qu'une partie des manches) se couraient dans le ria, juste devant la ville de Santander et des dizaines de locaux venaient assister aux spectacles depuis les gradins érigés devant l'université.Photo @ Franck Socha FFVoile / www.francksocha.com

Partis à Santander pour valider la qualification olympique du pays dans les dix séries présentes à Rio, les Français ont non seulement rempli leur contrat, mais décroché quatre médailles – dont trois en or.

Trois médailles en planche RS:XJulien Bontemps et Charline Picon décrochent les deux médailles d'or en planche RS:X. Le jeune Thomas Goyard prend le bronze.Photo @ Lionel Cottin FFVoileÀ la veille des hostilités, le discours de Guillaume Chiellino, directeur de l’équipe de France olympique, était des plus pondérés. Pour nos Français, l’objectif à atteindre sur le mondial de Santander, c’est de qualifier le pays pour les Jeux de Rio dans les dix séries… Après dix jours d’un championnat compliqué – du fait de la météo, de l’attente à terre et en mer et de l’organisation parfois un peu juste (voir nos sujets dans les numéros de novembre et décembre) –, il est maintenant évident que l’ambition tricolore peut être revue à la hausse pour les saisons à venir, car nos seulement ils ont réalisé ces qualifications, mais ils ont plus fait une véritable razzia dans les classements.

 

Cartons pleins
C’est en planche RS:X que la domination française s’est le plus étendue. Chez les hommes, ils étaient quatre à courir la Medal Race ! Pierre Le Coq termine 10e, après un début de régate tonitruant dans le petit temps, mais contrarié par une disqualification devant jury. Louis Giard finit juste devant. Thomas Goyard remonte à la 3e place et empoche la médaille de bronze après avoir superbement remporté la Medal Race. Julien Bontemps réalise un championnat impeccable et, profitant des conditions plus musclées de la fin de semaine, s’adjuge le titre. Chez les femmes, Charline Picon exécute son plan à la perfection et rafle également la médaille d’or… Avant même de courir la Medal Race ! Eugénie Ricard prend quant à elle la 8e place.

 

Un temps d"avanceBilly Besson et Marie Riou explique que chaque manche a été l'occasion de se remettre en question... Mais quelles que soient les conditions, ils ont un temps d'avance sur leurs concurrents.Photo @ Franck Socha FFVoile / www.francksocha.com

Nacra 17, nouvelle médaille d"orDeuxième titre consécutif en Nacra 17 pour Billy Besson et Marie Riou.Photo @ Lionel Cottin FFVoileEn Nacra 17, le titre revient pour la deuxième année consécutive à Billy Besson et Marie Riou, dont l’aisance quelles que soient les conditions est impressionnante. Moana Vaireaux et Manon Audinet prennent la 10e place. Les autres équipages français sont plus à la peine, surtout dans le vent soutenu où le support est particulièrement exigeant techniquement.

 

Bonnes pioches
Terminer quatrième, à quelques points du podium, est toujours rageant – la performance n’en est pas moins valable, surtout s’il se trouve deux Anglais pour terminer devant… C’est le sort de Jonathan Lobert, en Finn, qui rêvait d’une médaille, a couru tout le championnat en pointant parmi les trois premiers et s’est effondré en Medal Race. Thomas Le Breton termine 9e. L’Anglais Giles Scott, intouchable, s’impose sans sourciller.

Même conclusion pour les 470 femmes : Camille Lecointre et Hélène Defrance échouent pour quelques points et se contentent de la 4e place. Les jeunes Maëlenn Lemaître et Aloïse Retornaz dégringolent à la 19e place après avoir occupé la première place du classement dans les petits airs. Ce sont les Autrichiennes Lara Vadlau et Jolanta Ogar qui décrochent le titre.

En Laser, Jean-Baptiste Bernaz confirme qu’il a élevé son niveau de jeu et gagné en aisance, particulièrement dans les vents forts. Il se classe 6e après avoir terminé 2e de la Medal Race. C’est le Hollandais Nicholas Heiner qui bouscule la hiérarchie et s’impose sur le fil.

En Laser Radial, les Françaises comblent patiemment leur retard sur la concurrence et multiplient les belles places. Mathilde de Kerangat, malheureuse en début de saison, termine 8e et Marie Boulou, 12e. La Hollandaise Marit Bouwmeester retrouve son meilleur niveau et décroche le titre, le deuxième de sa carrière.

 

Quatrième titre mondial pour BontempsBien placé dès le début du championnat, Julien Bontemps a tout explosé dès que le vent est rentré. À Santander, il a ainsi décroché son 4e titre mondial en planche ; le précédent date de 2012.Photo @ Franck Socha FFVoile / www.francksocha.com

Grincements de dents
Chez les 470 hommes, c’est un drôle de scénario qui s’est déroulé pour les Français. Auteurs d’un début de championnat brillant dans le petit temps, Nicolas Charbonnier et Achille Nebout-Javal finissent à la 28e place. Même histoire pour Sofian Bouvet et Jérémie Mion qui s’arrêtent aux portes de la Medal Race… La meilleure performance tricolore revient donc aux jeunes, talentueux, insouciants (du moins plus que les autres) donc probablement plus libres et plus ambitieux, Guillaume Pirouelle et Valentin Sipan : ils terminent 8e. Les Australiens Mathew Belcher et William Ryan sont une nouvelle fois les hommes de la situation.

Du côté des 49er, les Français affichent bien moins d’aisance qu’il y a quelques mois. Emmanuel Dyen et Stéphane Christidis, assez irréguliers, terminent 9e. Julien D’Ortoli et Noé Delepech sont 13e. Les Néo-Zélandais Peter Burling et Blair Tuke sont champions du monde pour la seconde année consécutive.

Victimes chacune à leur tour de blessures, Sarah Steyaert et Julie Bossard avaient rêvé de se préparer différemment à ce mondial. Troisièmes l’année dernière, elles rétrogradent à la 17e place chez les 49er FX et prennent la dixième et dernière place de qualification olympique des nations. Les Brésiliennes Martine Soffiati Grael (fille de Torben) et Kahena Kunze confirment leur domination.