Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

Championnats du monde de voile olympique – Santander 2014

Soif de reconquête

  • Publié le : 14/09/2014 - 00:02

Équipe de France 2014À Santander, l'objectif principal de l'équipe de France est de qualifier les 10 séries pour les Jeux de Rio (2016).Photo @ Franck Socha (FFVoile)

Depuis vendredi, les dix séries olympiques ont pris possession du plan d’eau de Santander où se courent des championnats du monde stratégiques : c’est là que va être distribué la plupart des tickets olympiques.

 

Deux ans avant les Jeux olympiques de Rio, l’aventure commence vraiment ici, à Santander, sur la côte atlantique de l’Espagne. C’est là que, depuis la semaine dernière, ont lieu les championnats du monde* pour les dix séries et c’est là que le premier et plus gros lot de tickets olympiques va être distribuer.

Pour rappel, un pays ne peut envoyer aux Jeux olympiques qu’un seul représentant par série, mais chaque pays (hors mis l’hôte qui est retenu d’office) doit d’abord s’être qualifié – avoir décroché le fameux "ticket olympique" dont le nombre total est limité. Pour Rio, l’ISAF (Fédération internationale) a par ailleurs changé leurs modalités d’attribution : une moitié des tickets est offerte à Santander**, l’autre est distribuée sur les championnats du monde 2015 et à l’unité sur les championnats continentaux. Expliqué comme ça, cela ne paraît pas très inquiétant...

Pourtant, quelques nations européennes pourraient se trouver dans l’embarras si elles ne parvenaient pas à se qualifier dès cette année. En effet, le système imaginé par l’ISAF pour favoriser "l’universalité" de la pratique de la voile olympique gomme la réalité sportive : c’est en Europe que le niveau sportif est le plus dense. Or un tiers environ des places est désormais inaccessible au Vieux continent.

Depuis les Jeux d’Athènes (2004), les Français ont toujours réussi à se qualifier (et être présents) dans l’ensemble des séries. Sur le papier, il y a donc peu de raisons de s’inquiéter. Guillaume Chiellino, le Directeur de l’équipe de France, reste pourtant mesuré dans ses propos : «On s’est bien préparé à cet événement, en s’entraînant souvent sur place et, pour certains, en faisant le Test Event de Rio***. Les indicateurs sont plutôt au vert. On a le potentiel dans chaque série… Si les premiers Français n’on pas de problèmes – casse de matériel, blessure, maladie… En effet, si je projette les résultats obtenus sur les Mondiaux 2013 et que j’écarte le premier Français, le compte n’est pas bon dans toutes les séries. Mais on touche du bois. L’objectif est réalisable, donc c’est normal qu’on se le fixe. Maintenant, ce n’est pas fait d’avance.»

Besson, Riou, en route pour le doubléMais les équipages tricolores n'ont pas fait une croix sur leurs objectifs personnels : pour le duo Billy Besson et Marie Riou, il s'agit de décrocher un second titre mondial consécutif en Nacra 17 !Photo @ ISAF


Profil bas
Charline Picon survole la RS:XAlors que son adversaire la plus coriace - l'Espagnol Marina Alabau - était de retour il y a un peu moins d'un an, après avoir mis au monde son premier enfant, Charline Picon survole la planche RS:X... Et entend bien marquer les esprits, à deux ans des Jeux. Photo @ ISAFLa nouvelle équipe en place à la tête de l’équipe de France olympique a manifestement changé de manière de communiquer. Plus de discours enflammé et confiant, plus de promesses dorées. Le camouflet de Londres a forcé à l’humilité. Officiellement, on travaille, on est sérieux, on fait profil bas.

Parler «médaille» n’est peut-être pas devenu tabou, mais personne n’est pressé. Le système retenu pour les sélections individuelles ne sera officialisé qu’à la fin de l’année. En attendant, il faut qualifier le pays.

Certes. Mais les résultats tricolores du début de saison n’en sont pas moins prometteurs. Sur les étapes de la Coupe du monde, 13 podiums sont recensés. Sur les championnats d’Europe, trois. Sur le Test Event, quatre… Et lorsque l’on gratte un peu, les équipages qui ont initié les plus belles de ces performances ne s’y trompent pas.

Pour Billy Besson et Marie Riou, champions du monde 2013 de Nacra 17, il n’y a pas à hésiter : «Ce qu’on veut à Santander, c’est garder notre titre.» Jonathan Lobert, lui qui est médaillé de bronze en Finn à Londres (2012) sans avoir jamais si bien scoré auparavant, s’exalte : «Je veux faire le podium que je n’ai jamais accroché sur un mondial.» La planchiste Charline Picon mitraille : «Si on prend un championnat typé pétole, ce n’est pas que ça m’inquiète, mais ça va être plus dur… En même temps, c’est un mondial, donc ce n’est pas grave. (Rires) À Santander, il peut y avoir de tout… Et une semaine de pétole, cela peut arriver. Bah, chaque fois que je suis allée à Santander, j’ai eu des emmerdes – mais à chaque fois, ça s’est super bien fini. Il faut voir le côté positif ! Je vise le titre. S’il y a bien une année où je peux y prétendre, c’est 2014. J’ai vraiment survolé la flotte et je pense que ce serait légitime, sans prétention.»

Qu’on se rassure donc : derrière toute cette discrétion, nos athlètes**** ont encore une soif terrible de perf’.

 

………..
* Calendrier. 12 septembre : 1ères manches pour les Laser et Laser Radial. 13 septembre : 1ères manches pour les planches Hommes et Femmes. 14 septembre : 1ères manches pour les 470 Hommes et Femmes. 15 septembre : 1ères manches pour les 49er Hommes et Femmes, les Finn et les Nacra 17. 18 septembre : début des Medal Races. Les résultats sont à suivre en direct, ici.

** Places offertes à Santander. 470 Femmes ; 49er ; 49er FX ; Nacra 17 : 10 places. Finn : 12 places. 470 hommes ; RS:X Femmes : 13 places. RS:X Hommes : 18 places. Laser Radial : 19 places. Laser Standard : 23 places.

*** Santander est réputé comme l’une des plus belles baies au monde, mais là n’est pas la seule analogie avec le plan d’eau de Rio. On retrouve également des typologies assez semblables : à l’intérieur, sur la rivière, où sont dessinées deux des huit zones de course du mondial, l’eau est plate, le courant important et le vent oscillant ; à l’extérieur, la houle peut lever très fort et de manière désaxée, surtout lors d’un passade dépressionnaire. Au mois de septembre, en l’absence de synoptique, la brise thermique s’installe volontiers. Et Jonathan Lobert de résumer : «C’est la Bretagne au soleil, c’est top (Rires) 

**** 47 équipages français, dont 18 attachés à l’équipe de France, sont engagés sur les mondiaux ISAF de Santander où l'ISAF a recensé 1 250 coureurs (pour 900 équipages) venus de 84 pays.