Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

JEUX OLYMPIQUES PARIS 2024

Marseille choisie pour accueillir les épreuves de voile

Six plans d’eau, et non des moindres, étaient candidats depuis plusieurs mois pour accueillir les épreuves de voile aux Jeux olympiques de 2024… à condition que Paris soit désigné. Et c’est Marseille, seconde ville de France, qui a finalement été choisie un peu à la surprise générale, tant les villes de La Rochelle et Brest semblaient tenir la corde…
  • Publié le : 07/09/2015 - 16:20

Marseille choisie pour accueillir les épreuves de voileLa marina du Roucas-Blanc constituerait le parfait écrin pour accueillir les concurrents des Jeux Olympiques 2024Photo @ Gilles Martin-Raget

Le conseil d’administration de l’association Ambition Olympique et Paralympique Paris 2024, présidée par Bernard Lapasset, ancien président de la Fédération française de rugby, a rendu son verdict ce lundi 7 septembre à Paris, désignant Marseille comme ville retenue pour accueillir les épreuves de voile aux Jeux olympiques et paralympiques (douze séries)… si la capitale, après son cuisant échec en 2012, l’emporte cette fois face à Los Angeles, Rome, Hambourg, ou Budapest. Le choix semblait tellement difficile au vu de la qualité des six dossiers, que la décision a été maintes fois repoussée cet été, Hyères, Marseille, Le Havre, Brest, La Rochelle et le Morbihan ne manquant pas d’atouts.

Marseille choisie pour accueillir les épreuves de voileLa rade de Marseille est un plan d"eau qui, incontestablement, se prêtera à merveille aux Jeux Olympiques.Photo @ Gilles Martin-Raget
Aussi, afin de les départager, le comité de sélection a retenu sept critères : la qualité du plan d’eau, la cohérence du projet, l’aménagement de la marina olympique, l’espace dévolu aux spectateurs, l’accessibilité nationale et internationale et l’attractivité du territoire, l’adhésion populaire et enfin la gestion des risques potentiels.
Marseille choisie pour accueillir les épreuves de voileLa Corniche est le lieu idéal pour assister depuis la terre aux régates qui se déroulent en rade de Marseille.Photo @ Gilles Martin-Raget
Et si Marseille, qui possède l’un des plus beaux plans du monde avec ses deux rades Nord et Sud ainsi que le merveilleux site du Roucas-Blanc en centre-ville à proximité du vieux port d’Endoume et de la Corniche, face aux îles du Frioul, est un haut lieu de la voile, la majorité de sa population vibre plus pour le foot et l’OM que pour la régate entre bouées. Et la cité phocéenne n’a pas toujours très bonne réputation quant à l’accueil de ses visiteurs…

Ce n’est pas un hasard si l’équipe de France olympique de 470 et de 49er notamment, s’entraîne ici. C’est manifestement l’aménagement du site du Roucas-Blanc avec une marina olympique unique et totalement dédiée à la voile, plus la possibilité de tribunes naturelles le long de la corniche pour trois ou quatre ronds de régate, qui ont fait la différence avec les autres plans d’eau en lice. Une chose est sûre, si Paris décroche les Jeux 2024, les candidats à la sélection olympique devront aimer la brise ! Marseille est un plan d’eau venté, le Mistral y soufflant près de 100 jours par an, et reste animé de brises thermiques grimpant aisément à plus de 20 nœuds l’été.

Marseille choisie pour accueillir les épreuves de voileTechniquement intéressant, souvent venté, le plan d"eau de Marseille offre aussi un cadre magnifique.Photo @ Gilles Martin-Raget

Jean-Pierre Champion, président de la Fédération française de voile et qui a visité les sites ne peut que «se féliciter d’avoir un territoire fantastique en France pour la voile qui nous a permis d’avoir six dossiers de candidature consistants, et qui a rendu le choix très difficile ». Une chose semble sûre. Malgré le lobby et les rumeurs vues et lues un peu partout, la couleur politique ne semble pas avoir été un critère décisif. Mais ce n’est que dans deux ans, le 15 septembre, à Lima au Pérou, que le CIO annoncera le nom de la ville hôte des Jeux olympiques de 2024 !