Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

JEUX OLYMPIQUES RIO 2016

L’effet « Picon d’hier »

C’est nouveau, ça vient de sortir. Ça se déguste les lendemains de médaille d’or et de bronze et ça vous file une pêche d’enfer ! Boostés par la réussite de Charline Picon et de Pierre le Coq, les 49er français ont cassé la baraque hier et se sont rapprochés des leaders dans leur série. 1-1-3 pour Julien d’Ortoli et Noé Delpech (4es au général), 1-9-4 pour Sarah Steyaert et Aude Compan (6es au général). Ce qu’on appelle une belle journée.
  • Publié le : 16/08/2016 - 08:49

Julien d’Ortoli et Noé Delpech Les deux tricolores du 49er français, Julien d’Ortoli et Noé Delpech ont gagné deux manches hier sur trois disputées !Photo @ Gilles Martin-Raget
Enfin, pas pour tout le monde, notamment les comités de course qui n’ont pas pu lancer une seule manche ni sur le rond des 470, ni sur celui très attendu des Laser dans le cadre de leur Medal race. Chaleur lourde et poisseuse, pas un brin de vent toute la journée, seul les 49er envoyés au fond de la baie ont pu disputer  trois manches pour les femmes comme pour les hommes. Et ce pour le plus grand bonheur du tandem D’Ortoli Delpech, alias « Juno Tout Puissant » qui remontent en flèche au général. « On savait qu’il fallait un exploit pour arriver à revenir dans le classement ! explique Julien d’Ortoli, et la journée s’est vraiment bien passée. On avait une bonne vitesse, on a pris trois bons départs et puis tactiquement on a fait assez simple. On est allé à gauche et puis c’est passé trois fois à gauche, on ne s’est pas trop posé de questions. » Du coup les deux titulaires du Yacht Club de la Pointe Rouge ne sont plus qu’à deux points des tenants du titre, les australiens Outteridge/Jensen, eux même devancés par les allemands Heil Ploessel. Loin devant, les avions de chasse kiwis Burling/Tuke n’attendent que de voir les jours passer pour remporter une médaille d’or qui leur semble promise depuis si longtemps.

Julien d’Ortoli et Noé Delpech Grâce à cette très belle journée de lundi, Julien d’Ortoli et Noé Delpech sont désormais quatrièmes.Photo @ Gilles Martin-Raget

Bref, que des gros clients, mais rien qui n’effraie plus que cela Noé Delpech : «On allait vraiment vite, nous étions très à l’aise sur ce point. On a pris des super bons départs. Tout s’est bien enchaîné. Trois manches demain pour s’accrocher et rester le plus proche possible des médailles. On va faire comme on fait depuis le début, ça n’a pas très bien marché au départ, mais aujourd’hui cela s’est très bien passé, on s’est remis dans la course, je crois qu’il ne faut surtout pas que nous changions quoi que ce soit et que nous restions concentrés dans notre course. Ce matin nous étions avec Charline (Picon) au petit déjeuner, c’était sympa de la voir là, heureuse… Une médaille d’or c’est quand même incroyable : cela met une dynamique dans l’équipe, c’est sympa pour tout le monde.» CQFD.

Grands sourires également du côté des filles Sarah Steyaert et Aude Compan lors de leur retour à terre, les 49er étant désormais parqués devant le media center situé au cœur de la marina di Gloria à la place des Finn dont la flotte est réduite à 10 bateaux en attente de medal race. C’est du reste un peu triste de voir les concurrents éliminés commencer à plier bagage, démonter les bateaux, tirer à terre les semi-rigides des entraîneurs. Les JO, quand ça finit comme ça, c’est un peu le grand vide. La prochaine fois c’est dans quatre ans. P… quatre ans !  C’est long !

Sarah Steyaert et Aude Compan Sixièmes au général après la belle journée de lundi, Sarah Steyaert et Aude Compan rêvent de médaille.Photo @ Gilles Martin-Raget

Sarah et Aude ont donc remporté leur seconde victoire de manche, et quoi qu’il arrive elles ramèneront d’excellents souvenirs de Rio : » Les belles médailles d’hier nous ont fait du bien à nous aussi ! Mais hier soir il fallait se reconcentrer pour la journée d’aujourd’hui, il reste encore pleins de manches, rien n’est joué. Nous gagnons la première manche du jour, c’était magnifique, on est resté concentrées sur chaque manche, on fait 9 et 4 aux deux suivantes, une bonne journée, on est très fières de ce qu’on a fait, on a bien navigué, on a donné notre maximum, donc demain même état d’esprit, il y a trois belles manches à faire, des points à grappiller et on verra alors combien nous serons classées pour la Medal Race. »

Laser RioPas de régates pour les Laser hier, malmenés par la météo.Photo @ Gilles Martin-Raget

Reste que le moment le plus marquant de cette journée aura été le brutal coup de vent qui s’est levé en une quinzaine de minutes à peine pour passer de zéro à 35-40nds !... Panique à tous les étages, les 49er n’arrivaient même plus à rester à l’endroit, il y a eu de la casse, des voiles déchirées, des lattes pliées. Les Laser radial envoyés sur l’eau pour une tentative de medal race dessalaient comme s’ils étaient barrés par des débutantes avant d’être renvoyés aussi vite à la maison, et les équipages de 470 ont vécu le plus impressionnant en revenant de leur rond lointain situé à l’extérieur de la baie. Ce plan d’eau de Rio est aussi beau que complètement dingo, mais ces JO sont magnifiques !

La journée de mercredi s’annonce très chargée avec les medal races pour les Laser, Laser radial et Nacra 17. Jean-Baptiste Bernaz est en lice pour le bronze avec le kiwi Sam Meech à 9 points devant lui, et un certain Robert Scheidt à un petit point derrière. Va pas falloir trembler !  Quand à Billy Besson et Marie Riou, dans leur cas, les mathématiques sont trop compliquées pour que l’on s’y intéresse. Il va falloir avoiner, gagner et on verra bien ce qui se passe derrière. Un petit coup de Picon d’hier ?

Plan d"eauCe plan d’eau de Rio est aussi beau que complètement dingo.Photo @ Gilles Martin-Raget