Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

JO de Londres 2012

Question d’orgueil

Pour Sarah Steyaert, les Jeux viennent de se terminer prématurément alors que d’autres ont encore de belles cartes à jouer… Mais l’orgueil des Français n’est peut-être pas toujours bien placé.
  • Publié le : 04/08/2012 - 00:02

Sacré mec !La dernière journée a été difficile pour Jean-Baptiste Bernaz qui a pourtant tout donné ; les conditions ventées de Weymouth ne lui auront pas permis de prétendre à mieux qu'une 8e place, lundi, au terme de la Medal Race. Belle régate quand même !Photo @ Jean-Marie Liot FFV / DPPI

De notre envoyée spéciale dans la "Zone mixte". Alors qu’elle a pris aujourd’hui la tête du classement des Laser Radial, la Chinoise Xu Lijia n’a pas trainé dans la "Zone mixte". La Hollandaise Marit Bouwmeester, grande favorite remontée en 2e position à égalité de points, non plus. L’Irlandaise Annelise Murphy, au contraire, sautille de manière charmante d’un journaliste à l’autre et prend son temps. Elle qui a créé l’événement en remportant les quatre premières manches de la semaine en profite. Là voilà, à la veille de la Medal Race (à courir lundi), toujours sur le podium… A un point des premières. Même philosophie chez la Belge Evi Van Acker, venue pour gagner l’or et toute sourire alors qu’elle occupe la 4e place provisoire, à égalité de points avec l’Irlandaise.

Dire que la Medal Race des filles sera le seul juge de paix est un doux euphémisme. Lundi, les points compteront double ! Et la météo devrait s’être un peu calmée. Théoriquement, le petit médium n’est pas ce qui va le mieux au mètre 85 de l’Irlandaise, ni au gabarit leste de la Belge, mais cette dernière s’en moque. «Cela se joue sur le rond Nothe. Alors même si tu n’avances pas dans le petit temps, tu peux faire une bonne manche.»

Sortie prématuréeUne première journée en-deçà qui déteint sur les deux suivantes et une préparation un peu juste... Sarah Steyaert en termine prématurément de ses seconds Jeux en Laser Radial, sans en disputer la Medal Race.Photo @ Jean-Marie Liot FFV / DPPISitué près de terre, en contre-bas d’une butte, le rond des Medal Race a mauvaise réputation parce que le vent y est très oscillant, si ce n’est capricieux et aléatoire. Les mauvaises langues disent qu’il faut y être «chanceux», pour ne pas reprendre les mots exacts de certains. De toute façon, quels que puissent être leurs souvenirs ici, les médaillés potentiels usent tous de la même réponse en "Zone mixte" : Nothe leur réussit et ils ne le craignent pas. Et toc !

De son côté, la Française parie sans hésiter sur la Chinoise. A chacune des vagues d’émotion qui monte en elle, les larmes s’accrochent à ses cils encroûtés de sel… Sarah Steyaert reprend son souffle et s’accroche. La miss a du cran, elle tiendra le coup bien qu’elle quitte ses seconds Jeux ce soir en terminant sur une douloureuse 16e place. «Je crois qu’il faut être réaliste, je n’avais peut-être pas les moyens d’y arriver. C’était déjà bien d’être ici, d’avoir décroché ma sélection, mais ici, il y a tout simplement bien meilleur que moi et je n’ai pas pu rivaliser… Après, peut-être que je ne suis pas à ma place.»

Ah ! L’orgueil bien ou mal placé ! Que ne leur fait-il pas dire ou faire ! Peu après, ce sont Pierre Leboucher et Vincent Garos qui s’avancent. Ils ont signé une manche de 10, puis une de 2 quand le vent a baissé, et pointent à la 7e place, à 6 points du podium… Si l’on se fie à leur triste mine, difficile d’y croire. Entre les dents, Leboucher siffle : «Non, on attendait largement mieux que ça… On voit les points défiler et ceux qui sont devant sont toujours les mêmes.» A croire qu’ils n’osent pas dire plus clairement qu’en dehors de l’or, rien ne les intéresse – or à la veille de la journée de repos, ce sont les Australiens Matthew Belcher et Malcolm Page qui sont en tête, avec 29 points d’avance sur les Français… Restent quatre manches à courir et la Medal Race.

Six manches à courir et la Medal Race même, pour ce qui est des filles du 470. Après avoir claqué une fantastique première manche (et fait 8e à la deuxième), Camille Lecointre et Mathilde Géron reviennent à la 6e place. Il y a encore pas mal de points qui les séparent du podium provisoire, mais aucune manche n’a encore sauté et les Françaises rayonnent. «Faut continuer ! On a vu aujourd’hui que tout le monde pouvait se prendre des plombs comme nous hier ! Mais ce n’est toujours pas fini ! Et on peut être à nouveau 15 demain», débitent-elles à toute vitesse avant de se réjouir que la prévision annonce moins de vent pour demain.

Question d"orgueilA mi championnat, Pierre Leboucher et Vincent Garos semblent avoir du mal à envisager qu'ils pourraient prétendre à une médaille d'un autre métal que l'or.Photo @ Jean-Marie Liot FFV / DPPI

Autres brèves de la "Zone mixte"

RS:X Femmes. Charline Picon avance en portant le poids du monde sur ses épaules, peinant à mettre un pied devant l’autre. «Ça ne va pas. Ça ne passe pas», lâche-t-elle dans un souffle, ravalant difficilement ses larmes avant de s’éloigner. Une mauvaise chute survenue dans la première manche a anéanti les efforts qu’elle avait fournis et la condamne à une nouvelle journée moyenne. Elle rétrograde à la 9e place.

Laser. Jean-Baptiste est cramé physiquement et n’a pas signé une super journée – «je me suis perdu sur la première manche et sur la deuxième, je n’avais plus de jambes» –, mais il l’a fait. Il a sauvé sa place en Medal Race. Lundi, il n’aura pourtant aucune chance de monter sur le podium ; au mieux, il fera 8e, comme en 2008 à Pékin.

Zone mixteLa zone mixte est le seul endroit où les journalistes sont officiellement autorisés à converser avec les coureurs.Photo @ Jean-Marie Liot FFV / DPPIRS:X Hommes. Julien Bontemps est marqué et s’efforce de tenir le coup, même lorsqu’il apprend qu’il pointe à la 7e place, alors qu’il ne reste que deux manches à courir avant la Medal Race. «On a eu des conditions hyper stables entre 12 et 18 nœuds, alors que je m’attendais peut-être à quelque chose de plus varié, ici, à cette époque de l’année ; demain, on aura peut-être du petit temps, je ne sais pas, faut voir.»

Match-race. Elodie ne dit pas un mot, Marie sourit parfois et Claire est remontée comme une pendule, taquinant et piquant les journalistes – le match-race est décidemment une tournure d’esprit. En terminant 6e des Round Robin, les Françaises tomberont contre les Espagnoles, en quart de finale, mardi – «mais de toute façon, pour être championne olympique, il faut battre toutes les filles.» D’ici là, repos et potassage des fiches sur leurs adversaires.

 

Demain
Medal Race des Star à 14h00, heure française.
Medal Race des Finn à 15h00, heure française.

 

………..
La "Zone mixte" aux JO, c’est un étroit couloir délimité par des barrières dans lequel les coureurs ont l’obligation de passer à leur retour de sur l’eau et c’est le seul moment où les journalistes peuvent les approcher.