Les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro se sont achevés le 21 août 2016 et pour une fois les voileux ont pleinement été associés à la fête puisque les régates se sont déroulés dans la baie. Les véliplanchistes français, Charline Picon et Pierre Le Coq, se sont distingués en obtenant respectivement l'or et le bronze dans la catégorie RS:X. Camille Lecointre et Hélène Defrance ont, quant à elles, ramené le bronze en 470.

Actualité à la Hune

SAILING WORLD CUP

Hyères en mode Rio

Chaque année, c’est le grand rendez-vous international de la voile olympique. L’épreuve de coupe du monde à Hyères, du 25 avril au 1er mai, est à la voile ce que le tournoi de Roland-Garros est au tennis : un Majeur. Présentation.
  • Publié le : 24/04/2016 - 14:16

Hyères en mode RioTous les prétendants à une médaille à Rio sont présents pour cette Sailing World Cup. Photo @ F. Socha/FF Voile

Si Hyères, qui débute lundi 25 avril, fait partie des cinq régates comptant pour la Sailing World Cup 2015-2016, après Melbourne (Australie), Miami (États-Unis) mais avant Weymouth (Royaume Uni) et Qingdao (Chine), c’est de loin la seule où l’on retrouve toutes les équipes internationales sans exception, ainsi que les meilleurs régatiers de la planète. Alors, en cette année olympique et à moins de quatre mois des Jeux de Rio, si vous voulez voir en avant-première les (futurs) trente médaillés olympiques 2016, venez sur le port Saint-Pierre, où le grand «circus» de la voile olympique a planté ses tentes pour une grosse semaine !

Lancée par l’architecte hyérois et régatier Abel Bellaguet juste avant Mai 1968, l’épreuve, qui s’est successivement appelée Semaine préolympique de Hyères, puis Semaine olympique française (SOF) et aujourd’hui (prenez votre souffle !) Sailing World Cup Hyères Toulon Provence Méditerranée, est la plus prisée du circuit depuis quarante-huit ans. Elle a été beaucoup copiée, mais jamais égalée. Gagner à Hyères est presque aussi valorisant que remporter un titre mondial et, pour s’en convaincre, il suffit de voir que sur le palmarès des grands champions, la régate hyéroise y figure toujours en bonne place.

Hyères en mode RioEmbouteillage habituel dans le port de Hyères lors du retour des 470 ! Photo @ Didier Ravon

Seuls les 40 meilleurs de chaque série invités

Il semble loin le temps où courir à Hyères était accessible à un régatier «moyen» de niveau national. On comptait par exemple jusqu’à 80 équipages en 470. C’était une formidable opportunité de se frotter à l’élite mondiale, mais le plus souvent aussi une jolie désillusion, lorsque l’on mesurait l’écart abyssal avec les champions sur un parcours… dans la brise notamment. Quand on rentrait à terre de retour des manches, les premiers avaient déjà rangé leur bateau, installé le taud et étaient douchés… Mais on avait disputé la «préo de Hyères» ! C’est aussi fort de ce constat aujourd’hui que la World Sailing (la fédération internationale, ex-Isaf) sélectionne tout simplement les 40 premiers du classement mondial, dans les dix séries olympiques et les deux classes paralympiques. Du coup, 650 régatiers issus de 50 nations et près de 435 bateaux vont s’affronter sur l’un des cinq ronds mouillés entre la presqu’île de Giens, le cap Bénat et l’île de Porquerolles. Et comme à Hyères, on peut avoir sur six jours du vent d’Est soutenu, du thermique, du mistral fort, de la pétole, du médium et du clapot… les vainqueurs dans chaque série sont systématiquement des coureurs très polyvalents.

Hyères en mode RioSi le vent d’Est est présent en rade d’Hyères, on peut être sûr que les planchistes (ici les RS :X Hommes) vont faire le spectacle !Photo @ Didier Ravon

L’équipe de France en répétition générale pour Rio

Hyères en mode RioGuillaume Chiellino, directeur de l’Équipe de France : pas le genre à fanfaronner… mais pour le moment un bilan impressionant ! Photo @ F. Socha/FF Voile«Même si nous connaissons déjà les quinze sélectionnés français pour Rio, Hyères n’est pas qu’une régate de travail», affirme Guillaume Chiellino, le patron de l’équipe de France. «C’est un rendez-vous et un point de préparation très important, car c’est l’endroit où les athlètes de l’équipe de France vont se retrouver tous ensemble avant les Jeux. Il est d’ailleurs prévu un stage de cohésion à Hyères juste avant la présentation officielle de l’équipe à Paris au siège des Banque Populaire avec son parrain Armel Le Cléac’h. C’est le socle de la préparation et j’en ai fait un moment fort avec tous les entraîneurs et l’encadrement. On passe 48 heures ensemble avec tout un tas d’activités car, sur cette PO, les coureurs ont travaillé de manière plus individuelle série par série, et finalement ne se sont pas énormément rencontrés», précise le patron des Bleus, réputé pour sa discrétion et sa prudence, mais dont les résultats exceptionnels depuis trois ans parlent pour lui ! «C’est important qu’ils prennent des appuis et des repères. C’est aussi pour cela que nous avons décidé de choisir un hébergement séparé des autres équipages français, de travailler sur une répartition dans les chambres, identiques à celles que nous aurons pour les Jeux. C’est pour nous une répétition générale… L’idée est d’essayer de créer la bulle dans laquelle on va être à partir du 1er août à Rio. Et puis pour les plus jeunes, comme Mathilde de Kerangat (sélectionnée en Laser Radial, ndlr), c’est par exemple l’opportunité de mieux connaître Laurent Tournier, notre batelier (en charge des bateaux, ndlr)», ajoute l’ancien régatier en 49er et qui semble faire l’unanimité autour de lui.

Le gratin mondial à Hyères

Outre l’équipe de France, toutes les équipes nationales sont présentes sur ce rendez-vous incontournable. Belcher-Ryan, Fantela-Marenic (470 H), Burling-Tuke, Outteridge-Jensen (49er), Scheidt, Burton (Laser), Aleh-Powrie, Vadlau-Ogar, Mills-Clark (470 F), Scott (Finn)… toutes et tous maintes fois champions du monde et déjà médaillés olympiques pour la plupart, viennent aussi se confronter une dernière fois avant de rejoindre le Brésil pour de nouvelles sessions d’entraînement. Mais pour nombre d’équipes, Hyères étant aussi l’ultime épreuve de sélection pour les Jeux, ça promet !

Hyères en mode RioLes Finn dans la brise… Réservés aux gros bras ! Photo @ Gilles Martin Raget

 

L’équipe de France olympique à Hyères

470 hommes : Sofian Bouvet et Jérémie Mion

470 femmes : Camille Lecointre et Hélène Defrance

49er : Julien d’Ortoli et Noé Delpech

49er FX : Sarah Steyaert et Aude Compan

Laser : Jean-Baptiste Bernaz

Laser Radial : Mathilde de Kerangat

Finn : Jonathan Lobert

Nacra 17 : Billy Besson et Marie Riou

RS:X hommes : Pierre Le Coq

RS:X femmes : Charline Picon

 

Le programme des courses

Lundi 25 avril : inscription et jauge

Mardi 26 avril : régate d’entraînement

Mercredi 27 avril au samedi 30 avril : régates qualificatives et finales

Dimanche 1er mai : Medal Races

Hyères en mode RioLes Medal Races dimanche 1er mai (ici les 470 Femmes) se disputeront à proximité de la plage des Salines. Photo @ Didier Ravon