Actualité à la Hune

BOOT DE DÜSSELDORF

«Mieux que l’année dernière !»

Au cours de la semaine, nous sommes allés à la rencontre des constructeurs français présentant leurs voiliers dans les halls 15 et 16 du salon nautique de Düsseldorf (le fameux «Boot» qui se tenait dans cette grande ville de l’ouest de l’Allemagne du 20 au 28 janvier). Du petit dériveur au grand yacht, ces acteurs hexagonaux sont présents sur tous les marchés. Ils nous ont dressé un bilan préliminaire de ce 49e Boot : chiffres de ventes, disposition d’esprit du public, nombre de visiteurs…
  • Publié le : 27/01/2018 - 00:01

Salon nautique de Düsseldorf 2018Le Boot de Düsseldorf a confirmé sa place de premier salon nautique européen.Photo @ Yannick Kethers

En l’occurrence, les échos recueillis lors de nos entretiens sont très positifs. Les chantiers français ont toutes les raisons d’être satisfaits des tendances à l’œuvre sur ce salon allemand : un nombre grandissant de visiteurs, un public toujours intéressé, des contacts prometteurs, des ventes conclues directement sur place… Luca Brancaleon, directeur général chez Bénéteau, confirme cette impression générale. A mi-salon, pour les voiliers, le grand chantier enregistrait 20% de ventes supplémentaires en comparaison avec l’année dernière. Les modèles les plus vendus sont l’Oceanis 38.1 et l’Océanis 51.1. Tendances positives aussi pour Jeanneau, comme l’explique Antoine Chancelier, directeur marketing voile. «Cette année on a davantage de visiteurs, et nos nouveautés exposées suscitent une grand intérêt, notamment les Sun Odyssey 490 et 440, ainsi que le petit 319.» Manifestement, ce sont donc surtout les nouveautés qui attirent l’attention et génèrent un nombre croissant de ventes. «Le Dufour Grand Large 360, dont c’était la première présentation en Allemagne, attire beaucoup de monde», confirme Hugo Steiner, chargé de la communication et du développement chez Dufour Yachts.

Django 7.70 et Django 9.80Le chantier Marée Haute est venu en force à Düsseldorf où il expose deux bateaux : le Django 7.70 et Django 9.80.Photo @ Yannick Kethers
Sacré «Voilier européen de l’année 2018» dans la catégorie des croiseurs de luxe, l’Amel 50 est lui aussi exposé à Düsseldorf. Dès sa première présentation au salon de Cannes en septembre dernier, le chantier avait déjà vendu 15 unités. Les responsables du chantier rochelais expliquent que le Boot permet avant tout de prendre des contacts pour des ventes qui ne sont bien souvent signées qu’un peu plus tard. Fabio Muzzolini, commercial pour le finistérien Marée Haute, partage ce point de vue. «Cette année on expose deux modèles à Düsseldorf : les Django 7.70 et 9.80. On noue beaucoup de contacts ici mais la véritable prise de décision pour l’achat se fait plutôt après le salon.» Le chantier Tricat, qui présentait le tout nouveau Tricat 20, évoque aussi des contacts très prometteurs à mi-salon.

Tricat 20Le Tricat 20 fait partie de ces bateaux français qui font leur première apparition publique au Boot.Photo @ Yannick Kethers
Devant son Ikone 5.50, James Simon du chantier Espace Vag (encore un constructeur finistérien) confirme une croissance de 20% en termes de devis, et de projets d’achat très concrets, en comparaison avec l’édition 2017 du Boot. Après les premières journées de salon, le petit chantier avait déjà pris une dizaine de contacts, qui pourraient sans doute déboucher sur au moins trois ou quatre ventes.

Astus 20.5Première présentation de l'Astus 20.5 à l'occasion du Boot.Photo @ Yannick Kethers
Entre l’ouverture du salon samedi dernier et la journée de mercredi, le chantier rochelais Ofcet avait vendu plusieurs Ofcet 6.50, et aussi deux Ofcet 32 dans la nouvelle version croisière dite «Sport Cruiser», qui était exposée dans le Hall 15. Astusboats, spécialiste des petits trimarans de raid, exposait ici l’Astus 16.5 et le nouveau 20.5 Sport. Là encore le bilan préliminaire du Boot est très positif : deux fois plus de visiteurs passant par le stand, et plusieurs bateaux vendus sur place pour une clientèle venues de presque toute l’Europe ! Pour le dériveur gonflable Tiwal, le succès ne se dément pas non plus : «c’est mieux que l’année dernière !», nous dit-on.

Yannick d"Armancourt - ePohYannick d'Armancourt, le constructeur de l'ePoh, se félicite d'être présent à Düsseldorf.Photo @ Yannick Kethers
Yannick d’Armancourt, créateur de l’étonnant dériveur modulable ePoh, signale une vente conclue peu après l’ouverture du salon le week-end dernier. «J’observe beaucoup d’intérêt de la part des visiteurs et comme les gens qui viennent sont déjà très bien informés, j’ai l’impression que la vente se fait plus vite.»

Ofcet 32 SCL'Ofcet 32 était présenté à Düsseldorf dans sa version SC, davantage tournée vers la croisière.Photo @ Yannick Kethers
Enfin le chantier Pogo Structures a vendu plusieurs bateaux, notamment des Pogo 30, Pogo 12.50 (modèle exposé dans le hall 15), et Pogo 36. Le chargé de clientèle, Charly Fernbach, explique que les clients étudient de près leur projet d’achat, et se déplacent au Boot pour analyser le concept proposé par le chantier. «Beaucoup de gens viennent ici pour organiser des essais en mer avec nos bateaux, et par la suite le contrat de vente est signé en France.»