Actualité à la Hune

Salon International du Multicoque

Ça bouillonne chez les multis

Depuis mercredi 18 avril et jusqu’au dimanche 22, le port de La Grande-Motte accueille le Salon international du multicoque. À en juger par la profusion de nouveautés et d’annonces ainsi que du nombre croissant de chantiers qui se lancent dans l’aventure, le multicoque est un voilier d’avenir !
  • Publié le : 19/04/2018 - 15:30

La Grande-MotteLe 9e Salon International du Multicoque est ouvert jusqu'au dimanche 22 avril.Photo @ Delphine Fleury
Ça bouge dans le monde du multi ! Lorsque Fred Morvant et Philippe Michel ont créé, en 2010, la première édition du Salon du multicoque (il alternait alors d’une année sur l’autre entre Atlantique et Méditerranée), ce n’était encore qu’un frémissement. Mais leur intuition ne les avait pas trompés. Alors que la neuvième édition de ce salon dédié à 100 % au multicoque vient de s’ouvrir à La Grande-Motte 
- son port d’attache depuis sept éditions et, au moins, pour les trois prochaines - le marché du catamaran (et du trimaran) de croisière est en pleine effervescence. Il suffit d’arpenter les allées de ce salon à flot pour constater que, malgré ses dimensions modestes - par rapport à un Grand Pavois de La Rochelle, par exemple – l’événement témoigne d’une grande vitalité. Cela fourmille d’idées, de projets, de baptêmes et de «premières mondiales». Voici, en résumé et en images, quelques-unes des nouveautés et curiosités que l’on peut y découvrir.

En avant la musiqueOuverture en fanfare. Musique, soleil et bonne humeur de rigueur, pour le baptême du nouvel Outremer 51.Photo @ Delphine Fleury
Fountaine Pajot. Le constructeur rochelais a dévoilé le matin  du 18 avril un tout nouveau 42 pieds. L’Astréa 42 affiche, selon le chantier, sans doute la plus grande cabine propriétaire du marché dans cette taille. Toute ressemblance avec le Saona 47, lancé l’an dernier sur ce même salon – un modèle qui s’est déjà vendu à quelque 200 exemplaires – n’est absolument pas fortuite ! À noter que Fountaine Pajot aborde ce salon en pleine santé, avec l’annonce d’une progression de son chiffre d’affaire semestriel (1er septembre 2017 au 28 février 2018) de 51,6 %.

Astréa 42Cela deviendrait-il une habitude ? Comme l’an dernier avec le Saona 47, le chantier Fountaine-Pajot a saisi l’occasion du salon pour dévoiler le nom de son nouveau 42 pieds. Il s’appelle Astréa.Photo @ Delphine Fleury
Outremer. En «local de l’étape», le chantier grand-mottois s’est chargé de l’animation du premier jour de salon, avec un jazz-band pour accompagner le baptême très officiel de son nouvel Outremer 51, en présence de Stéphan Rossignol, maire de La Grande-Motte, et de Loïck Peyron. À côté de ce catamaran, qui n’est pas une vraie nouveauté puisqu’il s’agit de l’ancien 49, devenu ensuite 51, qui a été revu, allégé et amélioré en tenant compte des nombreux retours de propriétaires, le chantier expose Ritual, l’Outremer 4X de Jean-Pierre Balmes, qui s’apprête à faire la route du Rhum (à lire dans Voiles et Voiliers n° 567), ainsi qu’un Outremer 5X, Pom III. Et il propose chaque jour à 18 heures des visites du chantier, situé à quelques centaines de mètres du salon.

SodeboAmarré en face des unités du salon, le trimaran Sodebo Ultim' offre une intéressante mise en perspective…Photo @ Delphine Fleury
MacConaghy. Assez peu connu en France, ce spécialiste australien du composite high-tech produit depuis cinquante ans des voiliers de course ou très typés performance. Après quelques constructions en «one-off», il se lance dans la commercialisation d’un catamaran de croisière. High-tech, forcément. Et très cher, évidemment. Le MC 50 vaut le détour pour son concept original de «loft», avec une nacelle XXL qui accueille un immense espace de vie ouvert, presque jusqu’aux jupes arrière. Point de cockpit. Du coup, l’espace navigation est exclusivement situé à l’étage, sur le fly-bridge – lequel est desservi par un très chic escalier en carbone.

Bali 4.1Il y a du monde à bord du Bali 4.1, le nouveau modèle du chantier de Canet-en-Roussillon. Décliné à partir du Bali 4.0, ce cata ultra-habitable exploite toute la surface entre les deux coques, des étraves aux jupes. Un «jusqu’au-boutisme» qui semble trouver son public.Photo @ Delphine Fleury
Leopard. Le constructeur de catamarans sud-africain, qui fournit la totalité des multicoques des flottes Sunsail et Moorings, baptisait mercredi son nouveau Leopard 50, dévoilé en première européenne sur le salon. Très proche, dans ses lignes, dans son concept et ses emménagements des Leopard 40 et 45, ce nouveau plan Simonis & Voogd est destiné à remplacer le Leopard 48. Il accueille jusqu’à cinq cabines doubles. Un détail qui en dit long : deux descentes séparées mènent dans la coque tribord, l’une à la suite propriétaire, sur l’arrière, et son immense salle d’eau, et l’autre à une seconde cabine double. L’idée d’une seule suite propriétaire occupant toute la coque n’a pas été retenue, car elle aurait été bien trop grande !

Leopard 50Version Lounge. Le nouveau Leopard, de cinquante pieds est décliné en deux versions : une classique, et celle-ci, avec un vaste espace détente en altitude. À noter que le poste de barre reste malgré tout à mi-hauteur, contre la cloison.Photo @ Delphine Fleury
Parmi les curiosités à découvrir au salon, notons aussi :

Des catamarans rapides, performants, high-tech et destinés à un marché de niche font chaque année leur apparition sur ce salon. Ils viennent parfois de loin, comme le Slyder 49, conçu en Allemagne mais construit en Chine ; le Seawind 1600, conçu en Australie et construit au Vietnam, ou de plus près, comme l’Ice Cat 61, du chantier italien Ice Yachts ou le Finlandais Ocean Explorer C-60. Sans oublier les EOS 54 et TS 42 «made in France», chez Marsaudon Composites.

Des multicoques conceptuels. Difficile de ne pas s’arrêter devant le Futura 49. Annoncé de longue date, ce «concept boat» imaginé en Allemagne a fini par prendre forme. Une forme pour le moins surprenante, puisque ce cata est conçu comme une sorte de «barge» à géométrie variable. À savoir une nacelle centrale très volumineuse, qui concentre tout l’espace à vivre, et deux flotteurs qui coulissent pour réduire la largeur du bateau : elle passe de près de huit mètres en navigation «océanique , à moins de cinq mètres au port ou sur les canaux et plans d’eau abrités. Autre concept, plus cohérent et marin à notre avis : celui des trimarans Neel, dont un 51 et le 45 Evolution sont présentés. Les images d’un futur 47 sont en préparation.

Futura 49On ne sait que penser de ce trimaran à flotteurs rétractables. Conceptuel ? Original ? Innovant ? Laid ? Marrant, en tout cas.Photo @ Delphine Fleury
Des invités de marque. À quelques jours de sa participation à la Nice Ultimed, le trimaran Sodebo Ultim’ fait escale au salon. L’occasion de prendre la mesure de l’engin et de réaliser l’ampleur du défi relevé par Thomas Coville, qui a établi à son bord le record du tour du monde en solitaire en 2016, performance battue depuis par François Gabart. Juste en face de lui, le ravissant petit trimaran nommé Gordano Goose est venu s’amarrer discrètement à côté du salon. Un plan Nigel Irens, et pas n’importe lequel : le premier !

 

Infos pratiques

9e Salon international du multicoque, du 18 au 22 avril 2018 à La Grande-Motte

Horaires :
Du mercredi 18 avril au samedi 21 avril 2018 de 10 heures à 19 heures
Le dimanche 2 avril 2018 de 10 heures à 18 heures

Lieu :
Terre-plein Ouest du port
34280 La Grande-Motte
France

Tarifs : 
Entrée : 9,00 €
Pass 5 jours : 20,00 €.
Gratuit pour les moins de 16 ans et les étudiants.

Accès :

En voiture :
- Autoroute A75 en provenance de Paris et du centre de la France
- Autoroute A9 en provenance de Lyon
- Autoroute A61 en provenance de Toulouse
- Voies express reliant La Grande-Motte à l’autoroute A9 (20 km) : sortie Lunel en arrivant de l’Est ou du Nord, sortie Montpellier-Est en arrivant de l’Ouest.

En avion :
Vols et horaires : aéroport de Montpellier-Méditerranée www.montpellier.aeroport.fr

En train :
Gare TGV de Montpellier (24 km), www.sncf.com, TGV et IdTGV directs Paris-Montpellier (3 heures 20).

En bus :

Depuis Montpellier, bus ligne 106. www.herault-transport.fr

Plus d’infos sur www.multicoque-online.com

Retrouvez la présentation détaillée des nouveautés exposées au salon dans notre numéro 567 (mai 2018).
Et le programme officiel en version numérique enrichie dans
 le kiosque Voiles et Voiliers pour appareils mobiles.
Pour le lire gratuitement :
- Téléchargez l’application Voiles et Voiliers sur votre tablette ou smartphone.
- Puis téléchargez le programme officiel du Salon international du multicoque et ouvrez-le.