Actualité à la Hune

Innovation Yachts

La fibre de roche, voilà l’avenir ?

Le skipper autrichien Norbert Sedlacek vient d’entamer aux Sables-d’Olonne la prise en main de son 60 pieds Open révolutionnaire. Il est en effet fabriqué en fibre de roche volcanique, matériau 100 % recyclable, en vue de sa participation à la prochaine Ant Arctic Lab, une circumnavigation sans escale, en solitaire et sans assistance à travers tous les océans et dont il prendra le départ le 29 juillet prochain.
  • Publié le : 24/05/2018 - 14:38

Premier bainPremier bain annoncé pour le 60 pieds d’innovation Yachts le 16 mai dernier aux Sables-d’Olonne.Photo @ Innovation Yachts
Dessiné par le duo d’architectes Vincent Lebailly-Marion Koch et construit au chantier olonnais Innovation Yachts, ce monocoque est doté d’une coque formée d’un sandwich balsa-fibres de roche volcanique encore unique dans le monde de la plaisance mais probablement appelé à y trouver une place au soleil. Chargée des études techniques et mécaniques de ce projet dont elle a piloté la gestion globale, Marion Koch revient sur la genèse de ce projet au long cours qui possède en outre l’avantage – ce qui ne gâche rien –, d’arborer le label «Développement durable» dans son intégralité.

Voilesetvoiliers.com : Pourquoi une coque en fibre de roche ?
Marion Koch :
Avec mon équipe, nous cherchions depuis plusieurs années un compromis plus écologique que la fibre de verre ou de carbone, tout en répondant à des critères financiers et mécaniques restant dans les marques de la compétition extrême. La fibre volcanique de roche constituait une voie inexplorée dans laquelle nous nous sommes lancés. Nous avons remporté notre premier pari avec ce 60 pieds Open.

Innovation YachtsPremiers coups de résine époxy biocompatible dans les entrailles du chantier Innovation Yachts des Sables-d’Olonne.Photo @ Innovation Yachts
Voilesetvoiliers.com : Un pari remporté mécaniquement et financièrement à la fois…
M. K. :
Lorsqu’on se lance dans des procédés révolutionnaires de construction, les défis financiers ne sont pas forcément remportés à court terme mais, à résistance et solidité égales, la fibre de roche, en plus d’être issue d’une filière responsable et durable, est 60 à 70 % moins chère que la fibre de carbone. Même si elle est un peu plus chère, quand même, que la fibre de verre. En termes de poids, cette fibre volcanique a la même densité que le verre tout en étant 20 à 30 % plus lourde que le carbone, c’est vrai. Mais le choix du balsa pour le sandwich avec les fibres nous a permis de compenser en partie ce surpoids face à la solution carbone. Résultat, notre 60 pieds Open a un déplacement lège de 9,5 tonnes (au départ du Vendée Globe de 1996, Aquitaine innovations d’Yves Parlier, pesant 7,5 tonnes, était le plus léger de la flotte engagée, ndlr).

Fibre de rocheLa fibre de roche est posée comme une peau sur la première coque en balsa du futur oiseau de roche.Photo @ Innovation Yachts
Voilesetvoiliers.com : Un poids plume pour un voilier «standard» ?
M. K. :
Le 60 pieds de Norbert Sedlacek mesure 18,28 mètres de long pour 5,82 de large et 4,50 mètres de tirant d’eau. Nous sommes complètement dans les standards, non ? Sa grand-voile full batten sera de 170 m2, son grand spinnaker sera de 400 m2 et son petit de 300. Le gennaker fera 200 m2 et le code zéro en aura 140. Pour parer à des conditions extrêmes – Norbert franchira deux fois le cap Horn, une fois le passage Nord-Ouest de l’Arctique d’Est en Ouest, plus un tour de l’Antarctique –, il sera doté d’un foc de 50 m2 et d’un tourmentin de 20 m2. Une garde-robe «standard», donc, pour passer 200 jours en mer, a priori, en conditions de course sur une distance totale estimée à 34 000 milles nautiques. Ce 60 pieds ne sera pas équipé de foils mais il sera doté de trois dérives, soit une de plus que les «standards».


Voilesetvoiliers.com : Des rencontres avec des icebergs en haut et en bas du globe ont aussi été prévues ?
M. K. :
C’est justement ces rencontres possibles qui vont donner de l’intérêt à cette coque en fibres de roche, dont la résistance au pincement est très intéressante d’un point de vue mécanique. Par prudence, nous avons quand même prévu une double coque intérieure, ce qui a signifié évidemment un surcoût, mais aussi 800 kg supplémentaires. Norbert voulait que son défi soit absolument durable, ce qui nous a incités aussi à utiliser des résines époxy biocompatibles, mais nous avons voulu aussi que son exploit soit sécurisé.

Fibre de roche La fibre de roche a donné à l’oiseau noir de Norbert Sedlacek des allures de paysage lunaire.Photo @ Innovation Yachts
Voilesetvoiliers.com : Un retour indemne de Norbert signifierait aussi un grand avenir pour la fibre de roche ?
M. K. :
Avec la fibre volcanique, nous allons peut-être trouver une voie nouvelle pour des projets de croisière rapide avec des budgets pas forcément grand public, au moins dans un premier temps, mais sans être ceux de la haute compétition, parfois inaccessibles. Financièrement aussi, la roche pourrait devenir le compromis idéal entre le verre et le carbone. Mais plutôt dans le domaine de la construction pure, au moins dans un premier temps. La réparation et la construction artisanale ne devrait pas être impactées à court terme par ce matériau car la fibre de roche nécessite des processus avec fusion, injection ou création de vide. En remportant ce défi, en tout cas, notre chantier Innovation Yachts aura prouvé sa technicité et son savoir-faire dans ce domaine. Ce qui nous placera dans une position parfaite dès qu’un vent favorable tournera en faveur de cette fibre de roche.