Actualité à la Hune

Nouveauté - Mini de série Structures

Christian Bouroullec : «Le Pogo 3 est proche de ce qui se fait en Class40»

  • Publié le : 06/01/2014 - 00:01

Vue arrière Pogo 3Cette vue de trois-quart arrière montre que le nouveau Pogo possède un bouchain marqué mais assez haut sur le bordé, ce qui laisse entendre qu’il naviguera plutôt gîté pour allonger sa carène dynamique.Document @ Structures

Alors que les Nacira 650 ont trusté les premières places de la Mini-Transat 2013, le chantier Structures de Combrit Sainte-Marine propose un nouveau modèle en remplacement du Pogo 2, qui n’était plus construit en France depuis 2009. Avec ce nouveau plan Guillaume Verdier, Christian Bouroullec veut relancer la construction des Minis de série qui avaient du mal à s’imposer ces dernières années. Explications…


Christian BouroullecChristian Bouroullec anime le chantier Structures à Sainte-Marine depuis 1985. Cet atelier a vu sa surface multipliée par dix et sa gamme comprend cinq modèles principaux de 22 à 50 pieds.Photo @ Dominic Bourgeois voilesetvoiliers.com : Comment s’est développé le concept du voilier de série Mini ?
Christian Bouroullec :
A l’origine, le chantier Structures, créé en 1987 à Quimper, construisait des prototypes, des voiliers IOR type Half-tonners et des Minis comme Vendée, plan Berret 1987, puis Scoop, plan Berret 1989, Whirlpool construit à La Villette (plan Berret 1990) et Alibi (plan VPLP 1991). Mais en parallèle, dès 1990, nous avons aussi commencé à proposer des voiliers de série en contre-plaqué, toujours sur plan Berret, parce qu’il n’y avait plus beaucoup de voiliers de série qui participaient à la Mini-Transat, à l’exception du Coco qui commençait à être un peu démodé…

v&v.com : Ce premier Mini de série était proposé à différents états d’avancement, non ?
C.B. :
Oui, on pouvait soit le commander clé en mains, soit coque pontée quillée, soit en pièces détachées. Nous en avons sorti douze exemplaires – pas mal pour une première tentative de voiliers de série sans moule.

v&v.com : Et puis, Thierry Dubois gagne la Mini-Transat 1993 sur son plan Rolland Amnesty International. Ça vous a donné des idées…
C.B. :
On a créé une mini-association avec Bernard Stamm et Frédéric Boursier – nous avions récupéré le moule de coque de Thierry et nous avons réalisé une préforme et un moule de pont. Tous les deux faisaient leur prototype et nous, nous avons pu lancer la série : le Pogo était né.

v&v.com : Il y avait déjà une jauge Mini pour les voiliers de série ?
C.B. :
Oui, mais elle était en train de s’élaborer sous l’impulsion de Denis Hugues. L’objet était de trouver un remplaçant au Coco (1984) qui, lui-même, avait détrôné le Muscadet et le Gros Plant des années 75. Le Pogo a réellement relancé les voiliers de série : beaucoup de gens n’y croyait pas, mais il y avait en fait une place à prendre. Et puis, à l’époque, quand on avait envie de faire un truc, on y allait ! Cela dit, on ne s’imaginait pas que ce serait un aussi grand succès…

v&v.com : La force du projet tenait au fait que c’était un ancien proto vainqueur qui était décliné en voilier de série !
C.B. :
On savait qu’il était rapide, oui. Même s’il portait moins de voilure, avait un tirant d’eau plus court, et qu'il était plus lourd que le proto – la «box rule» de la Classe Mini était déjà appliquée.

Pogo 650Le Pogo a été un succès incroyable avec plus de 120 unités vendues dans le monde ! Le remplaçant du Muscadet et du Coco reste encore une valeur sûre de la petite croisière rapide…Photo @ Alain Pointet

v&v.com : Les premiers exemplaires ont été réalisés en 1994, mais le Pogo n'est devenu voilier de série qu’en 1997…
C.B. :
Deux Pogo se sont inscrits à la Mini 1995 – on a construit deux exemplaires en 1994, trois en 1995, dont un pour le chantier Structures, dix en 1997 et… quarante en 1998 ! Cela a donc mis quatre ans à vraiment mordre…

v&v.com : Et toi, Christian, tu cours la Mini-Transat en 1999…
C.B. :
Que je gagne ! Mais, déjà en 1997, Erwan Grouhel, Michel Mirabel et François Trégouet s’étaient adjugés le podium ! Et puis, le Pogo a gagné tous les podiums suivants jusqu’en 2001 inclus.

v&v.com : Mais sur les 124 exemplaires vendus, tous ne couraient pas la Mini…
C.B. :
Non, car ces bateaux étaient tout de même aménagés, un peu dans l’esprit du Muscadet. Le Pogo était aussi un petit voilier de croisière rapide avec de longues couchettes, un coin table à cartes et une petite cuisine. Je pense que les deux tiers ont été acheté pour la balade côtière ou la sortie à la journée !

v&v.com : D’autres voiliers de série ont alors commencé à s’installer sur le marché…
C.B. :
Sans grand succès. Mais la concurrence commençait tout de même à pointer le bout de son nez avec le Super Câlin, le Mistral, le Te-Salt, le Naus, le Ginto… Il fallait remplacer le Pogo par une version plus moderne.

v&v.com : Et vous vous tournez vers un autre architecte…
C.B. :
Le cabinet Finot-Conq, oui, qui était au top de la Mini en proto depuis plusieurs années. La différence par rapport au Pogo, c’est que la carène du Pogo 2 a été dessinée d'emblée pour être un Mini de série. Le devis de poids était archi détaillé, poste par poste, pour être optimisé en termes d’échantillonnage et de structures intérieures : on a gagné 220 kilos, soit presque 20 % avec un bateau plus puissant, avec un centre de gravité plus bas !

Pogo-2Le Pogo 2 a presque tout gagné depuis 2003 mais il a laissé la place à d’autres voiliers de série à l’image du Nacira et prochainement de son remplaçant, le Pogo 3 dessiné par Guillaume Verdier.Photo @ Didier Ravon

v&v.com : Le premier exemplaire sort en 2003 – et c'est un succès…
C.B. :
Oui, il est sorti en tout début d’année pour courir toute la saison et la Mini Transat – où il s’impose sur les trois marches du podium. C’est parti très fort tout de suite en termes de construction : on en faisait deux par mois ! Le Pogo 2 était plus typé pour la course, même si nous en avons vendu à peu près un tiers pour la petite croisière et la balade sportive du week-end. Et nous avions encore armé un bateau pour le chantier avec Erwan Tymen, qui gagne en 2003 ! Le bateau a eu une longue carrière : il a été au top pendant dix ans, puisqu’il a remporté tous les podiums de la Mini depuis 2003 jusqu’en 2011 inclus…

v&v.com : Et il reste compétitif à ce jour ?
C.B. :
Je pense – il a manqué d'un peu de chance pour cette édition où certains bons coureurs ont dû jeter l’éponge au large du Portugal… Mais je crois que le Pogo 2 n’a pas dit son dernier mot : c’est encore un bateau qui peut prétendre à la victoire en 2014. On a arrêté la construction au chantier Structures en 2009, mais il est encore réalisé aux États-Unis sous licence par Open Sailing, qui a récupéré les moules.

v&v.com : Pourquoi avoir arrêté la construction ?
C.B. :
Il y avait trop de bateaux sur le marché de l’occasion. La dernière année, nous ne faisions plus que deux Mini par an et on avait été obligé de grouper les commandes pour en reconstruire.

v&v.com : C’est à ce moment que vous avez décidé de le remplacer par le Pogo3 ?
C.B. :
Pas tout de suite ! On avait aussi pas mal de charge de travail avec d’autres modèles… Bien qu’on soit «piquousé» à vie par la Mini-Transat, au début, nous n’étions pas très attirés par un nouveau modèle parce que la jauge était restée très bloquée et techniquement, ce n’était pas très enthousiasmant. On a commencé à se poser la question à l’automne 2012.

Vue travers Pogo 3L’étrave très volumineuse du Pogo 3 devra sortir de l’eau dès les allures débridées et le mât est encore plus reculé que sur son prédécesseur…Document @ Structures

v&v.com : Et il y avait eu l’effet Magnum…
C.B. :
Le plan de David Raison venait en effet de remporter la Mini 2011… mais on s’est dit qu’on pouvait faire mieux avec les mêmes matériaux, simples et pas chers. On a tout passé à la moulinette pour établir un devis de poids. On a vu qu’on pouvait faire mieux en particulier avec la construction sous vide. On a surtout cherché à améliorer la puissance du bateau avec plus de stabilité de formes. Mais cela entraîne plus de poids de bordé… et un centre de carène qui descend, donc plus de lest ! Faire un bateau plus léger de 5-6% était donc difficile.

v&v.com : Plus puissant avec le même plan de voilure…
C.B. :
Ce n’était même pas évident, puisque les mâts ont tendance à reculer, ce qui diminue la surface de la grand-voile… Ce n’était donc pas facile de conserver le même plan de voilure.

v&v.com : Pourquoi avoir choisi Guillaume Verdier comme architecte ?
C.B. :
C’est une histoire de rencontre et de plan de charge de certains architectes – nous avions déjà le Pogo 30 en étude avec le cabinet Finot-Conq. Côté calendrier, le premier exemplaire du Pogo 3 devrait être mis à l’eau début avril.

v&v.com : Avec des formes très volumineuses !
C.B. :
C’est dans l’air du temps – en tout cas, l’étude a été très longue ! Guillaume Verdier a travaillé avec un architecte néo-zélandais, Len Imas. Il y a eu beaucoup de carènes dessinées et testées en CFD. C’est en effet une coque très volumineuse devant ! On peut donc toujours faire de la croisière avec le Pogo 3, avec une superbe couchette à l’avant…

v&v.com : Et ses autres caractéristiques ?
C.B. :
Le Pogo 3 est toujours aussi large, car la jauge n’a pas changé. Disons que la carène est plus proche de ce qui se fait en Class40. Avec une stabilité longitudinale qui fait que le bateau va cabrer très rapidement.

v&v.com : Avez-vous déjà des commandes ?
C.B. :
Non ! On termine d'abord la construction du premier exemplaire qui est dédié au chantier pour le tester et le faire courir. C'est un jeune de chez Structures, Olivier Taillard, qui va le mettre au point et faire les courses de la saison.

v&v.com : Mais il y a de la concurrence maintenant – le Nacira a carrément enlevé le podium de la Mini 2013 !
C.B. :
Il y a de l’émulation, c’est très bien !


Comparatif PogoTrois générations de Pogo, Minis de série successivement conçus par Pierre Rolland, Finot-Conq et Guillaume Verdier. C’est surtout la carène qui a gagné en puissance…Document @ Erwan Tymen

...........
Pogo 650

De 1994 à 2000 : 124 exemplaires
Architecte : Pierre Rolland
Longueur : 6,50 m
Largeur : 2,97 m
Déplacement lège : 1 200 kg
Tirant d’eau : 1,57 m
Surface GV : 24 m2
Surface génois : 18 m2
Surface spi : 72 m2

Pogo 2
De 2002 à 2009 : 115 exemplaires
Architecte : Finot-Conq
Longueur : 6,50 m
Largeur : 3,00 m
Déplacement lège : 980 kg
Tirant d’eau : 1,60 m
Surface GV : 28 m2
Surface génois : 18 m2
Surface spi : 70 m2

Pogo 3
À partir de 2014
Architecte : Guillaume Verdier
Longueur : 6,50 m
Largeur : 3,00 m
Déplacement lège : 930 kg
Tirant d’eau : 1,60 m
Surface GV : 26 m2
Surface génois : 20 m2
Surface spi : 70 m2

En complément

  1. L'incroyable aventure de Ian Lipinski 20/12/2013 - 19:16 Mini Transat 2013 L'incroyable aventure de Ian Lipinski Comme tous les participants à la Mini Transat 2013, Ian Lipinski est soulagé lorsque le départ est donné de Sada (Espagne) le 13 novembre 2013, pour une étape unique jusqu'à Pointe-à-Pitre. Mais la météo des premières 24 heures est difficile : un fort vent portant de Nord Est lève une mer formée au large de la péninsule ibérique. A bord de son Pogo 2 "Pas de De Futur Sans Numérique", Ian part dans des surfs sauvages, et finit par démâter après avoir chaviré. Après avoir actionné sa balise de détresse, le jeune skipper sera récupéré sain et sauf par un cargo au terme d'un sauvetage épique. Retour sur une aventure pleine de solidarité maritime.
  2. heureuse, justine  10/12/2013 - 00:03 Mini-Transat 2013 Justine Mettraux : «Je ne pensais pas qu’on serait aussi isolés» Deuxième des Minis de série en un peu moins de 23 jours de course, Justine Mettraux a confirmé le statut de favorite qu'elle portait au départ. Elle revient ici sur sa course, sans concessions.
  3. itv aymeric belloir illustration 09/12/2013 - 00:16 Mini-Transat 2013 Aymeric Belloir : «Le bateau, le vent et moi, on était en phase» S’il a largement gagné la Mini 2013 en série, Aymeric Belloir a aussi devancé nombre de protos et de marins affûtés ! En 21 jours et à plus de 7 nœuds de moyenne, une belle démonstration. Interview.
  4. la mini pour marie  01/12/2013 - 22:53 Mini-Transat 2013 Benoît premier, Pedote marri Duel dantesque, fanstastique finish ! Après 18 jours de course, Benoît Marie a finalement enlevé la Mini-Transat 2013 au nez et à la sous-barbe de Giancarlo Pedote, dans les dernières longueurs d'une étape-marathon – 3 700 milles de Sada à pointe-à-Pitre – courue comme un sprint.
  5. illustration récit gwénolé gahinet 27/11/2013 - 00:01 Mini-Transat 2013 – Vécu (3) Le récit de Gwénolé Gahinet, sauvé au large du Portugal Après les récits d’Arthur Léopold-Léger (tombé à l’eau) et de Ian Lipinski (démâté), voici celui de Gwénolé Gahinet – grand favori de l’épreuve – qui a dû abandonner son Mini sur casse du palier de quille.
  6. le récit de ian lipinski 19/11/2013 - 22:42 Mini-Transat 2013 - Vécu (2) Le récit de Ian, chaviré et démâté en Pogo 2 Après le récit d’Arthur Léopold-Léger, tombé à l’eau lors de la première étape de la Mini, voici celui de Ian Lipinski, dont le Mini a chaviré et démâté. Ici aussi, un récit simple – qui fait froid dans le dos.