Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

Louis Vuitton America's Cup World Series

Franck Cammas : "Nous ne sommes pas si loin"

Team New Zealand a brillamment remporté le rendez-vous de Göteborg devant Oracle Team USA. Groupama Team France se classe sixième, mais troisième de la deuxième régate de ce jour. Le point après les deux premières World Series 2015 avec son skipper, Franck Cammas mais surtout explication des prochaines étapes avec, en particulier, le lancement d’un AC 45 ‘’turbo’’ dès mai prochain.
  • Publié le : 30/08/2015 - 19:17

Portrait CammasFranck Cammas, skipper de Groupama Team France tire un bilan positif des deux premières World Series 2015.Photo @ ACEA 2015 / Gilles Martin-Raget

Voilesetvoiliers.com : Franck, vous avez navigué sans tacticien lors de cette deuxième journée ?

Franck Cammas : Arnaud (Psarofaghis) a été victime d’une intoxication alimentaire hier soir. Il était très frustré de ne pas venir ; il a essayé jusqu’au bout mais cela ne l’a pas fait.

Voilesetvoiliers.com : Un forfait alors que cette journée dans de petits airs (8 à 10 noeuds de vent) était très tactique…
F.C. : C’était pas terrible.. Sébastien Stéphant, habituellement ‘’Boat Captain’’, mais qui avait déjà navigué en Extrême 40 est rentré dans le jeu pour le remplacer en manœuvre. Heureusement que c’était du petit temps et que les erreurs de manœuvres étaient moins pénalisantes. Il a très bien fait son boulot. Il n’a évidemment pas fait de tactique que nous avons pris en charge Thierry Fouchier – régleur de l’aile – et moi-même.

Voilesetvoiliers.com : Deux régates ce dimanche aux résultats très différents pour vous : sixième et troisième.
F.C. : En effet. On a pris deux bons départs puisque nous sommes troisièmes à chaque fois à la première marque. Mais ensuite on a eu du mal lors de la première course à trouver les bons réglages au portant. On ne choisit pas le bon côté du plan d’eau pour le premier louvoyage et on a jamais pu revenir. Lors de la deuxième nous avons changé nos réglages au portant ; réglages d’aile, de barre, un positionnement de l’équipage plus extrême. C’était mieux. On a tenu en vitesse et nous avons pu garder notre troisième place. Content de finir comme ça.

Départ à GöteborgGroupama Team France a constamment pris de bons départs lors des régates de Göteborg avant de rétrograder ensuite.Photo @ ACEA 2015 / Gilles Martin-Raget
Voilesetvoiliers.com : Quel bilan tirez-vous après les deux premières des trois manches de la saison 2015, Portsmouth et Göteborg ?
F.C. :
Assez positif. Nous ne sommes pas si loin que ça. On savait que nous serions derrière nos compétiteurs. C’était la première fois que nous naviguions avec cet équipage-là sur ce bateau qui vole. On a fait quelques belles manches même si nous n’avons pas la régularité des autres. J’ai confiance dans le potentiel que nous pouvons avoir. Il faut juste que nous trouvions les moyens de naviguer ensemble ; pour l’instant ni réglementairement, ni en terme de temps nous ne pouvons le faire. La règle nous interdit de naviguer avec le bateau entre deux événements.  Les autres équipes s'entraînent avec leurs AC45 modifiés mais pas ceux-là. Mais il nous faut de l’entraînement et de la compétition. C’est ce que nous sommes en train d’organiser après les Bermudes (dernière manche 2015, du 16 au 18 octobre) avec d’autres équipes. On travaillera ainsi plus correctement cet hiver avec du temps et sur la zone où se disputera la Coupe en 2017. Nous en profiterons aussi pour essayer de nouveaux équipiers de manière à préparer la suite et l’arrivée du grand bateau où nous serons six à bord. En fait, on va intégrer deux nouveaux marins parmi les navigants : un sixième homme d’équipage et un remplaçant. On veut sélectionner les meilleurs et trouver des gens puissants. Nous sommes l’équipe la plus légère du plateau et il nous faut arriver au bon poids pour qu’on ne se pose plus de questions sur ce sujet-là.

Gros bras GöteborgCe sont les gras bras actuels : Kiwis, Américains et Britanniques dominent les débats et les Japonais de Dean Barker ne sont plus très loin.Photo @ DRVoilesetvoiliers.com : Etes-vous satisfait de votre actuelle équipe ?
F.C. : Oui même si nous sommes toujours frustrés car on sent qu’on ne fait pas bien, moi-même compris. Il faut que nous passions du temps pour réitérer les bonnes choses que nous effectuons car nous ne les faisons pas tout le temps. Et puis nous avons Bertrand Pacé comme coach. Bertrand est le marin qui a le plus d’expérience de la Coupe en France. Sa présence nous évite de commettre des erreurs stratégiques sur l’eau bien sûr mais aussi dans le montage du projet. Nous n’avons pas le temps de nous chercher. Il nous faut aller vers l’efficacité et à l’essentiel en s’entourant des personnes qui vont nous y permettre, que ce soit dans l’équipe à terre comme dans le design team (il devrait être articulé autour de Martin Fischer, qui a travaillé sur les foils de Groupama II, III et IV ainsi que sur le Class C de la petite Coupe de l’America et Juan Kouyoumdjian). Tout cela nous fera gagner du temps mais aussi permettra de former des jeunes. Il nous faut de seniors qui ont la connaissance entourés de jeunes brillants. Pas une grande équipe quantitativement mais qualitativement.

Voilesetvoiliers.com : Vous parlez de l’arrivée du grand bateau. Quel est votre timing désormais ?
F. C. 
:
Notre budget initial était basé sur la construction d’un seul bateau, celui de la Coupe de l’America. Mais, réglementairement,  nous ne pouvons pas le mettre à l’eau à plus de cinq mois de la Coupe, soit en janvier 2017. Donc nous travaillons actuellement à disposer prochainement d’un AC 45 modifié, ce que certains appellent AC45 turbo, avant le grand bateau. Budgétairement ça passe mais nous sommes en train de le finaliser. Notre idée étant que cela coûte le moins cher possible, nous allons ‘’récupérer’’ des pièces du futur cata pour les adapter à ce bateau-là. Cela signifie qu’en mai prochain, on devrait pouvoir naviguer sur un bateau très proche de celui de la Coupe et nous entraîner en France. Ces heures de navigation seront utiles aux marins mais aussi au design team qui pourra travailler en réel sur les appendices et les systèmes de contrôle que nous mettrons ensuite sur le grand bateau. On va gagner huit mois de mise au point.

Exhibition à GöteborgSamedi soir, après les régates, les concurrents ont pris part à une exhibition spectaculaire dans la rivière de Göteborg, rasant le grand voilier Viking mouillé en plein centre ville.Photo @ ACEA 2015 / Gilles Martin-RagetVoilesetvoiliers.com : En quoi ces AC45 modifiés sont-ils différents des AC45f que vous utilisez lors des World Series ?
F.C :
Ce sont quasiment de nouveaux bateaux en fait. On garde 70 % de la partie basse des coques des AC45f et on change tout le reste ! Mais on change avec des pièces qui seront ensuite utilisées pour le bateau de la Coupe donc cela ne génèrera pas de surcoût. L’idée c’est d’utiliser les bras, l’aile, le pont et l’accastillage que nous aurons sur le bateau final. Nous n’aurons pas à acheter deux fois les choses. C’est plutôt intelligent.

Voilesetvoiliers.com : Il faut quand même refaire des coques…
F.C.:
Oui mais c’est 15 % du prix du bateau aujourd’hui.  Ce qui est cher ce sont les appendices et les systèmes de contrôle des foils et des safrans, car ceux-ci pourront aussi bouger en régate.

Voilesetvoiliers.com : Depuis l’annonce du soutien de Groupama à Team France le 25 juin où en êtes-vous budgétairement ?
F.C. :
Au même point. Groupama nous amène 80 % du budget ce qui nous permet d’avoir la certitude d’aller au bout. On cherche 20 %. On a des prospects forcément, mais nous n’avons rien signé d’autres. Nos propositions commerciales ne sont pas très élevées en terme de budget avec de la visibilité sur le bateau pour un accès à une compétition internationale de renom.

Voilesetvoiliers.com : Comment interviennent aujourd’hui Michel Desjoyeaux et Olivier de Kersauson ?
F.C. :
Comme au départ. Michel s’est engagé sur un programme sportif d’ici la fin 2015. Il va aller au bout de ses engagements et sera plus présent avec nous ensuite dans le design team. Olivier est très enthousiaste. Il fait tout ce qu’il peut pour nous aider et finaliser notre budget. Il parle en bien de l’équipe autour de lui. Il est brillant et il ne faut surtout pas négliger ses idées. Nos échanges sont intéressants sur la manière de présenter le team que ce soit médiatiquement comme politiquement. 

Team New Zealand GoteborgVictorieux d"une manche hier et très régulier lors des autres, Team New Zealand a gagné le rendez-vous de Göteborg.Photo @ ACEA 2015 / Gilles Martin-Raget

Team New Zealand à la régulière

Troisième des deux régates disputées samedi ; deuxième puis premier des deux manches de ce dimanche (qui comptaient double en terme de points) : c’est à la régularité que Team New Zealand est allé chercher la victoire au terme des deuxièmes World Series 2015.
Dans les petits airs qui régnaient sur le plan d’eau, situé à l’embouchure de la rivière de Göteborg, les Kiwis se sont montrés impressionnants de vitesse et impeccables en stratégie.  Deuxièmes de la première manche gagnée par l’équipe locale de l’étape, Artemis Racing très opportuniste après un magnifique départ, les hommes de Glenn Ashby avaient particulièrement bien préparé leur navigation dans la faible brise, à l’image des 8 à 10 nœuds qui soufflaient en ce dimanche. « Ce fut un après-midi compliqué, expliqua le skipper, mais nous avions tout mis en œuvre en réglage pour les petits airs depuis que nous sommes arrivés à Göteborg. »
Ce fut assez évident lors de la deuxième régate où, après être passés quatrièmes à la première bouée, troisièmes à la deuxième, ils trouvaient les ressources pour s’emparer du commandement. « Nous avions noté qu’ils allaient vite, expliqua ensuite Cammas. C’est pourquoi nous nous sommes inspirés d'eux dans la deuxième course et cela a marché. » En effet, après avoir été derniers de la première manche, les Tricolores terminaient troisièmes de la deuxième mais sixièmes et derniers du général.
La déception était aussi à mettre du côté de Oracle Team USA, double vainqueur samedi et deux fois quatrième en ce dimanche mais surtout des Britanniques de Land Rover BAR, favoris au départ, inconsistants et perdus dans le petit temps au final. Au terme du deuxième des trois rendez-vous du calendrier 2015, Team New Zealand pointe en tête. Les équipages de ce « tournoi des six nations de la voile » se retrouvera du 16 au 18 octobre prochain aux Bermudes pour les ultimes confrontations de la saison.

 

RESULTATS
Louis Vuitton America’s Cup World Series Göteborg (SUE)
3e manche :

1.       Artemis Racing (SUE, Outteridge) : 20 pts
2.       Emirates Team New Zealand (NZL, Ashby) : 18 pts
3.       Land Rover BAR (GBR, Ainslie) : 16 pts
4.       Oracle Team USA (USA, Spithill) : 14 pts
5.       SoftBank Team Japan (JAP, Barker) :  12 pts
6.       Groupama Team France (FRA, Cammas)  : 10 pts

4e  manche :
1.       Emirates Team New Zealand (NZL, Ashby) : 20 pts
2.       SoftBank Team Japan (JAP, Barker) : 18 pts
3.       Groupama Team France (FRA, Cammas) : 16 pts
4.       Oracle Team USA (USA, Spithill) : 14 pts
5.       Land Rover BAR (GBR, Ainslie) :  12 pts
6.       Artemis Racing (SUE, Outteridge) : 10 pts

Team New Zealand Goteborg 2Team New Zealand a impressionné par sa régularité aux avant-postes et son aisance que ce soit dans la brise comme dans le petit temps.Photo @ Philippe Joubin

Classement général Göteborg

1. Emirates Team New Zealand (NZL, Ashby) : 54 pts
2. Oracle Team USA (USA, Spithill) : 48 pts
3. Land Rover BAR (GBR, Ainslie) : 46 pts
4. SoftBank Team Japan (JAP, Barker) : 43 pts
5. Artemis Racing (SUE, Outteridge) : 42 pts
6. Groupama Team France (FRA, Cammas) : 37 pts

Classement général après deux manches (Portsmouth et Göteborg) :

1. Emirates Team New Zealand (NZL, Ashby) : 72 pts
2. 
Land Rover BAR (GBR, Ainslie) : 65 pts
3.  Oracle Team USA (USA, Spithill) : 64 pts
4. SoftBank Team Japan (JAP, Barker) : 56 pts
5. Artemis Racing (SUE, Outteridge) : 53 pts
6. Groupama Team France (FRA, Cammas) : 50 pts