Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

America’s Cup World Series 2012-13

Oracle, prophète en son pays !

Du vent, du soleil, des chavirages à l’entraînement et le Golden Gate Bridge en arrière-plan. Les America’s Cup World Series ont démarré la 2e saison en fanfare ! Trois nouveaux équipages ont rejoint la flotte à San Francisco. China Team, absent de Newport, a fait son grand retour. Artemis Racing s’est dédoublé avec un second équipage mené par l’Argentin Santiago Lange, tandis que le quadruple Champion Olympique Ben Ainslie s’est camouflé sous une équipe baptisée JP Morgan BAR qui n’est autre que le 3e équipage d’Oracle.
  • Publié le : 29/08/2012 - 00:07

Energy Team, 4e à FriscoDommage ! La 10e place d"Energy Team lors de la finale a fait chuter l"équipe française de la 2e à la 4e place au général. Mais Yann Guichard et ses hommes ont remporté une manche le samedi et prouver une nouvelle fois qu"ils étaient au niveau des meilleures équipes.Photo @ Gilles Martin-Raget ACEA

Quelles finales ! Le fameux “Super Sunday“ – chaque dernier dimanche d’ACWS – portait enfin bien son nom. Car les deux finales de match-racing et de régates en flotte disputées à San Francisco dimanche font partie des régates les plus incroyables de l’ère des America’s Cup World Series.

Finale 100% Oracle
En match-racing, c’était la première fois que les deux équipages d’Oracle se rencontraient en finale. Pour Philippe Presti, le coach français du defender américain, le plaisir devait être double. Face à face, le vétéran Russell Coutts, quadruple vainqueur de la Coupe de l’America (dont trois fois d’affilée en tant que barreur) et le jeune surdoué James Spithill qui barrait le trimaran à aile USA-17 vainqueur de la 33e Coupe de l’America face à Alinghi. Si Spithill brille toujours sur les deux tableaux, en flotte comme en match-racing, tel ne fut pas le cas de son patron Russell. Dès le deuxième jour de régates en flotte, le Néo-Zélandais s’est emplâtré à pleine vitesse le bateau comité au moment du départ. Et qui lui a fermé la porte au comité ? Spithill les dents longues ! Autant dire qu’entre le boss d’Oracle Team USA et son barreur numéro 1, il n’y aurait pas de cadeau en finale. Après plusieurs chassés-croisés, Russell Coutts prend le dessus lors du second tour. Mais à l’approche de la dernière marque, Spithill, qu’on croyait perdu, revient du diable vauvert et fait l’intérieur sur son patron au virage de la dernière marque. Mais l’Australien a juste oublié – volontairement ? – qu’il traînait une pénalité depuis quelques minutes pour être sorti des limites du terrain de jeu. Obligé de s’arrêter quelques secondes, il a laissé son patron le redoubler et remporter la finale du match-racing. Peut-être une façon de lui montrer que sans la pénalité, il pouvait le battre…

des AC45 en or !Onze AC45 au pied du Golden Gate Bridge ! A San Francisco, le premier rendez-vous des America"s Cup World Series était un des plus spectaculaires.Photo @ Guilain Grenier Oracle Team USA

Une arrivée complètement folle !
Leader après six manches des régates en flotte, James Spithill pouvait se rattraper quelques minutes plus tard de sa finale ratée en match-racing. Mais classé dixième au passage de la première marque au vent, l’affaire s’annonce compliquée. D’autant qu’avec l’attribution de points de coefficient 3 (ou presque !) pour cette dernière manche, plusieurs équipages espèrent bien profiter de cette dernière occasion pour briller et se hisser sur la plus haute marche. C’est le cas des Français d’Energy Team, alors 2e à 13 points. Ou encore de Team Korea et de Luna Rossa – Piranha. En tête dès le premier tour, les Italiens comptent les places qui les séparent d’Oracle. 9, puis 6, puis 3… A chaque bord, James Spithill fait parler la poudre et dévore ses adversaires avec l’appétit d’un Ministe arrivé d’une Transat. Le Britannique Chris Draper, barreur de Luna Rossa, annonce alors qu’il ne faut pas contrôler Team Korea, pourtant second, pour éviter qu’il ne se fasse croquer à son tour par l’ogre australien. Car un seul bateau intercalé suffirait au bonheur des Italiens.

Mais comme dans la finale de match-racing, c’est au passage de la dernière marque, à moins de 200 mètres de l’arrivée, que James Spithill réussit un coup de maître en revenant comme un avion sur son compatriote Nathan Outteridge, le barreur de Team Korea. Au moment même où Spithill le lofe et lui inflige une pénalité, Luna Rossa est quasiment en perdition à 20 mètres de la ligne. Foc en drapeau et aile coincée, le catamaran italien est bloqué au près et se dirige tout droit vers le môle recouvert de spectateurs qui marque le bout de la ligne d’arrivée. Un scénario complètement fou ! Celui qui aurait imaginé une telle arrivée serait passé pour un doux dingue. Tandis que Spithill, désormais second déboule vers la ligne d’arrivée à plus de 20 nœuds, l’équipage de Luna Rossa reprend enfin le contrôle de sa machine, évite les spectateurs et franchit la ligne d’arrivée avec seulement 3 secondes d’avance sur Oracle, et 7 secondes sur Team Korea… La tension retombe, le temps pour les Italiens de réaliser que malgré cette dernière victoire, la première place au général leur échappe d’un point. Satanés Australiens…

Les Kiwis ne volent plus !La grande surprise de San Francisco ? La contre performance de Team New Zealand qui termine 7e, son plus mauvais classement en sept épreuves. Jusque là, les Kiwis avaient toujours terminé sur le podium.Photo @ Gilles Martin-Raget ACEAEnergy Team frustré, Team New Zealand embrouillé
Comment ne pas l’être lorsque, comme les Français, on attaque la dernière journée en 2e position, qu’on vise la victoire finale et qu’on termine au pied du podium ? Tout ça à cause d’un second bord de près catastrophique où les Français, alors 3e, dégringolent de sept places pour terminer avant-dernier de cette ultime régate en flotte. Leur plus mauvaise manche après avoir terminé successivement 4e, 7e, 3e, 7e, 1er et 3e des six manches précédentes. Mais preuve est faite (encore une fois) qu’Energy Team, malgré ses moyens très limités, est capable de rivaliser avec les meilleurs et de jouer la victoire à chaque événement.
En revanche, c’est un Team New Zealand méconnaissable qui s’est présenté en Californie. Comment les Kiwis, sur le podium de tous les ACWS depuis le premier à Cascais en août 2011 ont-ils pu terminer septièmes cette fois-ci ? Presque jamais dans le coup, l’équipage de Dean Barker n’a pas su concrétiser ses deux seules bonnes manches où, en tête après un tour, il s’est fait doubler à chaque fois pour terminer troisième. Rien ne va plus sur la planète voile ! Les All Blacks des mers ne font plus peur ? Avaient-ils la tête à leur AC72, fraîchement mis à l’eau le 31 juillet dernier ? Une chose est sûre, Grant Dalton, le peu riant patron Kiwi, n’a pas décoléré de la semaine contre son équipe…

De l’or en barre
Moins de deux semaines après les Jeux Olympiques, les médaillés d’Or ne manquaient pas dans la baie de San Francisco. Ben Ainslie, quadruple Champion Olympique (3 fois en Finn, 1 fois en Laser) a eu un apprentissage difficile des America’s Cup World Series. Un circuit que connaît déjà bien Nathan Outteridge, le skipper de Team Korea et Champion Olympique de 49er. S’il ne régatait pas la semaine dernière, Tom Slingsby, Champion Olympique en Laser, fait pourtant partie de l’équipe d’Oracle Team USA avec qui il a participé à plusieurs ACWS.

Big Ben sur la CoupeApprentissage difficile des AC45 pour Ben Ainslie (à gauche), le quadruple Champion Olympique, qui termine avant-dernier à San Francisco.Photo @ Gilles Martin-Raget ACEA

Classement général des régates en flotte
Position / équipe / pays / skipper / pays / points
1) Oracle Team USA – Spithill / USA / James Spithill (AUS) / 86 points
2) Luna Rossa – Piranha / ITA / Chris Draper (GBR) / 85 pts
3) Team Korea / KOR / Nathan Outteridge (AUS) / 65 pts
4) Energy Team / FRA / Yann Guichard (FRA) / 55 pts
5) Luna Rossa – Swordfish / ITA / Paul Campbell-James (GBR) / 51 pts
6) Artemis Racing White / SUE / Terry Hutchinson (USA) / 48 pts
7) Emirates Team New Zealand / NZL / Dean Barker (NZL) / 43 pts
8) Oracle Team USA – Coutts / USA / Russell Coutts (NZL) / 42 pts
9) Artemis Racing Red / SUE / Santiago Lange (ARG) / 38 pts
10) JP Morgan BAR / GBR / Ben Ainslie (GBR) / 37 pts
11) China Team / CHN / Phil Robertson (NZL) / 15 pts

 

Prochain rendez-vous toujours à San Francisco, du 3 au 7 octobre prochain.