Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

Louis Vuitton Trophy 2010 - Dubaï

Class America : le chant des cygnes

Emblématiques. Fins, racés, techniques. Lents et lourds, aussi. Aujourd'hui un peu dépassés, on les surnomme "les dinosaures". Pendant près de vingt ans, la Coupe de l'America s'est disputée en Class America. Mais la prochaine édition se courra en multicoque et les ACC ont tiré leur révérence le week-end dernier, à l'occasion du Louis Vuitton Trophy de Dubaï. Dernier hommage.

  • Publié le : 02/12/2010 - 06:21

Coucher de soleil sur les ACC Fin de journée à Dubaï, dans les eaux de l'Emirat, où se sont joués les derniers matchs des Class America en novembre dernier. (Cliquez sur les illustrations pour les agrandir). Photo © Gilles Marin-Raget/Sea&Co Dubaï, samedi 28 novembre. Après Nice en 2009, Auckland en mars et La Maddalena en juin, le quatrième Louis Vuitton Trophy vient de se terminer sur une victoire de l'équipe néo-zélandaise. <C'était la dernière course des Class America et nous voulions absolument la gagner>, reconnaît Dean Barker, skipper d'Emirates Team New Zealand. Grands animateurs des épreuves Louis Vuitton et des différentes éditions de la Coupe depuis la première édition disputée en Class America, en 1992, les Kiwis n'ont rien lâché pour cette dernière historique.

ITA 1 vs FRA 2 : le premier circling Sète, début des années 90 : F1 et Il Moro di Venezia à l'entraînement. Et premier "circling" de l'histoire des Class America ! Photo © Gilles Martin-Raget En finale, ils avaient pourtant en face d'eux un adversaire tenace, BMW Oracle. Impressionnant, le récent vainqueur de la Coupe de l'America a mené le classement provisoire durant toute l'épreuve de Dubaï. Six équipes et deux semaines de régates... Les dernières sorties en mer officielles des quatre derniers Class America <Version 5> qui naviguaient encore - NZL 92 et 84, USA 98 et 87.

Et lorsque le porte-parole de Louis Vuitton, Bruno Troublé, a demandé à Dean Barker s'il était nostalgique à l'idée de quitter ces voiliers historiques, le skipper kiwi a avoué sa nostalgie : <Oui, c'est un peu triste. Ce sont des bateaux auxquels beaucoup de souvenirs sont rattachés. On profite de chacune de ces dernières minutes.>

À bord d'All4One, équipage franco-allemand quatrième à Dubaï, il y avait justement plusieurs vétérans du Class America. Quand cette nouvelle jauge a succédé aux 12 Mètre JI en 1988, Albert Jacobsoone - sept Coupe de l'America !- a embarqué sur l'un des premiers bateaux.

<F1 (immatriculé FRA 2), le bateau du Défi Français, a même navigué avant Il Moro di Venezia (ITA 1). La première rencontre entre les deux premiers IACC de l'histoire a eu lieu à Sète. Après les 12 Mètre JI, il y avait de l'appréhension. On allait vers l'inconnu ! Ces bateaux-là semblaient tellement plus raides, plus puissants, plus difficiles !>

Et oui ! À l'époque, les Class America étaient révolutionnaires. Longs de 80 à 90 pieds, lourds de 23 à 24 tonnes, ils étaient déjà construits en composite. Les quilles étaient plus grandes, les voiles lattées avaient des ronds de chute plus développés et les spis étaient gréés en tête... Des évolutions remarquables après les <Twelve> en aluminium !
Un beau derrière ! (2) ... et, ici, l'un des derniers Class America Version 5 construits par BMW Oracle. Bau étroit, lignes tendues, flancs verticaux très hauts : les carènes ont bien changé ! Photo © Gilles Marin-Raget/Sea&Co Puis la jauge elle-même a évolué. D'abord très larges, les Class America se sont affinés. La largeur maximale est passée de 5,50 à 4,50 mètres. Avec l'apparition des carbones à haut module, les poids ont pu être réduits. Les voiles ont évolué, les spis sont devenus asymétriques.

Leur vitesse ? Les ACC Version 5 atteignent 10 noeuds au près, 15 noeuds maximum au portant. Yann Gouniot, régleur de grand-voile d'All4One, cinq America's Cup au compteur : <À bord, je me fais énormément plaisir. Il faut pousser chacun des 17 postes à fond pour que le Class America donne son maximum. Les réglages sont fins, les efforts énormes, et c'est pour ça qu'on aime ces bateaux.>

Help ! Le naufrage de One Australia, coulé en régate le 5 mars 1995 au large de San Diego. Le tout filmé et retransmis à la télé ... Le bateau est toujours au fond de l'eau. Photo © Gilles Martin-Raget Il y a les bateaux, mais il y a surtout leurs histoires. Du naufrage télévisé de One Australia en 1995 à la petite seconde d'avance d'Alinghi en 2007, en finale face aux Néo-Zélandais, l'épopée des Class America regorge d'anecdotes. Et, en vingt ans, les marins s'y sont attachés.

12 Mètre JI vs Class America

12 Mètre JI
L : 21 m
l : 3,80 m
TE : 2,70 m
Poids : 30 t
Aluminium
11 hommes

ACC V 5
L : 24 m
l : 4 m
TE : 4,10 m
Poids : 24 t
Carbone
17 hommes

Alors, ont-ils des regrets à l'approche d'une 34e Coupe de l'America en multicoque ? Jacobsoone relativise. <Ce sont les épreuves, les équipages et tout ce qui se passe autour qui font que les bateaux sont aussi choyés et aussi sophistiqués. Sans ce contexte, cette classe aurait tenu moins longtemps.>

Et Gouniot d'avouer une envie de changement. <J'ai envie de passer à un autre support. Il y a des bateaux, monocoques comme multicoques, qui sont plus rapides, plus légers et qui offrent aussi des régates très serrées. Il faut vivre avec son temps.>

Les Class America vainqueurs de la Coupe

America's Cup 1992 - San Diego
Buddy Melges, America3 (USA 23), vainqueur 4 à 1 contre Paul Cayard, Il Moro di Venezia (ITA 25)

America's Cup 1995 - San Diego

Russel Coutts, New Zealand (NZL 32, surnommé <Black Magic>), vainqueur 5 à 0 contre Denis Conner, Young America (USA 36)

America's Cup 2000 - Auckland
Russel Coutts, New Zealand (NZL 60), vainqueur 5 à 0 contre Francesco de Angelis, Luna Rossa (ITA 45)
(Coutts remplacé pour la dernière manche par Dean Barker)

America's Cup 2003 - Auckland
Russel Coutts, Alinghi (SUI 64), vainqueur 5 à 0 contre Dean Barker, Team New Zealand (NZL 82)

America's Cup 2007 - Valence
Peter Holmberg, Jochen Schümann et Ed Baird, Alinghi (SUI 100), vainqueurs 5 à 2 contre Dean Barker, Emirates Team New Zealand (NZL 92)