Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

America's Cup

Franck Cammas : « Entre le courant et les gratte-ciels, c’est spécial ! »

Des AC45 qui franchissent une ligne de départ en marche arrière ! C’est le spectacle offert aujourd’hui par les six équipes qui tentaient de contrer le courant dans un vent aux abonnés absents. Des conditions qui ont permis à Franck Cammas, le skipper de Groupama Team France, de réaliser un retour en douceur à la barre du catamaran français. Interview.
  • Publié le : 08/05/2016 - 07:51

Cammas NY portraitFranck Cammas, heureux de revenir à la compétition lors de la conférence de presse jeudi à New York. Photo @ Eloi Stichelbaut/Groupama Team France
Voilesetvoiliers.com : Après six mois sans compétition, tu as disputé samedi ta première régate officielle. Comment cela s’est passé ?

Franck Cammas : Déjà c’est super de revenir à la régate si vite, cinq mois après mon accident. Sur le papier, ce n’était pas gagné. Même le simple fait de pouvoir remarcher. Et finalement, je renavigue en entraînement depuis deux mois. Et aujourd’hui (hier samedi, ndlr) c’était mon retour à la compétition, même si on n’a pas pu faire beaucoup de manches pour l’instant. Mais c’est toujours autre chose la compétition par rapport aux entraînements. Je suis évidemment heureux d’être sur le bateau et de pouvoir continuer à naviguer.

Voilesetvoiliers.com : Les conditions n’étaient vraiment pas idéales !
F.C. :
Tactiquement, ce n’est pas évident, mais en même temps physiquement ça allait. Ça sera différent dimanche. Pour moi, c’est donc une reprise en douceur. Par contre, intellectuellement, le tacticien et moi devons trouver les bonnes risées, et dans du petit temps comme ça, avec autant de courant, c’est complexe et c’est rare d’être toujours dans les bons coups. Aujourd’hui, on a beaucoup patienté pour pouvoir lancer une manche. Il y en a eu une à la fin mais je ne sais pas si elle va pouvoir compter finalement (uniquement si aucune manche n’est courue dimanche, ndlr).

LVACWS New YorkCiel gris, vent faible et courant fort... La première journée des Louis Vuitton America's Cup World Series de New York n'a pas offert le spectacle attendu.Photo @ Ricardo Pinto/ACEA

Voilesetvoiliers.com : Comment s’est déroulée cette seule manche de samedi ?
F.C. :
Au final, le bilan est bon car on termine sur le podium, mais on a eu deux déchets avec deux pénalités ; une avant le départ et une autre à la porte sous le vent. On aurait pu facilement terminer deuxième, mais cette pénalité nous a fait redescendre en troisième position. On a quand même réussi à redoubler Oracle Team USA, donc on n’a pas perdu beaucoup de place. Le bateau était rapide et l’équipage a bien suivi les manœuvres. Car il y en avait beaucoup et on ne pouvait pas vraiment anticiper. C’est bien pour la confiance.

Voilesetvoiliers.com : As-tu été surpris d’être pénalisé ?
F.C. :
C’était 50-50. Sur des croisements bâbord/tribord, si le tribord joue le jeu ou pas, il peut y avoir une interprétation de la part du jury selon les trajectoires. Depuis le début de la saison, les Français ne sont pas très avantagés de ce côté-là, mais ça on le savait, il faut faire avec.

GTF New YorkGroupama Team France sera pénalisé pour un refus de tribord lors de ce croisement avec Artemis... mais termine quand même 3e de cette manche de réserve.Photo @ Ricardo Pinto/ACEA

Voilesetvoiliers.com : Quelles sont les spécificités de ce nouveau plan d’eau ?
F.C. :
Surtout le courant. Et évidemment, les dévents dus aux gratte-ciels de Manhattan. Quand le vent vient de sud-est ou nord-ouest, c’est compliqué. Mais quand il y a du vent de sud ou nord, cela peut offrir un très beau plan d’eau. Dimanche, cela devrait être plus établi avec des grosses risées, un vent instable et toujours du courant. Donc toujours très compliqué !

Voilesetvoiliers.com : Combien de minutes vous êtes-vous réellement entraîné sur ce plan d’eau finalement ?
F.C. :
Très peu. Jeudi, on a pu tirer quelques bords. Mais vendredi c’était catastrophique. C’est le cas pour toutes les équipes. Il faut faire avec.

Voilesetvoiliers.com : L’organisation vous fournit-elle des informations ou des relevés sur ce plan d’eau ? Vent ? Courant ?
F.C. :
Des informations de l’organisation non, mais des relevés il y en a. Presque personne n’a régaté ici auparavant. Mais lorsqu’il y a 4 nœuds de courant et pas de vent, même avec les bateaux les plus rapides, il ne peut pas y avoir de régate ! Il faut savoir s’adapter.

Foule New New YorkLa foule a répondu présent à North Cove Marina pour suivre les régates malgré le vent faible.Photo @ Ricardo Pinto/ACEA

Voilesetvoiliers.com : Ces conditions ouvrent le jeu. Est-ce un avantage pour vous ?
F.C. :
Oui, peut-être. Personne n’a l’habitude de ce genre de régate. Les autres peuvent moins se servir de leur expérience dans ces conditions-là. C’est bien de casser un peu leur rythme et leur stratégie préétablie.

Voilesetvoiliers.com : Quel est le programme de ce dimanche ?
F.C. : Il y a trois manches de prévues avec du vent. Certainement pas de gennaker. Ce sera peut-être une régate un peu plus classique, même si les trois nœuds de courant seront toujours là. Ça va être spécial. Il va falloir bien manœuvrer sur des bateaux qui vont voler et aller bien plus vite qu’aujourd’hui. C’est un jeu et un pilotage différent. On s’est entraîné cet hiver pour ça. Mais avec ces adversaires-là, c’est un exercice et un pilotage qui n’est pas simple.

Voilesetvoiliers.com : Où en êtes-vous de la construction de l’AC45 Turbo qui sera mis à l’eau en juin ? 
F.C. :
Il sera blanc avec marqué Groupama Team France dessus ! (rires) Plus sérieusement, ce sera le premier avec les dimensions en largeur de l’AC 50, le bateau final de la Coupe. Seules les coques seront différentes. Aujourd’hui, il est en cours d’assemblage. Dans un mois et demi il sera mis à l’eau à Lorient. Heureusement qu’il est déjà bien avancé. Sur le papier, il est rapide… (rires)

Franck Cammas barre NYFranck Cammas, de retour à la barre de l"AC 45 Groupama Team France en régate officielle, cinq mois après son accident au pied. Photo @ Ricardo Pinto/ACEA

Voilesetvoiliers.com : Comment répartis-tu ton temps entre l’entraînement et le suivi de ce nouveau bateau ?
F.C. :
Quand j’étais blessé et à terre, j’ai beaucoup suivi l’élaboration du nouveau bateau. Depuis deux mois que j’ai repris l’entraînement, je suis moins son évolution. Il faut que je passe le maximum de temps sur l’eau pour acquérir les bons réflexes sur ces catamarans et pouvoir se sentir en confiance. C’est ça qui manque. Faire des manches comme aujourd’hui permet d’augmenter la confiance. Maintenant, il faut qu’on les multiplie.

Voilesetvoiliers.com : Ce retour en douceur est un bon moyen de se remettre en confiance ?
F.C. :
Oui, c’est bien. J’aurais même préféré des conditions comme ça tout le week-end. Ou bien comme à Oman, où les conditions étaient faciles avec des bateaux qui fonctionnaient dans un mode classique archimédien. Ça ne sera certainement pas le cas dimanche, mais ça va nous permettre d’augmenter notre niveau dans un mode qu’il faudra bien maîtriser pour la Coupe l’année prochaine. Celui du vol !

 

Classement provisoire de la manche de substitution

  1. Softbank Team Japan (JAP, Dean Barker)
  2. Artemis (SUE, Nathan Outteridge)
  3. Groupama Team France (FRA, Franck Cammas)
  4. Oracle Team USA (USA, James Spithill)
  5. Land Rover Bar (GBR, Ben Ainslie)
  6. Emirates Team New Zealand (NZL, Glenn Ashby)

Cette régate sera prise en compte dans le classement général de cette manche new-yorkaise des Louis Vuitton America’s Cup World Series uniquement si aucune autre course n’est disputée en ce dimanche.