Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

AMERICA'S CUP

Jean-Baptiste Epron : « Une centaine de versions avant la définitive ! »

Depuis quinze ans, ce solide gaillard assure l’intégration de la décoration sur les bateaux de course, de la tête de mât aux œuvres vives, et vit entre Paris et Gouesnach. Les Orange, Gitana, Banque Populaire, Generali, Foncia, SMA, Groupama, Spindrift, Actual… c’est lui. À bientôt 50 ans, « JB » qui, quand on lui demande quel est son métier répond tout de go « designer », est devenu incontournable, comme il n’y a encore pas si longtemps, lorsqu’il était équipier sur les grands multicoques océaniques. C’est donc lui qui a été chargé de métamorphoser l’AC 45 vert de Groupama Team France pour la prochaine Coupe de l’America. Alors que l’AC 45 des Français tire ses premiers bords à Lorient sous ses nouvelles couleurs bleu blanc rouge, rencontre.
  • Publié le : 18/01/2016 - 00:01

Groupama Team France Lorient 2Samedi dernier, l"AC 45F de Groupama Team France naviguait au large de Lorient sous ses nouvelles couleurs, décoration signée Jean-Baptise Epron.Photo @ Didier Ravon

Voiles et voiliers.com : Comment devient-on designer de voiliers de course ?
Jean-Baptiste Epron : Pour moi c’est en fait l’accomplissement d’un rêve. Depuis tout petit, je rêvais de dessiner des bateaux. Et à force de noircir des feuilles, de crayonner et de régater, j’en ai fait mon métier…

Jean-Baptiste Epron : « Une centaine de versions avant la définitive ! »Tout en se spécialisant dans le design des bateaux de corse, Jean-Baptiste Epron continue à régater notamment sur les grands multicoques. Photo @ Th. Martinez/ActualVoiles et voiliers.com : Mais c’est une tendance finalement assez récente de s’adresser à quelqu’un de spécialisé comme toi ?

J.-B.E. : Oui, ça date de quinze ans environ. Quand j’étais gamin et que je regardais les bateaux au départ des grandes courses, il n’y avait le plus souvent que le logo de l’entreprise sur les flancs. À part les bateaux décorés par Yannick Manier (un artiste précurseur ayant mis en formes et en couleurs les Fleury Michon de Philippe Poupon et Pierre 1er de Florence Arthaud notamment ; ndlr) ,il n’y avait pas grand chose de séduisant. On était encore à l’époque du yachting où c’était plus du mécénat que du sponsoring, et où les voiles restaient immaculées.

Voiles et voiliers.com : Outre ton parcours nautique et notamment des Figaro, transats ou encore Trophées Jules Verne avec Bruno Peyron, tu as une formation spécifique pour ça ?
J.-B.E.  : Non, je n’ai fait ni archi ni les Beaux-Arts mais une école de commerce… et j’ai appris sur le tas. J’ai en revanche toujours dessiné. Et eu la chance de naviguer notamment avec Catherine Chabaud et Franck Cammas. Ce sont sur leurs bateaux que j’ai pu proposer mes idées.

Voiles et voiliers.com : Justement, tu viens de terminer la décoration de l’AC 45 de Groupama Team France. Tu as eu carte blanche ou alors un cahier des charges drastique ?
J.-B.E.  : Les deux ! C’était à la fois précis et large. Sur ce projet, nous passions d’un bateau aux couleurs de Groupama au même bateau mais sous les couleurs de Groupama Team France. Il fallait donc trouver une nouvelle identité en relation avec l’équipe de France. À partir de là, on a essayé énormément de voies différentes pour arriver à quelque chose symbolisant à la fois la France, les valeurs auxquelles s’attache cette équipe, une identité visuelle qui puisse fédérer et donner envie à d’autres partenaires de participer à l’aventure.

Jean-Baptiste Epron : « Une centaine de versions avant la définitive ! »Des dizaines de croquis et autres esquisses sont ainsi stockées dans le carnet Moleskine de « JB ». Photo @ JB Epron Design

Voiles et voiliers.com : Ça représente combien de temps de travail et combien de personnes ?
J.-B.E.  : Disons plus de cinq mois. J’ai commencé à travailler en juillet 2015 pour terminer ces jours-ci. Il y avait deux pôles de décision qui ont travaillé ensemble : Team France avec Bruno Dubois son directeur et Franck Cammas son skipper, et Groupama avec Thierry Martel son directeur général et Sylvain Burel son directeur de la communication, tous très impliqués dans cette histoire.

Jean-Baptiste Epron : « Une centaine de versions avant la définitive ! »Avant de passer sur l’ordinateur, Jean-Baptiste dessine son projet aux feutres.Photo @ JB Epron DesignVoiles et voiliers.com : Concrètement, tu travailles d’abord au crayon ou directement à l’ordinateur ?

J.-B.E. : Au début, l’idée est de trouver des formes, des idées nouvelles… et j’utilise donc les crayons, les feutres, la peinture… le séchoir à cheveux pour chasser une goutte d’encre sur une feuille de papier, voir quel effet ça produit, les photographier, les redessiner. J’utilise beaucoup le système D avant de définir la forme finale puis les couleurs. Crayonner est indispensable et ne remplace pas un logiciel.

Voiles et voiliers.com : Ce qui a été retenu au final est assez sobre et plutôt cocardier ?
J.-B.E. : Pour ce qui est des formes, je me suis inspiré des coques. Pour le bleu blanc rouge, c’est toujours compliqué de ne pas tomber dans la connotation négative et les clichés… et donc il faut faire très attention à veiller à la façon dont les formes vont être interprétées. Là, il y a quand même une idée de vitesse de pointe et aussi un aspect conquérant.

Groupama Team France Lorient 3A la barre du bateau bleu-blanc-rouge officie désormais Adam Minoprio, le Néo-Zélandais remplaçant Franck Cammas toujours en convalescence.Photo @ Didier Ravon

Voiles et voiliers.com : Combien as-tu fait de projets avant le définitif ?
J.-B.E. : Je dirais une centaine ! Il y a eu de nombreux aller-retour avec Groupama et Team France, beaucoup de discussions, d’échanges. Nous sommes partis dans des voies comme le bleu dominant, mais qui ont été abandonnées entre temps… avant de nous recentrer sur autre chose.

Voiles et voiliers.com : Franck Cammas s’intéresse de près à ce genre de choses ?
J.-B.E. : Carrément. Il est totalement impliqué dans le projet de déco et design. Il a des avis très tranchés. Il dit tout de suite ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas, est très pointilleux sur la performance, notamment si il y a des éléments qui peuvent rajouter du poids et donc être pénalisants.

Jean-Baptiste Epron : « Une centaine de versions avant la définitive ! »Le nouveau design de l’AC 45 tel que livré au chantier début janvier.Photo @ JB Epron designVoiles et voiliers.com : Justement cela rajoute du poids selon la décoration choisie ?

J.-B.E. : Les coques doivent obligatoirement être peintes et donc cela ne change rien. Au niveau de l’aile, la jauge est un peu particulière en AC 45. Toutes les ailes sont pesées avant les compétitions. L’aile la plus lourde fait référence, et les autres doivent donc être gueusées afin d’arriver au même poids. Le fait de poser de l’adhésif sur le film tendu à chaud sur l’aile devrait donc l’alourdir un peu, mais l’on considère que c’est donc plutôt un avantage que notre aile soit recouverte.

Voiles et voiliers.com : Tous vos adversaires ont des ailes noires brutes de carbone sauf vous qui êtes en blanc. C’est un choix ?
J.-B.E. : Oui ! L’idée est de se différencier visuellement de nos concurrents. Et le fait d’avoir des ailes noires provoque une surchauffe au soleil, voire des déformations. Avec du blanc on devrait limiter ces problèmes.

Voiles et voiliers.com : Tu as aussi travaillé sur les tenues de l’équipage ?
J.-B.E.  Oui. En fait, j’avais d’abord présenté des illustrations pour les vêtements et conçu un logo. Et comme ce dernier a bien plu, il a inspiré la décoration finale du bateau. En fait il y a toute une déclinaison entre le bateau, les vêtements, les tentes, les conteneurs… On essaye d’avoir un ensemble cohérent autour de l’équipe, même si le bateau reste le point de départ.

Voiles et voiliers.com : Tu restes à ta table à dessin ou tu vas aussi voir sur l’eau les AC 45 ?
J.-B.E. : Dès que j’ai l’occasion, je vais sur l’eau. Il y a plein de nouveaux angles avec ces bateaux qui volent, et c’est important de se nourrir de photos, de films… et d’appréhender ce qui se passe en étant directement au contact de l’équipe.

Voiles et voiliers.com : Quelle est la valeure ajoutée quand on est designer et qu’on a disputé des transats et autres tours du monde en course ?
J.-B.E. : Tu as beau avoir beaucoup navigué et bien connaître le milieu, ce qui compte c’est la passion ! Ce qui me semble important c’est d’être totalement imprégné des bateaux, de rechercher de nouvelles idées pour essayer d’innover. C’est tellement jouissif de faire un nouveau bateau, puis ensuite de le voir régater. Mais même si tu connais très bien les bateaux et ceux qui sont à bord, si tu n’as pas la créativité ça ne débouche sur rien de bien !

Retrouvez ici la vidéo consacrée au métier de designer avec Jean-Baptiste Epron et Nicolas Gilles.
 

Retrouvez également ici l'article consacré à Isabelle Keller, graphiste-exploratrice et créatrice de nombreuses livrées de voiliers, paru dans le n° de Salon de Voiles et Voiliers.

Jean-Baptiste Epron : « Une centaine de versions avant la définitive ! »Jean-Baptiste Epron à bord du catamaran Orange 2 skippé par Bruno Peyron, sur lequel il est devenu détenteur du Trophée Jules Verne pour la seconde fois en 2005. Photo @ Équipage Orange