Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

Louis Vuitton America’s Cup World Series

Big Ben a encore frappé !

La pression monte à un an de la 35e America’s Cup aux Bermudes. Après quatre mois d’entraînements intensifs cet hiver, les six équipes des Louis Vuitton America’s Cup World Series se sont retrouvées dans le Sultanat d’Oman pour la première des six épreuves 2016. Une étape au Moyen-Orient remportée par l’écurie anglaise de Sir Ben Ainslie. Victorieux de la dernière manche, Groupama Team France, avec Adam Minoprio à la barre, termine sur une bonne note et s’empare de la quatrième place.
  • Publié le : 28/02/2016 - 22:01

Oman 1Entre le golf d'Almouj et le golfe d'Oman, la foule avait répondu présente pour suivre les régates des Louis Vuitton America's Cup World Series.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Du golf au golfe !

Le sultanat d’Oman avait mis les formes pour accueillir l’élite de la voile mondiale. C’est sur le golf d’Almouj, classé deuxième plus beau parcours du Moyen-Orient par Golf Digest, qu’était dressé le village de ces Louis Vuitton America’s Cup World Series. Le trou numéro 9, qui borde le golfe d’Oman, était même fermé aux fans de Tiger Woods pour permettre au public d’assister aux régates et au spectacle des AC45F évoluant parfois à moins de 50 mètres du bord. Un écrin de verdure pour recevoir un joyau : la Coupe de l’America. Toujours accompagnée de ses deux gardes du corps, des ex-militaires en gants blancs aussi loquaces qu’un banc de carpes, l’aiguière d’argent est annoncée comme une superproduction hollywoodienne, photographiée comme une rock star et choyée avec les honneurs d’une old lady de 165 ans… quand elle ne voyage pas dans sa malle Vuitton en business class ! Bienvenue dans le monde de la Coupe !

Oman 2Sur Land Rover BAR, Ben Ainslie a été encore impressionnant, capable de rattraper un mauvais départ et de finir sur le podium de 5 manches sur 6.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Les Anglais tirent les premiers !

On prend les mêmes et on recommence ? En 2015, Land Rover BAR a remporté la première épreuve de la saison et Groupama Team France avait terminé quatrième. Idem en 2016 ! A la différence que nous ne sommes plus à Portsmouth mais au sultanat d’Oman, où les conditions climatiques sont relativement différentes de l’Angleterre… Pas de vent fort et d’AC45 qui plantent les étraves comme en Grande-Bretagne, mais un vent léger qui a donné le tournis à plus d’un tacticien. Vainqueurs de deux manches sur six, les Britanniques s’imposent grâce à leur régularité (3e, 1er, 1er, 2e, 4e, 3e). Dans ces conditions légères particulièrement piégeuses, Sir Ben et ses "boys" n’ont pas trébuché, à l’inverse de toutes les autres équipes qui ont terminé au moins une fois aux deux dernières places. Même Emirates Team New Zealand, vainqueur de la première manche puis dernier de la troisième, ou Oracle Team USA, victorieuse de la cinquième régate mais deux fois 5e des manches 2 et 4.

Oman 4Groupama Team France en tête du début à la fin de la dernière manche courue à Oman.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Groupama Team France en progrès

Une irrégularité à laquelle le défi français n’a pas échappé. Deux fois dernier, Groupama Team France termine son week-end en apothéose avec une première victoire de manche. En délicatesse sur les départs samedi, le bateau tricolore s’est rattrapé dimanche, notamment sur les deux dernières régates qu’il termine à la deuxième puis la première place. Avec les points qui comptent double le dimanche, cela permet à l’équipage de Groupama Team France de remonter de la dernière à la 4e place au classement de l’épreuve omanaise. Les Français restent derniers au classement provisoire après quatre étapes, mais se rapprochent de la quatrième place, codétenue par SoftBank Team Japan et Artemis Racing.

Artemis, la grosse déception

Vainqueur de la dernière épreuve 2015 aux Bermudes en novembre, l’équipe suédoise Artemis Racing a terminé dernière à Oman quatre mois plus tard ! 4e, 6e, 3e, 4e, 5e, 6e, l’équipage de Ian Percy n’est jamais entré dans la compétition. Quel rôle a pu joué l’entorse à la cheville qu’a contracté cette semaine Nathan Outteridge, le barreur ? Et dans quel état physique était-il vraiment après avoir enchaîné les Championnats du monde de 49er à Clearwater (Etats-Unis) avant cette première épreuve en AC45F deux semaines plus tard ? Cette contre-performance suédoise prouve en tout cas que le niveau est de plus en plus serré et que toutes les équipes peuvent gagner ou terminer dernières.

Oman 3Remplaçant de Franck Cammas blessé, le Néo-Zélandais Adam Minoprio a parfaitement rempli sa tâche et permis à l'équipe française de remporter une première victoire de manche.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Trois questions à Franck Cammas 

Voilesetvoiliers.com : Quel bilan tirez-vous de ce premier rendez-vous d’Oman ?
Franck Cammas :
C’est super de terminer sur une victoire ! Cela montre les progrès de l’équipe et cela récompense le travail effectué cet hiver. Mais il ne faut pas s’emballer non plus. Il nous reste beaucoup de travail à faire pour se hisser au niveau des top teams. On va d’ailleurs rester à Oman cette semaine pour s’entraîner en AC45F.

Voilesetvoiliers.com : A cause de votre blessure, vous avez assisté à ces régates de l’extérieur. Comment l’avez-vous vécu ?
F. C. :
C’est frustrant évidemment. Mais cela permet aussi d’observer beaucoup de choses, à la fois sur notre bateau, mais aussi sur la façon de naviguer des adversaires. Il faut tirer profit de chaque situation. Mais je suis très fier de l’équipage qui a réalisé un superboulot. Il y avait trois nouveaux à bord (Adam Minoprio, Hervé Cunningham et Thomas Le Breton, ndlr) qui n’avaient encore jamais régaté en AC45F. Ils ont fait du superboulot !

Voilesetvoiliers.com : Vous allez pouvoir vous entraîner cette semaine. Serez-vous à la barre à New York (7-8 mai) ?
F. C. :
On verra où j’en serai à ce moment-là. C’est bien qu’Adam fasse un bon résultat ici. On ne l’a pas embauché pour que je le batte à chaque entraînement, mais pour élever le niveau de l’équipe avec une forte concurrence interne. C’est pareil pour le reste de l’équipage. Nous sommes dix navigants dans l’équipe, mais il n’y en a que cinq à bord à chaque fois…

 

Classement général – Oman

1) Land Rover BAR – 76 points

2) Oracle Team USA – 74 points

3) Emirates Team New Zealand – 70 points

4) Groupama Team France – 68 points

5) SoftBank Team Japan – 61 points

6) Artemis Racing – 56 points

 

Classement provisoire après 4 étapes

1) Emirates Team New Zealand – 192 points

2) Oracle Team USA – 186 points

3) Land Rover BAR – 185 points

4) SoftBank Team Japan – 161 points

5) Artemis Racing – 161 points

6) Groupama Team France – 150 points

 

Programme 2016 des LVACWS

- Oman (26-28 février)

- New York (7-8 mai)

- Chicago (11-12 juin)

- Portsmouth (23-24 juillet)

- Toulon (10-11 septembre)

- Japon (novembre) : dates à confirmer