L'air (tempêtes violentes, nuages de folie), l'eau (vagues démesurées, glace artiste, cataclysme), la terre (géométrie rigoureuse, glissements de terrain), le feu (éruptions, éclairs), mais aussi notre planète vue du ciel, ses sœurs et notre étoile : depuis plus de 250 semaines, Dame Nature – parfois aidée, parfois abimée par l'Homme – révèle ici ses sacrés phénomènes. Ses phénomènes sacrés.

Photo à la Hune

Sacrés phénomènes (286)

El Niño aura tout d‘un grand

  • Publié le : 14/10/2015 - 00:01
el nino 2015 2016

Cette image, divulguée par le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) et la NASA hier, montre que le phénomène El Niño actuel croit depuis cet été de manière spectaculaire et devrait à terme être plus fort que le dramatique épisode observé en 1997-1998. Les récents relevés de la température de l’eau et de la hauteur de celle-ci dans le Pacifique se révèlent exceptionnels. D’ores et déjà, le niveau actuel au 4 octobre dernier (carte de droite) est supérieur à celui du 5 octobre1997 (carte de gauche). En rouge les endroits où la hauteur de l’eau est supérieure à la moyenne. Le réchauffement de celle-ci est à l‘origine de cet accroissement, l’eau chaude étant plus volumineuse que la froide. En bleu, les endroits où, par contraction, les températures sont plus basses qu’à l’habitude. En blanc, les endroits où le niveau de la mer est normal. « Tous les modèles de prévision estiment que le pic du phénomène actuel devrait être atteint à la fin de l’hiver / début du printemps, notent les chercheurs du NOAA, et nous devrions subir un fort El Niño qui ne fera que s’amplifier dans l’hémisphère nord. » En 1997-1998, un rapport de l’ONU estima que El Niño généra alors plusieurs milliers de morts et de blessés, par suite de la gravité des tempêtes, des vagues de chaleur, des incendies, des inondations et de la sécheresse, et entre 32 et 96 milliards de dégâts.