L'air (tempêtes violentes, nuages de folie), l'eau (vagues démesurées, glace artiste, cataclysme), la terre (géométrie rigoureuse, glissements de terrain), le feu (éruptions, éclairs), mais aussi notre planète vue du ciel, ses sœurs et notre étoile : depuis plus de 250 semaines, Dame Nature – parfois aidée, parfois abimée par l'Homme – révèle ici ses sacrés phénomènes. Ses phénomènes sacrés.

Les tags de cet article

En complément

  1. un fant ocirc;me et trois larmes 24/01/2010 - 07:23 Sacrés phénomènes (36) Un fantôme et trois larmes Le plancton végétal a déjà eu les honneurs de notre «Photo à la hune». Cette fois, au Nord-Ouest de l’Australie, il déploie au gré des courants un fantomatique drap bleu électrique. A ses côtés, trois larmes vertes – les Rowley Shoals, des récifs coralliens. Elle est belle notre planète, non ?
  2. ne vous fiez pas  agrave; ces panaches blancs  26/04/2009 - 11:19 Sacrés phénomènes (23) Ne vous fiez pas à ces panaches blancs ! Entre Bretagne (à droite) et Espagne (en bas), sur l’Atlantique et le golfe de Gascogne, des panaches. De la fumée. Des sillages. Avions ? Non. Des navires – marchands, de pêche ou militaires. Dont les émissions, dans un air humide, stable et clair, servent de noyaux pour la formation de nuages.
  3. a vos souhaits  13/04/2009 - 10:54 Sacrés phénomènes (20) A vos souhaits ! On dirait que la Bretagne éternue. Un vrai rhume des foins : nous sommes en juin, en pleine germination – et il s’agit bien de plantes ! Ou, plus exactement, de plancton végétal qui dessine ces fractales turquoise, splendides bouquets de vie marine qui s’épanouissent dans l’Atltantique.
  4. groenland   douche froide pour jan mayen 02/04/2009 - 08:11 Sacrés phénomènes (18) Douche froide pour Jan Mayen Jan Mayen affronte la douche d’air glacial qui tombe de l’Arctique, par 71° Nord. Les flux aériens qui surplombent la mer du Groenland, passant au-dessus et entre les obstacles gelés du pôle, s’alignent en «rues de nuages». Et dansent quand ils croisent le sommet volcanique de l’île norvégienne.