L'air (tempêtes violentes, nuages de folie), l'eau (vagues démesurées, glace artiste, cataclysme), la terre (géométrie rigoureuse, glissements de terrain), le feu (éruptions, éclairs), mais aussi notre planète vue du ciel, ses sœurs et notre étoile : depuis plus de 250 semaines, Dame Nature – parfois aidée, parfois abimée par l'Homme – révèle ici ses sacrés phénomènes. Ses phénomènes sacrés.

En complément

  1. maintenant vous l rsquo;avez vu, le mur du son  31/07/2011 - 06:05 Sacrés phénomènes (91) Maintenant vous l’avez vu, le mur du son ! Après avoir vu le rayon vert (le 6 mars), voici le mur du son ! Ce phénomène se produit quand un mobile dépasse la vitesse du son (1 224 km/h), provoquant une onde de choc. Quand l’atmosphère est très humide, cette dépression violente s’accompagne d’une condensation qui permet de visualiser l’onde.
  2. maintenant vous l rsquo;avez vu, le rayon vert  06/03/2011 - 05:39 Sacrés phénomènes (70) Maintenant vous l’avez vu, le rayon vert ! Le rayon vert n’est pas un mythe. Il se produit – brièvement – au moment où le soleil couchant disparaît derrière l’horizon. Ce rayon vert – ici accompagné d’un flash bleu très rare –, saisi depuis l’observatoire Teide à Ténérife (Canaries), est causé par l’atmosphère qui agit comme un prisme.
  3. delta du nil   un lumineux lotus 21/11/2010 - 06:31 Sacrés phénomènes (59) Delta du Nil : un lumineux lotus Pour réaliser cette image, il suffit d’un boîtier Nikon et d’un objectif 16 mm. Ah oui : il faut aussi se trouver en orbite autour de la Terre dans la Station Spatiale Internationale, à 344 kilomètres d’altitude. Moyennant quoi on peut capter cette splendide vue du delta du Nil de nuit.
  4. la derni egrave;re  oelig;uvre de barents 12/09/2010 - 06:13 Sacrés phénomènes (57) La dernière œuvre de Barents L’été est toujours propice à l’œuvre de Barents. Celle-ci, datée d’août 2010, est toute de tourbillons et fractales turquoise, bleu gris, marine et vert. En guise de pigments, d’innombrables et minuscules organismes vivants – du phytoplancton dont la coquille calcaire réfléchit la lumière du soleil.