Ils sont les plus grands, les plus fous, les rapides voiliers à arpenter la planète. Leurs bouées préférées sont à l'échelle des continents. En solitaire, en double ou en équipage, ils accélèrent le temps, rétrécissent le globe – et distillent l'adrénaline. Bienvenue dans le monde des maxi-multicoques.

Actualité à la Hune

Passage du Nord-Est

Chinese ice dream

Le navigateur chinois Guo Chuan qui a racheté le trimaran géant IDEC au printemps dernier va s’élancer de la Sibérie pour rallier la Chine en empruntant le passage du Nord-Est, le long de la Russie par l’océan Arctique. Avec ses cinq équipiers, le skipper table sur un peu plus de trois semaines de navigation début septembre lorsque la glace est réduite à portion congrue… Rencontre avec un skipper hors norme alors que le trimaran quitte ce mardi La Trinité-sur-Mer.
  • Publié le : 11/08/2015 - 15:15


Ice DreamAprès avoir côtoyé le trimaran géant de Francis Joyon pendant ses années de préparation à la Mini-Transat puis au tour du monde en Class40, Guo Chuan s’est tourné vers l"ancien IDEC pour continuer sa chasse aux records.Photo @ Jean-Marie Liot/Guo Chuan Sailing

C’est un rêve que le navigateur chinois Guo Chuan va tenter de réaliser avec deux équipiers français (Johen Krauth et Quentin Monegier), deux allemands (Boris Herrmann et Kim Bastian Franck) et un russe (Sergei Nizovtsev) : emprunter le passage du Nord-Est, le long des côtes de la Sibérie, le plus court chemin entre l’Europe et l’Asie découvert par le navigateur cosaque Simon Dejnev en 1648… 

Ice DreamL’équipage de Qingdao pour le record de l’océan arctique. De gauche à droite : Johen Krauth, Kim Bastian Franck, Boris Herrmann, Guo Chuan, Quentin Monegier, Sergei Nizovtsev.Photo @ Jean-Marie Liot/Guo Chuan SailingLes six hommes sont partis ce mardi de La Trinité-sur-Mer à bord de Qingdao, soit l’ex-IDEC - qui a subi un lifting complet ces derniers mois avec le renforcement des étraves par du Kevlar - pour rallier la ville russe de Mourmansk près de la frontière avec la Norvège : le départ de l’expédition de Guo Chuan est prévu début septembre.

Etroite fenêtre de tir

En effet avec le réchauffement climatique, cette voie maritime qui déborde le cap Nord, traverse le détroit de Kara, arrondi le cap Tcheliouskine (point le plus septentrional du continent eurasiatique) pour aboutir au détroit de Béring fait gagner près de 4 000 milles à un navire partant de Rotterdam pour rallier Tokyo qui emprunterait le canal de Suez et plus de 5 000 milles en passant par celui de Panama ! Et la période de fin d’été est la plus adaptée lorsque l’extension de la banquise est à son minimum du côté de la mer des Tchouktches, entre l’Alaska et la Sibérie, là où James Cook avait rebroussé chemin lors de son troisième voyage autour du monde…

Ice DreamLe passage du Nord-Est fait gagner près de 7 000 km à un navire voulant rejoindre la Chine ou le Japon au départ de l’Europe du Nord par rapport à un trajet via le canal de Suez !Photo @ Wikimedia CommonsL’équipage compte ainsi deux semaines de navigation pour atteindre le détroit de Béring, puis une dizaine de jours pour redescendre vers Qingdao : à cette période de l’année, la situation anticyclonique au cœur du cercle arctique offre des conditions météorologiques plutôt agréables aux dires de Christian Dumard, le routeur de l’expédition, avec rarement plus de 25 nœuds de brise. Certes, les nuits vont commencer à être plus longues puisque l’équinoxe d’automne (23 septembre) aura lieu quelques jours après le passage du trimaran géant au large de Vladivostok.

Un chinois hors norme

Rien pourtant ne prédestinait Guo Chuan à ce type de challenge ! A trente-trois ans, le navigateur chinois découvre la voile avec un ami à Hong Kong. Alors ingénieur dans l’aviation, il travaille aux lancements des satellites chinois. Il participe ensuite au tour du monde des clippers (2006), à la Volvo Ocean Race avec Ian Walker sur Green Dragon (2008-2009), à la Mini-Transat (2011) avant de boucler un tour du monde en solitaire et sans escales en 138 jours sur un Class40 (2013).

À cinquante ans aujourd’hui, le skipper chinois veut ainsi ouvrir de nouvelles voies aux records puisque, après ce challenge dans le passage du Nord-Est, son projet est de suivre les traces de Zheng He sur la Route de la Soie entre la Chine, l’Inde et l’Arabie…

Ice DreamA l’issue d’un gros chantier à Lorient pour optimiser le trimaran géant afin d’affronter l’océan arctique, Qingdao a rejoint La Trinité-sur-Mer début août pour sélectionner l’équipage. Photo @ Jean-Marie Liot/Guo Chuan Sailing
Voilesetvoiliers.com a brièvement rencontré Guo Chuan avant son appareillage de La Trinité-sur-Mer pour le cercle polaire. Interview.

Voilesetvoiliers.com : Comment avez-vous débuté la voile ?
Guo Chuan :
Il y a quinze ans, lors d’un convoyage au départ de Hong Kong. Puis étape par étape, je suis devenu le premier chinois marin professionnel. En Chine, il y avait très peu de voiliers de course au large en dehors de Hong Kong. Alors je suis venu à La Trinité en 2007 où j’ai rencontré Yvon Berréhar qui est désormais mon directeur de projet. J’ai embarqué sur Green Dragon pour le tour du monde en équipage puis j’ai préparé la Mini-Transat que j’ai faite en 2011. Et, à suivre, j’ai fait le tour du monde sur un Akilaria en 2013, de Qingdao à Qingdao pour établir un record.


Ice DreamRelooké aux couleurs de la ville chinoise partenaire depuis des années de Guo Chuan, Qingdao mesure près de trente mètres pour seulement 16,50 m de large et onze tonnes de déplacement lège. Photo @ Jean-Marie Liot/Guo Chuan SailingVoilesetvoiliers.com : Pourquoi avoir choisi IDEC, un trimaran géant pour vos projets futurs ?
G. C. :
Ce trimaran, je l’ai côtoyé pendant des mois à La Trinité ! Et je voulais un bateau sûr, fiable, solide, facile à mener et rapide… J’avais pensé à Sodebo (Thomas Coville) et à B&Q (Ellen MacArthur), mais j’ai eu l’opportunité de rencontrer Francis Joyon qui voulait changer de bateau.

Voilesetvoiliers.com : Pourquoi ce passage du Nord-Est ?
G. C. : Il faut que je rentre en Chine et c’est la route la plus courte ! Plus sérieusement, c’est un challenge intéressant sur une route maritime qui s’ouvre de plus en plus avec le réchauffement climatique : c’est un rêve d’ouvrir une voie comme celle-ci aux voiliers de course. Nous serons six à bord de Qingdao pour cette expédition qui s’annonce assez froide… Mais le mois de septembre est en fait le plus adapté pour passer le détroit de Béring. Il faudra compter quatorze jours pour l’atteindre puis une dizaine pour rallier Qingdao. Nous partons de La Trinité-sur-Mer ce 11 août pour Bergen (Norvège) avant de rallier Mourmansk (Russie) qui sera notre port de départ pour l’océan Arctique vers le 3 septembre.

Ice DreamLes conditions météorologiques statistiquement enregistrées le long du cercle polaire sont plutôt favorables pour une navigation rapide et sûre entre Mourmansk et la mer des Tchouktches.Photo @ Jean-Marie Liot/Guo Chuan Sailing