Ils sont les plus grands, les plus fous, les rapides voiliers à arpenter la planète. Leurs bouées préférées sont à l'échelle des continents. En solitaire, en double ou en équipage, ils accélèrent le temps, rétrécissent le globe – et distillent l'adrénaline. Bienvenue dans le monde des maxi-multicoques.

Actualité à la Hune

The Bridge

Une transat à part

Dans moins de cent jours, le dimanche 25 juin, le Queen Mary 2 quittera Saint-Nazaire à destination de New York «en course» face à quatre Ultime. Une épreuve un peu déséquilibrée car il faudrait des conditions météo exceptionnelles pour que les trimarans géants puissent battre le paquebot dans une telle traversée estivale Est-Ouest de l’Atlantique. La vitesse moyenne de ce bâtiment – long de 345 mètres et avec quelque 3 000 passagers à bord – sera très précisément de 22,8 nœuds et il sera à Big Apple, quoiqu’il arrive, après six jours de mer.
  • Publié le : 28/03/2017 - 15:30

Queen Mary IILe Queen Mary 2 atteindra New York le samedi 1er juillet 2017.Photo @ Cunard Images

C’est sous cette barre que devront essayer de passer IDEC Sport, skippé par Francis Joyon, Macif (François Gabart), Sodebo Ultim’ (Thomas Coville) et Actual (Yves Le Blevec), chacun étant mené par six équipiers contre 1 300 marins à bord du Queen Mary 2
«La course sera plus entre nous», expliquait, lucide, Le Blevec lundi soir, lors d’une grande soirée organisée à Nantes. Un skipper tout heureux d’une nouvelle confrontation en équipage pour ces machines à travers l’Atlantique, une première pour le Collectif Ultim qui a la tête tournée vers sa course autour du monde en solitaire de 2019.
Et quelle que soit l’issue sportive de cette première, il s’agit aussi de placer une barre à travers l’océan : «Quand le Trophée Jules Verne a été imaginé, s’amuse Damien Grimont, créateur et organisateur de The Bridge, on le trouvait impossible en 80 jours… on en est à 40 !»
The Bridge 2017 est plus un immense et impressionnant événement nautique et transatlantique qu’une compétition entre l'emblématique paquebot et les multicoques océaniques géants. «Mais ce qui sera extraordinaire, continuait Le Blevec c’est que les gens à bord du Queen Mary auront les mêmes conditions de mer et de vent que nous.» Non seulement ce bâtiment sera une gigantesque tribune sur l’océan, mais en plus elle ira évoluer au milieu de la pelouse où joueront les marins ! Plus au cœur de l’événement, il n’y a pas.

IdecAuréolé de son Trophée Jules Verne, IDEC Sport sera l'un des quatre trimarans engagés dans The Bridge.Photo @ Jean-Marie Liot/DPPI/IDEC
Et événement, The Bridge en sera un.
Organisé dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre en hommage aux soldats américains ayant débarqué à Saint-Nazaire et Brest pour venir se battre en Europe, The Bridge construit… un pont entre les continents avec hommage au jazz débarqué avec les "Sammies", au basket (et le Championnat du monde de 3 x 3 à Nantes concomitant), une impressionnante escorte navale autour du Queen Mary 2 lors de son arrivée en France entre Cherbourg – où il embarquera ses passagers – et Saint-Nazaire, armada composée de bateaux de guerre de sept pays ayant participé à la Première Guerre mondiale.

Le grand chelem de François Gabart !A bord de son Ultime Macif, François Gabart a gagné les deux dernières transatlantiques disputées dont The Transat, à New York déjà. La passe de trois, mais en équipage, lors de The Bridge ?Photo @ MACIF

Et un départ en apothéose du grand port ligérien le 25 juin en fin d’après-midi avec le pont sur la Loire fermé à la circulation réservé aux spectateurs et un gigantesque feu d’artifice de jour !
A bord du Queen Mary 2 se tiendra six jours durant un immense séminaire flottant pour entrepreneurs, sur le thème de «l’entreprise de demain». C’est à cet effet qu’a été créé Le Club des 100, dont le programme des travaux fut présenté lundi soir devant une impressionnante assistance avec, en prime, un duplex depuis les Etats-Unis en compagnie de Tony Parker (le basketteur est parrain de l’événement) et une magnifique parenthèse musicale signée du pianiste de jazz Paul Lay. L’ambition était d’atteindre 100 sociétés réservant des cabines à bord du paquebot ; elles sont actuellement 122. Et si quelque 800 cabines ont d’ores et déjà été réservées, il en reste 200 à la vente autant auprès des sociétés désireuses de participer à cette inédite traversée de travail qu’aux particuliers (réservation ici) attirés par une transat absolument hors norme, différente, à part.

Queen Mary IIConstruit à Saint-Nazaire, le Queen Mary 2 reviendra dans son "port natal" lors de The Bridge.Photo @ DR