Ils sont les plus grands, les plus fous, les rapides voiliers à arpenter la planète. Leurs bouées préférées sont à l'échelle des continents. En solitaire, en double ou en équipage, ils accélèrent le temps, rétrécissent le globe – et distillent l'adrénaline. Bienvenue dans le monde des maxi-multicoques.

Actualité à la Hune

Trophée Jules Verne

L’équateur en moins de cinq jours !

Partis dans la nuit de samedi à dimanche à 2 heures d’intervalle, Idec-Sport et Spindrift 2 ont franchi l’équateur avec seulement 1 heure 32 minutes d’écart. A une petite nuance près que les positions se sont inversées ! Parti deuxième, l’équipage de Yann Guichard a doublé celui de Francis Joyon dans la descente de l’Atlantique Nord et compte donc plus de 3 heures 30 d’avance sur le chrono de son adversaire… Un écart encore très serré qui annonce une belle bagarre dans le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène, prochain obstacle sur la route des deux maxis-trimarans….
  • Publié le : 27/11/2015 - 15:30

L’équateur en moins de 5 jours !Entame parfaite pour le maxi-trimaran Spindrift 2 qui vient de franchir l’équateur en moins de cinq jours avec 17 heures 35 minutes d’avance sur… lui-même ! Mais aux couleurs de Banque Populaire en 2011.Photo @ Spindrift Racing

Une fenêtre météo exceptionnelle ! Du caviar ! Pas étonnant que les deux candidats au Trophée Jules Verne soient partis en même temps de Brest. Celle-là, il ne fallait vraiment pas la rater… Un seul empannage entre Ouessant et l’équateur, difficile de rêver mieux. Quasiment la route directe. En 2011, Banque Populaire V avait dû effectuer sept virements ou empannages et tricoter le long de la péninsule ibérique puis au Nord des Canaries pour rejoindre les alizés. Dès le départ, les deux trimarans comptaient quelques milles d’avance sur la progression de Banque Populaire V quatre ans plus tôt. Un écart qui n’a cessé de croître jour après jour cette semaine, au point d’atteindre près de 350 milles jeudi (Jour 4) pour Spindrift 2, le plus rapide pour l’instant.

Même le Pot au Noir les a laissés passer sans encombre. Pas le moindre arrêt-buffet ! A peine ont-ils été ralentis quelques heures avant de toucher les alizés de l’hémisphère Sud. Tous les dieux sont décidément avec eux. Et le tout par une magnifique pleine lune… Il ne manque que la comète de Halley ! « Les gars sont juste déçus parce qu’il n’y a pas eu de gros grains de pluie en journée : ils n’ont pas pu prendre de douche, plaisantait Yann Guichard, la nuit dernière. En tout cas, c’est une belle entame de course, et maintenant on va se concentrer sur l’hémisphère Sud pour enchaîner rapidement avec le cap de Bonne-Espérance. »

Premier record pour Spindrift 2 : l’équateur en moins de 5 jours !

Cette nuit, à 2 h 31 du matin, Spindrift 2 franchissait l’équateur après 4 jours 21 heures et 29 minutes de course. L’équipage de Yann Guichard et Dona Bertarelli compte 17 heures 25 minutes d’avance sur le chrono de Loïck Peyron sur Banque Populaire V en 2011. Spindrift 2 (ex-Banque Populaire V) s’est avalé les 3 171 milles (sur l’orthodromie) à la moyenne de 26,99 nœuds. Le couple Guichard/Bertarelli et leurs douze équipiers sont les premiers et les seuls à passer sous la barre des cinq jours entre Ouessant et l’équateur. A 4 h 03 du matin, soit 1 heure 32 minutes plus tard, Idec-Sport basculait à son tour dans l’hémisphère Sud. Mais en étant parti d’Ouessant 2 heures plus tôt ! Le chrono de Joyon et sa bande est donc de 5 jours 1 heure 0 minute sur ce premier tronçon. Une très belle performance également qu’il faut souligner puisqu’ils comptent pour leur part 13 heures 55 minutes d’avance sur Banque Populaire V qui, rappelons le, avait franchi l’équateur en 5 jours 14 heures 54 minutes. Mais pour l’instant, le "petit" IDEC-Sport (ex-Groupama 3, 31,50 mètres de long) navigue dans l’ombre du grand Spindrift 2 (40 mètres de long).

L’équateur en moins de 5 jours !Dans l’ombre de Spindrift 2, Idec-Sport a également réalisé un très beau début de record, quelques heures seulement derrière son grand frère. Photo @ Paul Bessereau / Idec Sport

Duel autour du monde

En partant avec seulement deux heures d’écart, les deux trimarans ont involontairement transformé ce record du Trophée Jules Verne en véritable course. Un duel qui n’est pas sans rappeler The Race, la première grande course autour du monde en multicoque à l’aube du XXIe siècle. En plus de se battre contre le chrono de Banque Populaire V, les deux équipages, quoi qu’ils en disent, se surveillent forcément du coin de l’œil. Le contraire serait d’ailleurs une faute professionnelle ! Pour l’instant, leurs routes sont parallèles depuis le départ, avec un Spindrift 2 légèrement décalé dans l’Ouest. Un décalage établi dès le départ et conservé (volontairement ou pas ?) depuis cinq jours, à l’exception du passage à l’Ouest du Cap-Vert où les deux tracés se sont confondus pendant quelques heures. Ces routes parallèles prouvent pour l’instant que leurs deux routeurs météo restés à terre, Marcel Van Triest pour IDEC-Sport et Jean-Yves Bernot pour Spindrift 2, sont parfaitement d’accord sur la stratégie à suivre. Mais jusqu’à quand ?

Pas une Sainte, Hélène !

L’équateur en moins de 5 jours !Les prochaines journées s’annoncent compliquées pour les deux équipages avec un contournement de Sainte-Hélène jalonné de plusieurs pièges.Photo @ Paul Bessereau / Idec-SportLa scission entre les deux trimarans pourrait s’opérer rapidement dès ce week-end. En cause ? Une rupture d’alizé entre Salvador de Bahia et Rio qui va obliger routeurs météo à terre et navigateurs à bord à se creuser sérieusement les méninges pour trouver la bonne trajectoire. Objectif des trois prochains jours ? Ne pas rater le train de dimanche soir qui part d’Amérique du Sud en direction de l’Afrique australe. Une belle dépression à l’avant de laquelle il faut réussir à se positionner pour profiter d’un bon flux de Nord d’une trentaine de nœuds dans une mer praticable. Les deux équipages ont donc intérêt à dormir un peu aujourd’hui pour être en pleine forme la nuit prochaine et demain. Il faudra alors enchaîner les manœuvres et les changements de voile pour s’extraire au plus vite des côtes brésiliennes où l’anticyclone de Sainte-Hélène pourrait enterrer leurs espoirs naissants d’un tour du monde record.

Après leur pain blanc, les deux équipages vont donc manger leur pain noir ces prochains jours. Un week-end sous haute tension pour ne pas gâcher cette belle entame de record… D’autant qu’il y a quatre ans, Banque Populaire V avait été particulièrement rapide sur ce deuxième tronçon entre l’équateur et Bonne-Espérance, franchi au douzième jour de mer.

L’équateur en moins de 5 jours !Cette carte météo de l’Atlantique Sud est la prévision pour dimanche soir. On y voit bien la dépression (en bas à gauche) qui s’est creusée au large de l’Argentine et que les deux trimarans vont tenter d’attraper en se positionnant juste devant pour être poussés par le vent de Nord. En haut (en rouge), le trimaran Idec-Sport au moment de franchir l’équateur la nuit dernière. Photo @ Geovoile / Idec-Sport

Retrouvez ici une cartographie qui réunit les deux challengers IDEC Sport et Spindrift 2 sur une même carte avec également la référence du tracé de Banque Populaire Vdétenteur du record(Carte créé par Volodia)

L'équipage de Spindrift 2 :
- Yann Guichard
- Dona Bertarelli (SUI)
- Erwan Israël
- Sébastien Audigane
- Antoine Carraz
- Thierry Duprey du Vorsent
- Christophe Espagnon
- Xaviel Revil
- Jacques Guichard
- Loïc Le Mignon
- Sébastien Marsset
- François Morvan
- Thomas Rouxel
- Yann Riou

 

L'équipage d’Idec-Sport :

- Francis Joyon
- Bernard Stamm (SUI)
- Alex Pella (ESP)
- Gwénolé Gahinet
- Boris Hermann (GER)
- Clément Surtel

 

Trophée Jules Verne :

Record détenu depuis le 6 janvier 2012 par Loïck Peyron et l’équipage de Banque Populaire V en 45 jours 13 heures 42 minutes.

IDEC-Sport : départ le dimanche 22 novembre à 3 h 02. Pour battre le record, IDEC-Sport doit revenir avant le 6 janvier 2016 à 16 h 44.

Spindrift 2 : départ le dimanche 22 novembre à 5 h 01. Pour battre le record, Spindrift 2 doit revenir avant le 6 janvier 2016 à 18 h 43.