Ils sont les plus grands, les plus fous, les rapides voiliers à arpenter la planète. Leurs bouées préférées sont à l'échelle des continents. En solitaire, en double ou en équipage, ils accélèrent le temps, rétrécissent le globe – et distillent l'adrénaline. Bienvenue dans le monde des maxi-multicoques.

Actualité à la Hune

Route du Rhum 2014 - Interviews Lionel Lemonchois et Vincent Lauriot-Prévost

Lemonchois : «Par 7 nœuds de vent, Prince de Bretagne lève la patte !»

  • Publié le : 27/04/2013 - 00:01

Prince de Bretagne, le grandPrince de Bretagne, le 80 pieds VPLP de Lionel Lemonchois, s'annonce redoutable si les conditions météo de la prochaine Route du Rhum sont aussi variées qu'en 2006.Photo @ Jean-Marie Liot (DPPI)

Alors que Prince de Bretagne est baptisé ce week-end à Roscoff, Lionel Lemonchois livre ses premières impressions sur ce trimaran de 80 pieds réalisé à partir de la plate-forme du 60 ORMA Sodebo. L’architecte Vincent Lauriot-Prévost vient compléter ses analyses, d'autant que Banque Populaire VII (ex-Groupama 3) vient d’effectuer sa première sortie et que Thomas Coville transforme l’ex-Geronimo. Tous ces multicoques Ultime n’ont qu’un objectif majeur : la Route du Rhum 2014 !


Lionel, revenons d'abord sur le concept de Prince de Bretagne… Voici deux ans, tu décidais de modifier un 60 pieds ORMA, mais pas avec la même démarche que Gitana 11 en 2010.
L.L. :
Le choix était lié avant tout aux moyens financiers dont disposait mon partenaire. L’idée était de partir d’un trimaran ORMA racheté pas trop cher, pour en faire un grand bateau capable de gagner la Route du Rhum 2014. Il aurait sans doute été mieux de partir d’une feuille blanche pour concevoir un multicoque spécialement adapté à cette course, mais le budget n’était pas du tout le même !

Lionel Lemonchois et Vincent Lauriot-PrévostDevant le 80 pieds Prince de Bretagne, Lionel Lemonchois et Vincent Lauriot-Prévost envisagent de nouvelles optimisations avant la Route du Rhum 2014.Photo @ Dominic Bourgeois A la dernière Route du Rhum, il y avait déjà Groupama 3 (dorénavant Banque Populaire VII), Sodebo, Idec et Gitana 11. On imaginait bien qu’ils allaient être de nouveau au départ à Saint-Malo en 2014…
L.L. :
Iil fallait jouer en harmonie avec les moyens financiers dont je disposais. Groupama 3 était trop cher, un bateau neuf aussi. Nous avons trouvé une solution qui satisfait tout le monde, d’un point de vue technique, budgétaire, sportif avec l’objectif d’un bateau qui va vite, facilement. Je me suis tourné logiquement vers le cabinet VPLP qui est une référence dans le multicoque. Ensuite, il a fallu choisir le trimaran ORMA le plus adapté à ces transformations.

Vincent Lauriot-Prévost, pourquoi l’ex-Sodebo ?
V.L.P. :
C’était le plus large de la flotte (18,20 mètres), ce qui était un paramètre important pour que le rapport longueur-largeur soit cohérent et performant. Groupama 2, par exemple, était trop volage, moins large (17 mètres) et surtout trop léger (6 tonnes) pour supporter un surcroît de puissance sans passer par la case renforts. L’ex-Sodebo était suffisamment lourd et structuré pour ne pas avoir à revoir toute la structure puisque le principe était d’augmenter sensiblement la puissance. Nous avions un crédit de masse qui nous a permis de concevoir Prince de Bretagne avec un poids final assez proche de l’original.

Par rapport à Gitana 11 qui avait été aussi boosté en 2010, qu’est-ce que ça change ?
V.L.P. :  Le fait de changer les trois coques a permis d’écarter les bras de liaison, de changer les emplantures de mât et de puits de dérive. Donc de trouver un équilibre en positionnant les bras où c’était nécessaire, a contrario de Gitana 11, dont seuls les flotteurs ont été changés et la coque centrale rallongée. Si nous avions imaginé un nouveau bateau, nous aurions été sur une même largeur. Et avec une répartition des volumes de flotteur assez similaire. L’ex-Sodebo était un trimaran qui se prêtait parfaitement à ces transformations.
L.L. : Avec 7 nœuds de vent, Prince de Bretagne lève la patte ! Le comportement est assez proche d’un trimaran ORMA avec 20 pieds de longueur en plus… Le bateau est harmonieux, et si nous avions un bateau neuf, seul le mât aurait gagné deux mètres en hauteur. A l’origine, le bateau pesait 6,9 tonnes et, dans sa version actuelle, il fait 7,3 tonnes !

Et en termes de voilure, on reste dans les mêmes valeurs ?
L.L. : C’est le même gréement, mais nous avons pu augmenter la surface du génois et des gennakers puisque la longueur de coque centrale est passée à 80 pieds (24 mètres) : les points d’amures ont donc pu être avancés. La surface de GV est identique, le génois est légèrement plus grand et le gennaker maxi a gagné pas mal de mètres carrés. Pour être le plus léger possible, nous avons supprimé l’hydraulique de grand-voile : le poids des vérins et consorts a été transformé en longueur de bordé.

Caractéristiques de trimarans VPLP Rhum 2014Le nouveau Prince de Bretagne est très similaire à Gitana 11, mais avec un moment de redressement supérieur quoique deux fois moins important que celui de Groupama 3. Mais le dernier vainqueur de la Route du Rhum est proportionnellement nettement moins toilé. La confrontation avec les MOD70 s'annonce palpitante dans le medium... Notez que les caractéristiques du nouveau Sodebo (ex-Geronimo) ne sont pas encore annoncées.Document @ VPLP Le comportement de Prince de Bretagne est-il satisfaisant par rapport à Gitana 11 ?
L.L. : Je n’ai jamais navigué sur le Gitana 11 boosté ! (Lionel Lemonchois avait été sèchement remercié après avoir gagné la Route du Rhum 2006 et cumulé les records avec le cata géant Gitana 13,
ndlr). Mais les retours que j’ai eut confirmaient que son comportement était très proche d’un ORMA, très volage. Nous avons gagné en sécurité, surtout en longitudinal avec six mètres de plus. On ne se fait pas peur quand on abat ! Prince de Bretagne accélère et ne cabre pas autant que Gitana 11.
V.L.P. : Sur Gitana 11, nous étions partis sur des formes de flotteurs très puissantes qui s’enfonçaient très peu – cela aussi contribuait à le rendre volage, surtout qu’il avait tendance à être mou. Sur Prince de Bretagne, les formes sont proches de celles d’un MOD70 et le bateau est légèrement ardent, ce qui permet de transformer positivement une risée en accélération sans avoir à pousser la barre.
L.L. : L’équilibre est excellent puisqu’avec la nouvelle dérive à trimmer, le bateau est soit neutre, soit légèrement ardent. Au près en solitaire sous pilote, un bateau qui a tendance à monter dans le vent est plus sain et, au portant, un bateau qui relance tout seul, c’est plus performant !

Depuis la mise à l’eau, en octobre 2012, combien de sorties en mer ?
L.L. : On a commencé à naviguer en janvier et on cumule une bonne vingtaine de jours de mer. Il nous manque encore des sorties dans le gros temps, mais on monte en puissance. Pour l’instant, le bateau correspond parfaitement à ce que j’imaginais : très sain, très agréable, rapide et facile à mener. Il y a encore quelques petites améliorations envisageables, comme le changement du safran central, actuellement sur le tableau arrière et que nous nous pourrions mettre plus en avant, suspendu sous la coque. Il y a certains dossiers que je préférais mettre en place après avoir navigué : la Route du Rhum est dans plus d’un an !

Banque Populaire VII : première sortie18 avril 2013 : première sortie pour Banque Populaire VII (ex-Groupama 3) et Armel le Cléac"h. Le bateau a déjà aligné au large de Belle-Île, plus de 35 noeuds de vitesse dans une vingtaine de noeuds de vent...Photo @ Yvan Zedda Sea & Co

Le fait d’avoir réalisé Prince de Bretagne a semble-t-il créé des vocations pour la prochaine Route du Rhum, justement. Théoriquement, qui va gagner ?
V.L.P. : Banque Populaire VII (ex-Groupama 3) n’a pour l’instant pas été modifié. Armel Le Cléac’h est en phase de prise en main et le bateau avait déjà été bien adapté au solitaire pour Franck Cammas. Il mesure 100 pieds (30,50 mètres) avec un mât quatre mètres plus haut : il a une puissance de 160 t.m alors que Prince de Bretagne est à 70 t.m environ. Mais ces bateaux-là en solitaire ne naviguent pas à 100% de leur potentiel. Banque Pop VII a plus de réserve, mais on peut imaginer qu’il sera souvent mené à 70%, tandis que Prince de Bretagne sera plutôt à 85%. Armel ne va pas pouvoir se permettre de changer de voilure trop souvent et les empannages sont difficiles et longs. Mais son bateau a plus d’inertie pour passer dans la mer formée et plus de réserve de sécurité dans les grains… Théoriquement, Lionel sera plus à l’aise pour s’adapter à une météo variée. En fait, les deux bateaux risquent fort de ne pas suivre la même trajectoire sur la Route du Rhum ! Banque Populaire VII devrait privilégier une route avec le moins de manœuvres possibles, un peu comme en 2010 avec Franck Cammas – mais, pour la prochaine édition, qui peut prédire qu’il n’y aura pas trois dépressions à négocier dès la sortie de la Manche ? Il est donc impossible de savoir de combien il faut dégrader les polaires de vitesse de l’un et l’autre bateau et lequel sera le premier à Pointe-à-Pitre…
L.L. : Sur Banque Populaire VII, il sera difficile d’être dans le bon «range» de voile en permanence. Si le rythme météo est inconstant, j’aurais plus de facilité à m’adapter. On sait que le premier qui sort du train de dépressions pour toucher les alizés s’échappe… Reste à savoir si cela va se dérouler comme en 2010 ou comme en 2006 ! Je crois que l’essentiel est de se sentir bien sur son bateau, en confiance, de ne pas être dépassé. La Route du Rhum est une course en solitaire ! Je ne me sens pas du tout frustré de ne pas naviguer sur l’ex-Groupama 3.

Et par rapport aux deux plans Nigel Irens/Benoît Cabaret, Sodebo et Idec ?
L.L. :
Je suis moins inquiet… Cela va aussi dépendre de la météo, mais la Route du Rhum, ce n’est pas que du près dans la brise.

V.L.P. : Je pense que Prince de Bretagne est plus rapide, pas tout le temps, en particulier au près, mais sur l’ensemble du parcours, oui.

Comparatif Prince de Bretagne, Gitana 11, Groupama 3Le nouveau Prince de Bretagne (à gauche) se positionne comme un trimaran intermédiaire entre Gitana 11 (au centre) et l'ex-Groupama 3 (à droite). Sans prétendre au même potentiel dans la brise que le précédent vainqueur de la Route du Rhum 2010, le mult de Lionel Lemonchois sera plus réactif que l'ex-Groupama et plus maniable que Gitana...Document @ VPLP

Et l’ex-Geronimo que Thomas Coville est en train de transformer, sera-t-il plus proche de Banque Populaire VII ou de Prince de Bretagne ?
V.L.P. : Clairement, la cible à partir d’un grand bateau lourd (105 pieds et 20 tonnes), c’était de se rapprocher du concept Groupama 3 (17 tonnes). Le nouveau Sodebo devrait se rapprocher du poids de Banque Populaire VII… Et il y a peu de différence de largeur entre ces deux bateaux : 20 mètres pour l’ex-Geronimo contre 21,20 mètres pour l’ex-Groupama 3.

En changeant la coque centrale et le mât, mais aussi les flotteurs ? Ou en coupant la carène basse pour avoir des formes similaires à l’ex-Groupama 3 ?
V.L.P. : Une nouvelle coque centrale permet, comme sur Prince de Bretagne, de modifier les emplantures de mât et de puits de dérive, et de choisir le plan de voilure adapté. Au final, les caractéristiques du nouveau Sodebo et de Banque Populaire VII seront très proches, avec une puissance, une voilure et un poids similaires – ils auront les mêmes points forts et les mêmes points faibles que Prince de Bretagne… Quant aux modifications envisagées hors la coque centrale et le gréement, cela va dépendre du budget de Thomas et de son programme sur plusieurs années. La première échéance, c’est d’être prêt à Saint-Malo, ce qui est court tout de même pour tout transformer d’un coup.
L.L. : Cela vient très vite, j’en sais quelque chose ! Pour notre part, après le baptême à Roscoff samedi, nous descendons à La Trinité pour le Tour de Belle-Île (4 mai) et nous enchaînons avec le Grand Prix Guyader à Douarnenez (5-6 mai). Ce sera l’occasion de se mesurer à Banque Populaire VII ! Ensuite, nous descendons à Valencia pour la Route des Princes (9-30 juin). Nous serons cinq pour le tour de l’Europe avec Mathieu Souben, Fred Le Peutrec, Jean-Luc Nélias et Alex Pela. Nous serons le seul multicoque Ultime mais nous aurons la référence des MOD70 : dans le petit temps au près avec leur grand gennaker, ils sont très rapides !

Et quid du 50 pieds Prince de Bretagne ?
L.L. : Gilles Lamiré est en cours de le racheter : il devrait en prendre possession la semaine prochaine avec ses propres partenaires (l’agglomération Saint-Malo) pour s’aligner sur la Route des Princes.

Rhum 2014 : Le Cléac’h sur l’ex-Groupama 3 !Franck Cammas avait sidéré tous les observateurs dès le départ de Saint-Malo en déposant Gitana 11 dans une douzaine de noeuds au portant. Et à suivre, Groupama 3 avait fait cavalier seul dès le cap Finisterre !Photo @ Yvan Zedda (Sea & Co)