Ils sont les plus grands, les plus fous, les rapides voiliers à arpenter la planète. Leurs bouées préférées sont à l'échelle des continents. En solitaire, en double ou en équipage, ils accélèrent le temps, rétrécissent le globe – et distillent l'adrénaline. Bienvenue dans le monde des maxi-multicoques.

Actualité à la Hune

Trophée Jules Verne

Spindrift 2 dans l’Indien… avec 12 minutes de retard !

Vendredi matin à 3 h 06, l’équipage de Yann Guichard (Spindrift 2) franchissait la longitude du cap de Bonne-Espérance. Deux heures plus tard (à 5 h 04), c’était au tour du cap des Aiguilles, point d’entrée de l’Océan Indien. Près de 400 milles derrière, le commando de Francis Joyon (Idec-Sport) bataille comme il peut pour stopper l’hémorragie…
  • Publié le : 04/12/2015 - 15:30

Spindrift 2 dans l’Indien… avec 12 minutes de retard !Spindrift 2 file vers les 50es Hurlants. L’Océan Indien est le plus court, mais le plus dangereux des océans traversés lors d’un tour du monde…Photo @ Yann Riou / Spindrift Racing

Comme neige au soleil !

De 17 heures 25 minutes d’avance au passage de l’équateur, l’avance de Spindrift 2 sur le chrono de Banque Populaire V a fondu sept jours plus tard pour passer à 12 minutes 44 secondes de retard au moment de franchir le cap des Aiguilles ! Soit 12 jours 00 heure 02 minutes pour dévaler l’Atlantique du Nord au Sud (à 27,64 nœuds de moyenne), contre 11 jours 23 heures 50 minutes pour Banque Populaire V en 2012. Deux raisons à cette perte conséquente :
1) Loïck Peyron et l’équipage de Banque Populaire V avaient été particulièrement rapides entre l’équateur et la pointe de l’Afrique australe il y a quatre ans. Il était difficile, voire impossible, de continuer à augmenter cette avance.
2) Cette année, l’anticyclone de Sainte-Hélène, qui barre l’Atlantique Sud, a tendu ses pièges en travers de la route des trimarans Spindrift 2 et Idec Sport. Une rupture d’alizés au large des côtes brésiliennes qui les a fortement ralentis, surtout Idec-Sport.

Pas de chrono record à Bonne-Espérance

En passant sous la barre des 5 jours à l’équateur (4 jours 21 heures 29 minutes), le couple Guichard/Bertarelli et son équipage avaient établi un nouveau temps de référence depuis Ouessant. Pour 16 minutes de retard à Bonne-Espérance et 12 minutes au cap des Aiguilles, ils n’ont pu décrocher un nouveau chrono intermédiaire record dans leur tentative de décrocher le Trophée Jules Verne. Qu’importe ces détails de sablier, Yann Guichard, Erwan Israël, son navigateur, et Jean-Yves Bernot, le routeur à terre, ont bien d’autres casse-têtes à résoudre. A commencer par la traversée de l’océan le plus difficile d’un tour du monde : l’Indien !

Attention icebergs !

Spindrift 2 dans l’Indien… avec 12 minutes de retard !Avec une eau à 2-3°C, ça va commencer à piquer pour l’équipage de Spindrift 2 lors des manoeuvres de changement de voile !Photo @ Yann Riou / Spindrift RacingLes Quarantièmes Rugissants ? Ils y sont ! Les Cinquantièmes Hurlants ? C’est pour demain… Les quatorze marins de Spindrift 2 sont entrés depuis plusieurs jours dans le vif des mers du Sud. La traversée de l’océan Indien qu’ils entament ce vendredi est la partie la plus délicate du tour du monde. Celles où les dangers sont les plus nombreux, à commencer par les nombreux icebergs entourés de chapelets de growlers. « Nous sommes déjà par 46°Sud et l’eau n’est plus qu’à 6°C, racontait Yann Guichard jeudi soir, peu avant l’entrée dans l’Indien. Dans quelques heures, elle sera à 2-3°C ! Les 24-48 heures qui arrivent sont assez importantes d’un point de vue stratégique parce qu’il y a pas mal d’icebergs et qu'il faut que nous descendions encore jusqu’à 52°Sud. Nous avons des images satellites qui nous permettent de les détecter, mais on ne voit que les grosses glaces dérivantes qui font plus de 100 mètres de long. Mais cela signifie qu’il y a des growlers autour. Donc, lorsque nous détecterons un gros iceberg, nous allons nous donner une marge de sécurité pour ne pas traverser ces zones dangereuses. Les cinq prochains jours ne vont pas être faciles : du froid (2-3°C), du vent modéré et une veille permanente par crainte des icebergs ! Nous avons des lunettes à infrarouge qui permettent de voir les glaces à quelques centaines de mètres, mais nous avançons tout de même à près de 60 km/h… »

Encore une météo capricieuse

Si la météo en Atlantique Nord s’était révélée exceptionnelle, avec un seul empannage à effectuer entre Ouessant et l’équateur pour Spindrift 2 et Idec Sport (contre sept pour Banque Populaire V), l’Atlantique Sud s’est révélé son exact opposé. Banque Populaire V avait dessiné une grande courbe autour de l’anticyclone de Sainte-Hélène sur un seul bord, sans la moindre manœuvre, tandis que l’équipage de Spindrift 2 a dû réaliser trois empannages et celui d’Idec Sport quatorze empannages pour s’extraire des tentacules de l’anticyclone ! Un autre, composé de plusieurs cellules, barrent à nouveau la route des deux trimarans, obligeant Spindrift 2 a plongé encore plus vers le Sud pour le contourner. Le trimaran noir va devoir flirter avec des zones sans vent et perdre encore de précieuses heures sur le chrono de Banque Populaire V qui avait été une nouvelle fois très rapide dans sa traversée de l’océan Indien. Dans environ six ou sept jours, au passage de la longitude du cap Leeuwin, le retard de Spindrift 2 sur Banque Populaire V ne devrait plus se compter en minutes mais en heures ! Yann Guichard le sait : « Banque Populaire V était allé très vite dans l’océan Indien. Même si nous avons un peu de retard au Sud de l’Australie, nous savons que nous pourrons virtuellement le rattraper parce qu’il avait perdu près de deux jours dans le Pacifique. » Encore une semaine de pain noir au menu de l’équipage…

Idec Sport, le grand perdant !

Spindrift 2 dans l’Indien… avec 12 minutes de retard !Francis Joyon et son équipage accusent un double retard conséquent de près de 24 heures sur Banque Populaire V, le détenteur du record, et sur Spindrift 2.Photo @ Paul Bessereau / Idec SportFrancis Joyon et ses cinq équipiers sont les grands perdants de l’Atlantique Sud. Au passage de l’équateur, 1 heure 32 après Spindrift 2 (mais avec 3 h 30 d’écart au chrono puisqu’ils étaient partis deux heures plus tôt), ils comptaient à ce moment-là 13 h 55 d’avance sur Banque Populaire V. Une semaine et quatorze empannages plus tard, Idec Sport compte plus de 360 milles de retard sur l’avancée de Banque Populaire V. Joyon et sa bande ne devrait franchir le cap de Bonne Espérance que samedi matin, soit avec 24 heures de retard. Contrairement à Spindrift 2, Idec Sport n’a pas réussi à se placer devant le front du premier train de dépression parti en début de semaine d’Amérique du Sud. Mais Joyon et ses hommes se sont vaillamment accrochés au dernier wagon pour ne pas être totalement largués ! L’anticyclone qui barre la route de Spindrift 2 dans l’Indien, devrait leur permettre de réduire un peu leur retard (sur Spindrift 2, mais pas forcément sur Banque Populaire V). Pour autant, l’Atlantique Sud a fortement réduit les chances de Joyon de battre le record. Sans parler de son duel avec Spindrift 2 qui a largement tourné à l’avantage du plus grand trimaran du monde.

Retrouvez ici une cartographie qui réunit les deux challengers IDEC Sport et Spindrift 2 sur une même carte avec également la référence du tracé de Banque Populaire Vdétenteur du record(Carte créé par Volodia)

Equipage de Spindrift 2 :
- Yann Guichard
- Dona Bertarelli (SUI)
- Erwan Israël
- Sébastien Audigane
- Antoine Carraz
- Thierry Duprey du Vorsent
- Christophe Espagnon
- Xaviel Revil
- Jacques Guichard
- Loïc Le Mignon
- Sébastien Marsset
- François Morvan
- Thomas Rouxel
- Yann Riou

 

Equipage d’Idec Sport :
- Francis Joyon
- Bernard Stamm (SUI)
- Alex Pella (ESP)
- Gwénolé Gahinet
- Boris Hermann (GER)
- Clément Surtel

 

Trophée Jules Verne :

Record détenu depuis le 6 janvier 2012 par Loïck Peyron et l’équipage de Banque Populaire V en 45 jours 13 heures 42 minutes.
Idec Sport : départ le dimanche 22 novembre à 3h02. Pour battre le record, Idec Sport doit revenir avant le 6 janvier 2016 à 16 h 44
Spindrift 2 : départ le dimanche 22 novembre à 5h01. Pour battre le record, Spindrift 2 doit revenir avant le 6 janvier 2016 à 18 h 43.

Chronos intermédiaires de Spindrift 2 :

- Équateur : 4 jours 21 heures 29 minutes (17h25 d’avance sur Banque Populaire V)
- Cap des Aiguilles : 12 jours 00 heure 02 minutes (12 minutes 44’’ de retard sur Banque Populaire V)
A venir :
- cap Leeuwin
- Hobart (entrée dans le Pacifique)
- cap Horn
- équateur (retour).