Ils sont les plus grands, les plus fous, les rapides voiliers à arpenter la planète. Leurs bouées préférées sont à l'échelle des continents. En solitaire, en double ou en équipage, ils accélèrent le temps, rétrécissent le globe – et distillent l'adrénaline. Bienvenue dans le monde des maxi-multicoques.

Actualité à la Hune

Record de l'Atlantique - Le routage de Jean-Yves Bernot en vidéo

Joyon : une trace limpide !

  • Publié le : 17/06/2013 - 13:04

La vidéo de la trace de Joyon, juin 2013Une capture-écran de la trajectoire de Joyon lors de son prodigieux record de l'Atlantique. Bravo Francis, merci Jean-Yves ! (La vidéo de cette trace est visible un peu plus bas).Photo @ Adrena / Jean-Yves BernotHep, taxi ! Comme ça a l’air facile, avec Francis Joyon et Jean-Yves Bernot, de tomber un record de l’Atlantique en solitaire en à peine plus de 5 jours ! Regardez un peu plus bas la vidéo de la trace d’Idec que Bernot, son routeur, son complice, son ami, vient de m’envoyer : on chope une jolie dépression pressée d’aller visiter l’Europe, on la garde, on la serre, on ne la laisse pas s’échapper, on essaye de rester dans son quart favorable, en avant du front, bon vent et mer pas trop formée – et elle vous emmène à 26,2 nœuds de moyenne de l’autre côté.

Francis, la force tranquilleTenir plus de 26 nœuds de moyenne, cinq jours durant, seul à bord d'un multi géant… Comme dit Bernot : «On peut pas demander ça à n'importe qui…»Photo @ Jean-Marie Liot (DPPI)

Ben voyons. Ce que ce doc et ses jolies couleurs ne disent dit pas, c’est le vent, les vagues, le froid, la tension, l’attention, la nuit, le petit jour, le stress, le bruit, les bruits, les chocs, les embruns, la fatigue (au total, moins de dix heures de sommeil cumulé en cinq jours !), les claques, les frayeurs, l’œil qui va du flotteur sous le vent à l’écran du traceur, du traceur aux répétiteurs – TWA, TWS, angle du vent, vitesse du vent. Ils ne disent pas non plus cette ligne qui peu à peu signe le sillage, le différentiel avec Thomas Coville, cette route Sud obligée, si longue, si longue, cette moyenne dingue qu’il va falloir tenir, du coup, pour battre Sodebo, ce retard qu’il va falloir combler.

«Nous avons peu échangé pendant la course, raconte Jean-Yves Bernot. Un mail le matin et le soir, et très peu de conversation téléphonique.» Bernot, de toute façon, connaît tellement bien Joyon… «Le routage, cela consiste à investir des milles pour gagner du temps. Et le temps, c’est la seule chose qui compte en record. Francis l'a compris. Mais il est probablement le seul à qui on puisse demander ce genre d'effort… Non, vraiment, on ne peut pas demander ça à n'importe qui !»

«J'ai eu constamment de 25 à 30 nœuds de vent, confirme Joyon. Et j'ai découvert que nous pouvions demander encore plus à ces maxi-trimarans. Je croyais que j’étais déjà au maximum, mais non. Les vitesses de 35 nœuds sont atteintes et dépassées. Nous pouvons même chercher les 40 nœuds, voire plus… Ce sont des vitesses-cibles que je ne connaissais pas sur ce bateau – en fait, je ne sais pas vraiment quelles sont ses limites…» Et d'ajouter : «A un moment, quand même, j'ai tenté de ralentir pour me reposer. Mais j'ai eu mauvaise conscience. Alors j'ai remis de la toile…»

Côté navigation, on note deux inflexions au premier et au deuxième tiers du parcours, petits recalages, travail d’équipe avec Bernot, à terre. «Au 3e jour de course, il a fallu effectuer deux empannages consécutifs – jamais plaisant lors d'un record. Mais la trajectoire faisait régulièrement flirter Idec avec la bordure Sud du centre des basses pressions. A un moment, il a donc fallu se recaler plus Nord, dans du vent plus frais…»  Quoi qu'il en soit, Bernot ne tarit pas déloges sur Joyon : «Francis, c’est un train, explique-t-il, admiratif. C’est un TGV. Une fois lancé, rien ne l’arrête. Il va à son rythme – infernal. Sans jamais baisser les bras, sans jamais baisser le ton, sans jamais baisser la garde. Pas de doute : ce record porte sa patte !»

On peut même ajouter : le globe porte sa griffe. Car Joyon a maintenant décroché le grand chelem des records en solitaire : 24 heures, tour du monde, Atlantique, Route de la Découverte (voir encadré plus bas).

Comme Thomas Coville, fair-play, l'a dit lui-même hier dimanche : «Chapeau bas, monsieur Joyon !»

 

>> La courte vidéo de la trajectoire de Joyon est ici :
(à visionner en plein écran !)


………..
Le record en quelques chiffres bruts… et brutaux !

- Temps de course : 5 jours 02 heures 56 minutes et 10 secondes.
- Record amélioré de : 16 heures 34 minutes et 30 secondes.
- Distance orthodromique : 2 865 milles - vitesse moyenne : 23,30 noeuds
- Distance sur le fond : 3 222 milles - vitesse moyenne sur le fond : 26,20 nœuds !
 

………..
Le (très) grand chelem de Francis !

Janvier 2008 : record du tour du monde absolu en solitaire
57 jours 13 heures 34 minutes 6 secondes. Joyon pulvérise le précédent record d'Ellen MacArthur de 14 jours 44 minutes 27 secondes et établit le deuxième meilleur chrono de tous les temps derrière le maxi catamaran Orange II, skippé par Bruno Peyron et ses 14 hommes d'équipage.

Juillet 2012 : record des 24 heures en solitaire
666,2 milles en une journée. Soit 1 237 kilomètres. Soit encore l'époustouflante moyenne de 27,83 nœuds !

Février 2013 : record de la Route de la Découverte
8 jours, 16 heures, 07 minutes, 05 secondes engtre Cadix et San Salvador. Francis Joyon améliore de plus d’1 jour et 4 heures son propre chrono de 2008. Sur les 3 884 milles de la route théorique, il élève la moyenne à 18,66 nœuds (distance réellement parcourue 4 379,5 milles à la moyenne de 21,04 nœuds).

Juin 2013 : record de la traversée de l'Atlantique Nord
5 jours 2 heures 56 min, soit 16 heures 34 min de mieux que Thomas Coville (Sodebo) en 2008.

En complément

  1. joyon   l'atlantique en cinq sec  16/06/2013 - 14:54 Record de l’Atlantique - Ultime - Idec Joyon : l’Atlantique en cinq sec ! Francis Joyon a mouillé le ciré – et s'est fait tremper – pendant les cinq jours de folie de son record de l'Atlantique en solitaire. A bord de son maxi-tri Idec, Joyon a mis 5 jours 2 heures 56 minutes pour rallier New York au cap Lizard. Soit 16 heures 24 de moins que Coville sur Sodebo en 2008.
  2. top départ pour francis joyon  11/06/2013 - 14:29 Record de l’Atlantique - Ultime Top départ pour Francis Joyon ! Le mardi 11 juin, à 11h12 (HF), Francis Joyon a franchi la ligne de départ de sa tentative de record de l’Atlantique Nord. A bord de son maxi-trimaran Idec, il va tenter de rallier New York au cap Lizard en moins de 5j 19h 30min, chrono détenu depuis juillet 2008 par Thomas Coville (Sodebo).
  3. joyon à new york   le calme avant la tempête 21/05/2013 - 00:01 Record de l’Atlantique - Ultime Joyon à New York : le calme avant la tempête A New York, Francis Joyon (Idec) attend la bonne météo pour battre le record de l’Atlantique de Thomas Coville (Sodebo) en 5j 19h, à 21 nœuds de moyenne. S'il réussit, Joyon décrocherait le Grand Chelem : il détient déjà le tour du monde solo, le record des 24 heures et la Route de la Découverte.
  4. joyon   un record en 8 jours tout 9  16/02/2013 - 00:01 Record de la Route de la Découverte - Idec Joyon : un record tout 9 en 8 jours ! On n’est jamais si bien battu que par soi-même. Francis Joyon, sur son maxi-tri Idec, a battu son propre record sur le parcours de la Route de la Découverte. Parti le 6 février, il n’a mis que 8 jours 16 heures pour rallier Cadix à San Salvador au lieu de 9 jours 20 heures – soit 28 heures de moins.
  5. joyon   668 milles en 24 heures à 27,8 noeuds de moyenne  02/08/2012 - 00:01 Record sur 24 heures en solo - Idec Joyon : 668 milles en 24 heures à 27,8 nœuds de moyenne ! «J’ai passé 24 heures non-stop sous pilote, dans le cockpit, avec les écoutes à la main, choquant dès que ça plantait». Résultat : 668 milles en 24 heures et en solitaire pour Francis Joyon sur son maxi-tri Idec ! Soit 27,8 nœuds de moyenne. Le chrono de Thomas Coville (628,5 milles) est bien battu.