Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

IMOCA

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !

Jamais une transat n’avait enregistré autant de 60 pieds Imoca au départ. Avec 20 bateaux, la douzième Transat Jacques Vabre égale même le score des Vendée Globe 2004 et 2012, avec le même nombre d’engagés. Et avant que tout ce beau monde ne se retrouve dans un an aux Sables d’Olonne pour le 8e tour du monde en solitaire et sans escales, il leur faudra boucler les 5 400 milles (10 000 kilomètres) du Havre à Itajai, qui en fait également la plus longue transat jamais disputée !
  • Publié le : 24/10/2015 - 00:01

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !Jamais la Transat Jacques Vabre n’a eu un tel plateau de 60 pieds Imoca un an avant le Vendée Globe ! Nouveau record. Photo @ D. Ravon

Sur les pontons du bassin Paul Vatine autant dire que ça ne cause (presque) que de ça… C’est Arnaud Boissières qui le dit : « nous on vise un podium en ligue 2 ! ». Celui que tout le monde surnomme « Cali » dans le milieu, va prendre le départ de sa 25ème transat - sa 5ème Jacques Vabre – avec Stan Maslard, sur Le bateau des métiers by Aerocampus, plan Farr âgé de huit ans. Car sur les vingt protos engagés, dix ont été mis à l’eau en 2006-2007, pour le Vendée Globe 2008. « Ce sont des bateaux de première génération mais qui restent performants et complexes » explique sans détour Eric Bellion skipper de Comme un Seul Homme, l’ancien DCNS de Marc Thiercelin, et qui a servi ensuite au tournage du film « En solitaire » avec François Cluzet. A la différence qu’il n’y aura qu’un seul et unique classement en Imoca, sans tenir ni de l’âge des bateaux ni de celui des capitaines !

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !Ces deux-là sont craints par la concurrence et pour cause ! Ruyant et Hardy n’ont pas mis longtemps à se mettre au tempo de l’Imoca… et ont un VPLP/Verdier largement éprouvé. Photo @ P. Bourras

Bref, et la ligue 1 alors ? Elle comprend la dernière génération d’Imoca équipés des fameux foils, soit les cinq nouveaux plans Verdier/VPLP tous mis à l’eau en 2015 (Safran, Edmond de Rothschild, Banque Populaire VIII, Saint-Michel Virbac et Hugo Boss). L’on pourrait ajouter Spirit of  Hungary - lui n’a pas de foils - puisqu’il a été dessiné et construit en 2014 (avec Attila Déry) par le sympathique autodidacte Nándor Fa (62 ans) vétéran de la course. Mais sans méchanceté aucune, on ne voit pas le skipper hongrois jouer les premiers rôles… même en ligue 2 ! Reste quatre bateaux - appelons les de seconde génération - tous nés en 2010-2011 pour le dernier Vendée Globe. SMA (ex Macif), Maître CoQ (ex Banque Populaire ex Foncia), PRB et Bastide Otio (ex Paprec Virbac 3 et ex Hugo Boss). Outre ce carré magique, on se doit de rajouter Queguiner Leucémie Espoir, qui n’est autre que l’ancien Safran, premier plan VPLP/Verdier mis à l’eau en 2007… mais qui a beaucoup évolué et n’a pas grand chose à voir avec ceux de la première génération. Vous me suivez ?

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !Deux générations d’écart entre les intérieurs de Comme un Seul Homme et Banque Populaire VIII… et où l’on constate que l’espace s’est considérablement modifié et réduit au fil des ans.Photo @ D. Ravon

Plus de la moitié sont des plans Verdier/VPLP !

En huit ans, Guillaume Verdier et le cabinet VPLP (Van Peteghem Lauriot-Prévost) ont détrôné l’architecte néozélandais Bruce Farr, et plus encore les Français Finot-Conq, qui ont régné sur les 60 pieds durant longtemps, dessinant les bateaux vainqueurs des Vendée Globe 1992, 1996, 2000 et 2004 ! Le brillant duo n’a « plus » que 10 % des engagés, MACSF (ex Brit Air) et eComme Un Seul Homme, quand Farr peut se targuer d’avoir encore un quart de la flotte : Newsrest-Matmut (ex Gitana Eighty, ex Synerciel), Le bateau des métiers by Aérocampus (ex Virbac Paprec 2), Initiatives Cœur (ex Akena Vérandas ex PRB), Adopteunskipper.net (ex BT, ex Veolia) et Bureau Vallée (ex Delta Dore).
Les friands de statistiques ne manqueront pas de remarquer que Jean-Pierre Dick (triple vainqueur de l’épreuve en Imoca) va retrouver deux de ses trois anciens bateaux sur la ligne de départ… Reste un seul plan Owen Clarke des Canadiens arrivés à l’arrache peu avant le départ du Havre après un convoyage atlantique d’Ouest en Est et le plan Fa/Déry.
Et qui se taille la part du lion ? Verdier/VPLP pardi ! Avec 55 % de la flotte dont 100 % de bateaux neufs, ça ressemble à un monopole ! Et encore, il manque un sixième sister-ship (l’ex Vento di Sardegna) promis initialement à l’Italien Andrea Mura, absent pour la Jacques Vabre… qui vient juste d’être vendu, reconfiguré par Mer Agitée, la société de Michel Desjoyeaux, et agite le microcosme, afin de savoir qui en sera le prochain skipper !

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !A part la barbe, Desoyeaux n’a pas changé ! Il couve et accompagne les grands espoirs de la course au large. Mènera-t-il aussi Meilhat vers la victoire au Vendée Globe comme il le fit avec Gabart ? That is the question. Photo @ JM Liot/SMA/DPPI

Faites vos jeux !

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !La météo annonce un sérieux coup de vent dès la première nuit. Pas idéal pour se mettre dans le bain ! Photo @ T. Martinez/Gitana SA

Bref, la question n’est pas de savoir si c’est ou non un plan Verdier/VPLP qui va s’imposer entre la Haute Normandie et le Brésil dans trois semaines… mais bien si il sera de 2ème ou 3ème génération ! Car cela ne vous a pas échappé si vous avez lu le dossier « Transat Jacques Vabre » dans le numéro 537 de novembre de Voiles et Voiliers actuellement en kiosque, il est bien difficile d’émettre le moindre pronostic.
Comme la jauge Imoca a plutôt bien fait les choses pour ne pas trop pénaliser les anciens - et du coup a tendance à les avantager - c’est bien les zones de transition sur le parcours, la fiabilité des nouveaux bateaux à foils et la proportion de reaching dans la brise qui pourraient être le juge de paix !
Ok, je me mouille ! Si je vous dis qu’en ligue 1, la victoire devrait se jouer entre Le Cléac’h-Tabarly, Josse-Caudrelier, Dick-Delahaye, Riou-Col, Meilhat-Desjoyeaux, Beyou-Legros voire Eliès-Dalin, vous voici bien avancés ! Et à tant faire du « jésuitisme », je mettrai volontiers une option en ligue 2 sur Ruyant-Hardy et de Lamotte-Davies, pourquoi pas Boissières-Maslard et Amadeo-Peron… avec comme numéro complémentaire de Broc-Guillemot, (15 participations à eux deux !) pour peu que la sortie de la Manche soit musclée.

 

Les 20 engagés en Open 60'

Adopteunskipper.net : Nicolas Boidevézi-Ryan Breymaier

Banque Populaire VIII : Armel Le Cléac'h-Erwan Tabarly

Bastide/Otio : Kito de Pavant - Yann Régniau

Bureau Vallée : Louis Burton-Romain Attanasio

Comme un seul homme Stand as one : Eric Bellion-Sam Goodchild

Edmond de Rothschild : Sébastien Josse-Charles Caudrelier

Hugo Boss : Alex Thomson-Guillermo Altadill

Initiatives Coeur : Tanguy de Lamotte-Samantah Davies

Le bateau des Métiers by Aérocampus : Arnaud Boissières-Stan Maslard

Le Souffle du Nord : Thomas Ruyant-Adrien Hardy

MACSF : Bertrand de Broc-Marc Guillemot

Maître CoQ : Jérémie Beyou-Philippe Legros

Newrest Matmut : Fabrice Amedeo-Eric Péron

O Canada : Eric Holden-Morgen Watson

PRB : Vincent Riou-Sébastien Col

Quéguiner-Leucémie Espoir : Yann Eliès-Charlie Dalin

Safran : Morgan Lagravière-Nicolas Lunven

SMA : Paul Meilhat-Michel Desjoyeaux

Spirit of Hungary : Nándor Fa-Péter Perényi

StMichel Virbac : Jean-Pierre Dick-Fabien Delahaye
 

) ?>