Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Barcelone World Race 2014-15

Et c’est reparti pour un tour !

  • Publié le : 30/12/2014 - 00:12

Hugo BossSur Hugo Boss (ex Paprec Virbac 3), Alex Thomson et Pepe Ribes comptent comme de sacrés clients.Photo @ Mark Lloyd

La Barcelona World Race est au Vendée Globe ce que la Transat Jacques Vabre est à la Route du Rhum : la version double d’une grande course en solitaire. Soit vingt-trois mille milles autour du monde par les trois caps, sans escale et sans assistance, mais à deux. Ils sont huit duos à prendre le départ de la troisième édition de cette course réservée aux monocoques IMOCA qui s’élancera de Barcelone le 31 décembre à 13 heures précises. Présentation et revue de troupes.

Il y en a qui, le 31 décembre, font le bilan de l’année écoulée, d’autres qui dressent la liste des bonnes résolutions pour celle à venir. Et puis il y a ces seize marins-là, qui prennent la tangente. Aux douze coups de minuit, ils auront déjà disparu à l’horizon, pour ne revenir que dans trois mois.

 

> L’histoire
Parcours de l"édition 2014-15La Barcelona se dispute sur un parcours de tour du monde classique, avec une zone d'exclusion pour tenir les concurrents éloignés des glaces.Photo @ Barcelona World RaceLa Barcelona World Race, c’est un peu le Vendée Globe à la mode d’Espagne. Une course autour du monde sans escale, en monocoque IMOCA – mais en double. En deux éditions (2007-2008 et 2010-2011) cet événement créé par la FNOB (Fundacio Navegacio Oceànica Barcelona) a su s’imposer comme une épreuve majeure du circuit IMOCA.
Le 11 novembre 2007, ils étaient neuf bateaux – et dix-huit skippers, donc – à participer à la première édition. Parmi eux, Jean-Pierre Dick, Vincent Riou, Sébastien Josse, Jérémie Beyou, Roland Jourdain, Alex Thomson, Dominique Wavre et Michèle Paret. Au Moll de la Fusta, à Barcelone, quelque 500 000 visiteurs se pressaient pour venir admirer les machines et les marins, à l’aube du grand départ. Cette course offrait une superbe opportunité aux skippers de tester leur bateau sur un parcours similaire, avant la grande échéance du Vendée Globe l’année suivante.

Zone d"exclusionMarcel Van Triest, météorologue de la course, est responsable du tracé de la zone d'exclusion des glaces.Photo @ Barcelona World RaceLa belle victoire de Jean-Pierre Dick avec Damian Foxall, sur Paprec Virbac 2, a sans doute été un très bon ambassadeur pour l’édition suivante, où 14 bateaux ont pris le départ. Aux côtés de Jean Le Cam, Michel Desjoyeaux, François Gabart ou Kito de Pavant, figuraient de nombreux skippers espagnols (douze), épaulés par la FNOB, organisatrice de l’événement, et dont l’objectif est de promouvoir la course au large en Espagne. Jean-Pierre Dick était revenu pour défendre son titre, avec Loïck Peyron, et le duo s’est adjugé une deuxième victoire.

 

Une troisième édition cosmopolite
Si le nombre d’équipages est cette année redescendu à huit, le caractère cosmopolite de la course s’est affirmé. On compte huit nationalités différentes – trois duos 100% espagnols, un espagnol-anglais, un franco-suisse, un franco-allemand, un espagnol-chilien et un hongrois-néo-zélandais !

En cette période de transition entre deux générations de la jauge IMOCA, les bateaux représentés affichent une moyenne d’âge de sept ans – cinq sont de 2007, un de 2000, deux de 2010 et un de 2014. Le plus récent étant celui "home made" de Nandor Fa.

 

Départ de MéditerranéeL'originalité de la BWR tient dans son départ et son arrivée à Barcelone : la Méditerranée fait partie du parcours.Photo @ Gilles Martin-Raget Barcelona World Race

> Le parcours
Le parcours de la Barcelona World Race est un parcours "classique" de tour du monde par les trois caps, à ceci près que le départ est donné de la Méditerranée. Les 23 000 milles à parcourir se décomposent en une dizaine de points de passage clés :
Barcelone  – Gibraltar – Canaries – Equateur – Cap de Bonne Espérance – Océan Indien – Cap Leeuwin – Sud Tasmanie – Pacifique Sud – Cap Horn – Equateur – Gibraltar – Barcelone.

Deux grandes nouveautés cette année :
• Le passage obligatoire par le détroit de Cook, entre les îles de la Nouvelle-Zélande, a été supprimé. Les bateaux peuvent donc faire route directe entre le Cap de Bonne-Espérance et le Cap Horn.

• Les portes des glaces, trop contraignantes, ont été supprimées au profit d’une zone d’exclusion. Les marins ne sont donc plus tenus de respecter des points de passage obligatoires, mais doivent se tenir à l’extérieur d’un polygone constitué d’environ 70 points autour de l’Antarctique, qui délimitent la zone où les risques de rencontrer des glaces sont trop importants. Ces points, fixés par Marcel Van Triest, le météorologue de la course, étant susceptibles d’être déplacés en latitude, selon l’évolution des glaces. Le jeu est donc plus ouvert, dans les mers du Sud, que lors des éditions précédentes.

Escales : ce que dit le règlement
La Barcelona est, comme le Vendée Globe, une course autour du monde sans escale et sans assistance. Mais, contrairement à celui-ci, les escales techniques sont autorisées. Chaque équipage a droit à un maximum de trois arrêts techniques, pour exécuter des réparations, et peut bénéficier pendant ces arrêts d’une aide extérieure. Lorsqu’un arrêt technique est effectué, le bateau doit rester immobilisé pendant un minimum de 24 heures avant de repartir en course, et le total de ses arrêts ne doit pas excéder huit jours. Un retour à Barcelone après le départ n’est pas comptabilisé comme un arrêt, mais le bateau doit repartir dans un délai de huit jours.

 

Huit duosIls sont huit duos à s"aligner au départ de la 3e édition et la plus internationales des BWR.Photo @ Gilles Martin-Raget Barcelona World Race

> Les équipages

HUGO BOSS
Alex Thomson : 40 ans, Angleterre. Pepe Ribes : 43 ans, Espagne.

Le duo. Alex a déjà participé à trois Vendée Globe, terminant troisième de la dernière édition. Il a aussi bouclé la Barcelona World Race 2007-08 en deuxième place. Contraint de déclarer forfait juste avant le départ de la dernière édition, le britannique a une revanche à prendre. Il s’allie avec Pepe Ribes, l’un des skippers espagnols les plus expérimentés au large avec quatre Volvo Ocean Race à son actif. Après une première Barcelona World Race en 2010-2011 avec Alex Pella (où ils finissent 4e), puis le record New-York Barcelone Pepe commence à bien connaître les IMOCA.
Le bateau. Pendant qu’il se fait construire un nouvel IMOCA pour le Vendée Globe 2016, Alex a récupéré le bateau vainqueur de la dernière édition, l’ex-Virbac Paprec 3, qu’il a doté d’une nouvelle quille – on se souvient que Jean-Pierre Dick avait parcouru les 2 600 derniers milles du dernier Vendée Globe sans son appendice ! Malgré un démâtage au printemps dernier, ce bateau est le plus récent et, sur le papier, le plus  performant de la flotte. S’il ne connaît pas de nouvelle avarie, il a de bonnes chances d’être devant.
Mise à l’eau : 2010. Architectes : VPLP/Verdier. Constructeurs : Cookson Boats (NZ). Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,70 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 7,5 t. Surface de voiles près/portant : 300/590m2.

 

Le Cam et StammBernard Stamm et Jean Le Cam forment le seul équipage 100 % francophone, sur Cheminées Poujoulat. Sébastien Audigane embarque quant à lui sur Renault Captur.Photo @ Thierry Martinez Sea & CoCHEMINÉES POUJOULAT
Bernard Stamm : 51 ans, Suisse. Jean Le Cam : 55 ans, France.

Le duo. La perte de son bateau l’hiver dernier lors du convoyage retour de la Transat Jacques Vabre aurait pu lui coûter sa participation à la Barcelona, mais le plus breton des marins suisses a trouvé in extremis un IMOCA (voir plus bas) pour être au départ. Jean Le Cam, de son côté, n’avait pas de bateau mais une grosse envie de terminer cette course qui avait été écourtée lors de la dernière édition par un démâtage au large du Cap Vert. Les deux marins s’associent donc pour ce tour du monde et la somme de leurs expériences a de quoi impressionner leurs concurrents : ils cumulent à eux deux une dizaine de tours du monde en course.
Le bateau. Le malheur des uns fait le bonheur des autres… Le défection du sponsor de Jörg Riechers au printemps dernier a contraint le skipper allemand à se séparer de son bateau, l’ex-Foncia, vainqueur du Vendée Globe 2008/09, alors en plein chantier de modification. Bernard Stamm et Cheminées Poujoulat ont donc pu le louer pour la course. S’il n’ont pas eu beaucoup de temps pour préparer le bateau, Bernard et Jean héritent d’une belle machine, dont l’avant a été modifié pour accueillir une étrave plus volumineuse.
Mise à l’eau : 2007. Architecte : Farr Yacht Design. Constructeur : CDK Technologies. Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,90 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 8 t. Surface de voiles près/portant : 300/620m2.

> L’interview de Jean Le Cam est à lire ici.

> L’interview de Bernard Stamm est à lire ici.


RENAULT CAPTUR
Jörg Riechers : 46 ans, Allemagne. Sébastien Audigane : 46 ans, France.

Le duo. Inscrits à la Barcelona Race dès janvier 2013, Jörg Riechers et Sébastien Audigane ont bien failli ne pas être au départ. Après plus d’un an de préparation, le  skipper allemand a vu tout son projet s’effondrer au printemps dernier, avec la défection de son fidèle sponsor Mare. Ce breton d’adoption, qui a brillamment fait ses armes en mini puis en Class 40, avait fait appel à Sébastien, marin aguerri au large et connaisseur des IMOCA, pour l’accompagner dans son passage au 60 pieds – le Vendée Globe en ligne de mire. Le duo sera finalement sur la ligne, avec un bateau et un sponsor. Ouf !
Le bateau. Si la préparation et les modifications effectuées sur l’ex-Foncia  profiteront finalement à leurs camarades, Jörg et Seb ont néanmoins trouvé, avec le monocoque de Bertrand de Broc (VNAM, ex Brit’Air) un bateau sain, éprouvé et performant – il s’est classé 2e au Vendée Globe 2008/09 et 2e de la Route du Rhum 2010. S’il n’a pas bénéficié des dernières évolutions de la jauge, il est doté de toutes nouvelles voiles (Incidences) et son équipage assure n’avoir pas eu de mal à trouver les manettes...
Mise à l’eau : 2007. Architecte : Groupe Finot Conq. Constructeur : Multiplast. Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,85 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 8,8 t. Surface de voiles près/portant : NC.

 

GAES CENTROS AUDITIVOS
Anna Corbella, 38 ans, Espagne. Gerard Marìn, 32 ans, Espagne.

Le duo. Ces deux marins espagnols issus de la filière Mini étaient déjà présents à la dernière édition, chacun avec un autre co-skipper. Anna, 13e de la Transat 6.50 de 2009, a été la première femme espagnole à naviguer autour du monde sans escale, aux côtés de Dee Caffari lors de la Barcelona World Race 2010/11 qu’elles ont bouclée en 102 jours et à la sixième place. Gérard, lui, était en double avec Ludovic Aglaor, et terminait en huitième position. Ce duo s’est formé dès la fin 2012, et n’a cessé de s’entraîner depuis, en Figaro puis sur ce monocoque.
Le bateau. GAES Centros Auditivos est l’ancien Gitana Eighty de Loïck Peyron, le Synerciel avec lequel Jean Le Cam a bouclé le Vendée Globe 2012/13 en cinquième position et que Pachi Rivero et Tono Piris avaient mené troisième à la BWR 2010/11 sous les couleurs de Renault ZE.
Mise à l’eau : 2007. Architecte : Farr Yacht Design. Constructeur : Southern Ocean Marine (NZ). Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,80 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 8,8 t. Surface de voiles près/portant : 320/600m2.

 

NEUTROGENA
Guillermo Altadill, 52 ans, Espagne. José Muñoz, 42 ans, Chili.
Le duo. Guillermo est un grand nom de la voile en Espagne : c’est le marin ibère le plus titré et celui qui affiche le plus grand nombre de milles parcourus (environ 400 000). Cette Barcelona Race, la deuxième pour lui (il avait dû abandonner au Cap lors de l’édition 2007/08), sera son dixième tour du monde. Il partage la barre avec un skipper Chilien, José Muñoz, qui a déjà traversé trois fois l’Atlantique et réalisé un tour du monde en course et en double (mais avec escales) en Class 40.
Le bateau. Ce plan Farr a déjà eu une longue carrière : il a couru la Barcelona Race avec Guillermo Altadill (Estrella Damm), puis le Vendée Globe 2008/09 avec Sébastien Josse (BT), a remporté la Route du Rhum 2010 avec Roland Jourdain (Veolia Environnement) avant de s’appeler Hugo Boss et de terminer 2e à la Transat Jacques Vabre, avec Alex Thomson… et Guillermo Altadill.
Mise à l’eau : 2007. Architecte : Farr Yacht Design. Constructeur : Offshore Challenges Sailing Team (GB). Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,85 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 8 t. Surface de voiles près/portant : 300/561m2

 

SPIRIT OF HUNGARY
Nandor Fa, 61 ans, Hongrie. Conrad Colman, 31 ans, Nouvelle-Zélande.

Le duo. Nandor est en quelque sorte un revenant : on avait ce marin hongrois au départ des Vendée Globe 1992 et 1996, à bord de voiliers qu’il avait conçus et construits lui-même, puis il s’était éclipsé. Dix-sept ans plus tard, le voici de nouveau au départ d’une grande course au large, toujours aux commandes d’un voilier de sa conception. Aux côtés du doyen de la course, on trouve un jeune marin venu de Nouvelle-Zélande (mais installé en Bretagne). Conrad, gréeur et voilier, a déjà une Route du Rhum à son actif (28e en 2010 en Class 40) et a remporté la Global Ocean Race 2011, course autour du monde en Class 40.
Le bateau. C’est le plus récent de la flotte – il a été mis à l’eau au printemps dernier – et c’est un oiseau rare, puisqu’il a été dessiné et construit par son skipper. Ce 60 pieds IMOCA est le quatrième bateau conçu par Nandor Fa, mais il n’aura que très peu navigué au moment du départ et cette Barcelona World Race sera le premier grand test du bateau.
Mise à l’eau : 2014. Architecte : Nandor Fa et Attila Déry. Constructeur : Pauger Carbon et Fa Hajó. Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,65 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 8,8 t. Surface de voiles près/portant : 297/600m2.

 

ONE PLANET ONE OCEAN & PHARMATON
Aleix Gelabert, 37 ans, Espagne. Didac Costa, 34 ans, Espagne.

Le duo. Pas de véritable objectif sportif pour ce duo de marins espagnols qui espèrent avant tout boucler ce tour et réaliser un grand rêve. Aleix, architecte de métier, a fait partie de l’équipe technique du GAES d’Anna Corbella et Dee Caffari avant de courir sa première Transat 650 en 2011. Didac est pompier de métier et a couru la même transat sur un Mini de série. Ils servent d’ambassadeurs à un projet de sensibilisation à l’environnement mené par la FNOB avec l’UNESCO et la Société d’Océanographie.
Le bateau. Ce monocoque est une vieille et noble dame : l’ancien Kingfisher d’Ellen Mac Arthur, deuxième au Vendée Globe 2001/01 et vainqueur de la Route du Rhum 2002. Le plan Owen-Clarke de 2000 a également deux Barcelona World Race dans les pattes. Un bateau fiable et éprouvé, c’est certain. Mais nettement mois performant, aujourd’hui, que ses petits copains…
Mise à l’eau : 2000. Architecte : Owen Clarke Design. Constructeur : Marten Yachts (NZ). Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,30 m. TE : 4,50 m. Déplacement : 8,9 t. Surface de voiles près/portant : 240/470m2.

 

WE ARE WATER
Bruno Garcia, 47 ans, Espagne. Willy Garcia, 42 ans, Espagne.

Le duo. Bruno était au départ de la dernière édition, aux côtés de Jean Le Cam sur Président, mais n’avait pas pu terminer la course, le bateau ayant démâté au large du Cap Vert. Ce cardiologue de métier repart cette fois avec son frère Willy, bijoutier, pour tenter de boucler ce tour du monde sans escale. Bien qu’amateurs, tous deux ont une belle expérience de la course au large et du solitaire, notamment en Mini, et ont déjà couru ensemble une transat AG2R (en 1994).
Le bateau. We are Water n’est autre que l’ex-Virbac Paprec 2, vainqueur de la première Barcelona World Race aux mains de Jean-Pierre Dick et Damian Foxall, et qui a été mené en 2010/11 par Alex Pella et Pepe Ribes sous les couleurs d’Estrella Damm. Une valeur sûre.
Mise à l’eau : 2007. Architecte : Bruce Farr Yacht Design. Constructeur : Southern Ocean Marine (NZ). Longueur : 18,28 m. Largeur : 5,85m. TE : 4,50 m. Déplacement : 9,2 t. Surface de voiles près/portant : 300/570m2.

 

………..
Les classements des éditions précédentes
Barcelona World Race 2007/08
1.  Paprec Virbac 2. Jean-Pierre Dick (FRA) et Damian Foxall (IRL). 92 jours, 09 h, 49 mn, 49 s.
2.  Hugo Boss. Alex Thomson (GBR) et Andrew Cape (AUS). 94 jours, 17 h, 34 mn, 57 s.
3.  Temenos II. Dominique Wavre (SUI) et Michèle Paret (FRA). 98 jours, 06 h, 09 mn, 10 s.
4.  Mutua Madrileña. Javier Sansó (ESP) et Pachi Rivero (ESP). 99 jours, 12 heures, 18 minutes, 40 secondes.
5.  Educación Sin Fronteras. Albert Bargués (ESP) et Servane Escoffier (FRA). 108 j, 18 h, 55 mn, 02 s.

Abandon : Estrella Damm. Guillermo Altadill (ESP) et Jonathan McKee (EEUU)
Abandon : PRBVincent Riou (FRA) et Sébastien Josse (FRA)
Abandon : Delta Dore. Jérémie Beyou (FRA) et Sidney Gavignet (FRA)
Abandon : Veolia Environnement. Roland Jourdain (FRA) et Jean-Luc Nélias (FRA)

Barcelona World Race 2010/11
1. Virbac-Paprec 3. Jean-Pierre Dick (FRA) et Loïck Peyron (FRA). 93 j, 22 h, 20 mn, 36 s.
2. MAPFRE. Iker Martínez (ESP) et Xabier Fernández (ESP). 94 j, 21 h, 17 mn, 35 s.
3. Renault Z.E. Pachi Rivero (ESP) et Antonio Piris (ESP). 97 j, 18 h, 47 mn, 36 s.
4. Estrella Damm. Alex Pella (ESP) et Pepe Ribes (ESP). 98 j, 20 h, 45 mn.
5. Neutrogena. Boris Herrmann (GER) et Ryan Breymaier (USA). 100 j, 03 h, 13 mn.
6. GAES Centros Auditivos. Dee Caffari (GBR) et Anna Corbella (ESP). 102 j, 19 h, 17 mn.
7. Hugo Boss. Vouter Werbraak (NED) et Andy Meiklejohn (NZL). 111 j, 10 h, 49 mn.
8. Fòrum Marítim Català. Gerard Marín (ESP) et Ludovic Aglaor (FRA). 112 j, 07 h, 17 mn. 
9. We Are Water. Jaume Mumbrú (ESP) et Cali Sanmartí (ESP). 132 j, 04 h, 58 mn.

Abandon : Président – Jean Le Cam (FRA) et Bruno García (ESP).
Abandon : Foncia – Michel Desjoyeaux (FRA) et François Gabart (FRA)
Abandon : Groupe Bel – Kito de Pavant (FRA) et Sébastien Audigane (FRA)
Abandon : Mirabaud – Dominique Wavre (SUI) et Michèle Paret (FRA).
Abandon : Central Lechera Asturiana – Juan Merediz (ESP) et Fran Palacio (ESP).