Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Photo à la Hune

vendée globe

Didac is back !

  • Publié le : 10/11/2016 - 16:12
didac costa retour en course

Seul concurrent du Vendée Globe à être revenu aux Sables sur avarie, Didac Costa a réintégré ce jeudi à 12h40 la flotte du Vendée Globe. Ils sont donc de nouveau 29 en mer. C’est la première fois depuis 1989 qu’aucun abandon n’est à déplorer après quatre jours de course. One Planet One Ocean, le plan Owen Clarke du pompier catalan, avait subi d’importants dommages électriques suite à une inondation de son compartiment moteur. Il fallait notamment trouver une solution de production d’énergie pour remplacer la génératrice, ce qui a été fait via la mise en place de deux alternateurs. C’était la solution la plus simple, même si elle implique de faire la charge avec le moteur plus régulièrement et donc d’embarquer plus de carburant que prévu. Peu importe : “je n’ai pas d’autre objectif que terminer ce tour du monde” a assuré Didac avant de larguer les amarres, sans oublier de remercier chaleureusement les équipes techniques des autres concurrents et ses collègues pompiers des Sables-d’Olonne, lesquels se sont mis en quatre pour faciliter la réparation de One Planet One Ocean. Didac Costa est reparti avec plus de 1100 milles de retard sur la tête de la flotte, à un peu moins de 800 milles de Sébastien Destremau. Il va évoluer dans un premier temps porté par un flux de Nord-Ouest, mais risque de se retrouver face à des vents contraires dès la fin de sa traversée du golfe de Gascogne.