Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

L'analyse de Dominic Vittet

Fin du match ?

La réussite est totale pour Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) large leader du Vendée Globe. Alors qu’il devait butter dans un centre dépressionnaire sans vent le long de la Patagonie, la masse d’air s’est décalée vers le Nord-Ouest, lui ouvrant la porte du Horn et infligeant du même coup des vents contraires et catastrophiques à Alex Thomson qui compte désormais plus de 740 milles de retard… Et il a franchi le Horn hier après 47 jours et 32 minutes de course depuis le départ, fort d’une avance considérable sur la performance de François Gabart voilà quatre ans : 5 jours, 5 heures et 38 minutes.
  • Publié le : 24/12/2016 - 07:05

Que s’est-il passé jeudi 22 et vendredi 23 décembre ?

Vendredi 23 décembrePour Armel Le Cléach (triangle bleu), des vents d’Ouest favorables. Pour Alex Thomson (triangle noir) des vents Sud Est contraires… Pourra-t-il revenir sur le leader ?Photo @ Dominic Vittet

Le centre dépressionnaire D1 qui devait se prélasser le long de la Patagonie pour la fin de semaine et ralentir sérieusement le leader s’est finalement décalé vers le Nord-Ouest.
Cette volte-face de D1 lui a d’abord ouvert la porte le long du relief chilien où il a pu trouver des vents favorables encore inespérés il y a trois jours. Il a ensuite bénéficié de l’activité de DA, énorme dépression atlantique qui, par son développement dans l’Est, a généré des vents d’Ouest jusque dans le Pacifique, l’aidant à franchir le Horn dans des conditions rapides.

A contrario, la situation est devenue scabreuse pour Alex Thomson et son Hugo Boss. Une ligne de scission (trait noir) s’est créée entre les deux systèmes météo. Dans l’Est, les masses d’air aspirées par DA. Dans l’Ouest, des vents de Sud Est activés par D1 obligeant le pauvre Alex à lutter contre des vents forts pour atteindre le Cap mythique.
Le coup est rude pour le Gallois qui ne bénéficie, décidément, d’aucune mansuétude de la part d’Eole…
Jour après jour, le Finistérien assomme la course par son talent, sa vitesse et sa capacité à saisir les chances qui s’offrent à lui. Avec 740 milles d’avance sur son adversaire, l’affaire est-elle pliée ?

Jusqu’à mardi 27 décembre

Dimanche 25 décembreLe trio StMichel-Virbac, Quéguiner Leucémie Espoir et Finistère Mer Vent (rond orange) vient de se faire doubler par D6. Maître CoQ triangle rouge, fonce vers le Cap Horn dans des vents de Nord-Nord-Ouest en avant de D6. Hugo Boss (triangle noir) devrait passer le Horn dans des vents de Sud-Ouest tandis que Banque Populaire profite du passage de la dépression DA2 et des vents de Sud pour laisser les Malouines sur sa droite et filer vers l’équateur.Photo @ Dominic Vittet

Au Nord de l’île des États, le long de l’Argentine, Banque Populaire aborde une zone piégeuse, coupée des vents du Pacifique par la Cordillère des Andes où bon nombre de marins ont perdu espoir de conserver leur avance si chèrement acquise dans le grand Sud.
Mais Armel a toujours la baraka. Son passage devrait coïncider avec la naissance d’une petite dépression DA2 et ses vents de Sud tournant Nord-Ouest qui l’aideraient à se propulser jusqu’à la latitude de Buenos Aires vers le 29 décembre. C’est là qu’il lui faudra choisir la meilleure façon d’attraper l’alizé de Nord Est en vue de la traversée de l’équateur. L’exercice n’est jamais simple et procure souvent quelques sueurs froides à ceux qui s’y essayent. Mais avec son avance insolente, Armel a de quoi cramer deux ou trois jokers…

Alex Thomson, qui aura mangé son pain noir ces dernières 48 heures, retrouve enfin des vents de Sud tournant au Sud-Ouest jusqu’au cap Horn. Sur son « bon côté » par rapport à son unique foil restant soit tribord amure, Hugo Boss devrait allonger la foulée et enrouler le Horn le 25 décembre vers minuit avec une journée et demi de retard sur Armel.
Plutôt bien loti lui aussi pour remonter vers le Brésil, il pourrait se voir offrir une opportunité d’attaque avec un schéma stratégique probablement bien différent de celui de son prédécesseur pour aborder l’équateur. Mais le Gallois aura-t-il toujours le cœur à tenter un coup et prendre le risque de voir revenir Jérémie Beyou ?

Car après une période de calme, Maître CoQ accélère avec l’arrivée de la dépression D6. Dans un magnifique tout droit, il devrait profiter largement des vents de Nord-Ouest pour foncer vers le Horn. Il finira par se faire doubler par D6 dans la nuit de dimanche à lundi et se retrouver dans un flux d’Ouest – Sud-Ouest puissant pour atterrir sur les côtes chiliennes. Les routages voient passer Jérémie au cap Horn lundi vers minuit avec trois jours et demi de retard sur son copain Armel.

StMichel VirbacJean-Pierre Dick, malgré ses problèmes de début de course et son détour par le détroit de Bass (ici en photo lors de son passage entre Australie et Tasmanie), pointe son nez à la 4e place. Pourra-t-il revenir sur Jérémie Beyou qui n’est plus qu’à 600 milles devant son étrave ?Photo @ Rob Burnett/StMichel-Virbac/Vendée Globe

Son avance devrait être confortable sur le trio Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), Yann Elies (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) qui vont se battre sans compter pour savoir qui fera, ou ne fera pas, du top 5 ? Il y aura un perdant…

Armel au HornArmel Le Cléac"h a doublé le Horn hier dans des conditions idéales pour ces parages habituellement tempétueux. Photo @ Armel Le Cléac’h/BPCE(Cette nouvelle analyse matinale est signée Dominic Vittet. Durant tout le Vendée Globe, l’ancien vainqueur de la Solitaire du Figaro, champion de France solitaire ou champion du monde Class40 – entre autres – devenu analyste météo et routeur, nous livre son analyse de l’évolution de la course.)


Classement samedi 24 décembre à 5 heures

1.       Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII),  à 6 870 milles de l'arrivée
2.       Alex Thomson (Hugo Boss), à 743 milles du premier

3.       Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 1 508 milles       
4.       Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), à 2 114 milles
5.       Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), à 2 214 milles

Classements et positions live ici : cartographie du Vendée Globe.