Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

IMOCA - Interview de son nouveau président

Jean Kerhoas : «Il faut renforcer le calendrier IMOCA»

  • Publié le : 03/06/2014 - 00:01

Jean KerhoasVice-président de la Fédération Française de Voile, ancien dirigeant de la Ligue Bretagne, animateur de Nautisme en Finistère, initiateur du Pole de Port-La-Forêt, Jean Kerhoas connaît bien les arcanes des institutions voile.Photo @ Dominic Bourgeois

Nouveau président de l'IMOCA en remplacement de Luc Talbourdet, aux commandes depuis huit ans, Jean Kerhoas, par son cursus fédéral – vice-président de la FFVoile, animateur de Nautisme en Finistère, initiateur du Pôle de Port-La-Forêt –, devrait pouvoir proposer une vision plus détachée des querelles philosophiques qui ont marqué la Classe avec la transformation radicale de la jauge.
Désormais précisées et adoptées, les nouvelles règles ont boosté la construction de nouveaux prototypes puisque cinq équipes ont déjà annoncé leur engagement. Interview.


voilesetvoiliers.com : Luc Talbourdet était aux commandes de l'IMOCA depuis huit ans. Comment êtes-vous devenu président de cette Classe ?
Jean Kerhoas
: Si Luc Talbourdet a effectué deux mandats de quatre ans, je ne me suis pas réveillé un matin en me disant que j’allais être président de l’IMOCA, classe qui regroupe les meilleurs skippers du monde en solitaire ! Non, ça s’est fait en douceur : je travaille dans le nautisme depuis des dizaines d’années, je pratique et je suis passionné par la voile depuis ma tendre jeunesse. Simplement, les coureurs m’ont sollicité parce que Luc ne souhaitait pas se représenter.

v&v.com : Des coureurs que vous connaissez bien, et depuis longtemps…
J.K.
: Je ne les connais pas tous, mais j'ai côtoyé beaucoup de Français puisque j’ai été – avec d’autres membres – à l’origine du Pole France de Port-La-Forêt : j’ai eu l’occasion de rencontrer Michel (Desjoyeaux), Jean (Le Cam), Roland (Jourdain), Marc (Guillemot), Jean-Luc (Nélias)… Et, comme par hasard, on en retrouve beaucoup au Conseil d’administration de la classe IMOCA ! Et les plus jeunes, comme Armel (Le Cléac’h), sont souvent de purs produits de la filière que nous avons développée au fil des ans dans cette région Bretagne. Ils ont donc pensé à moi…

v&v.com : Mais comment s’est déroulée cette passation ?
J.K. :
J’ai d’abord été très honoré d’être ainsi coopté – encore fallait-il être élu ! Et puis dans mon statut de «jeune retraité», j’avais pas mal d’engagements associatifs : je suis vice-président de la FFV, président de Nautisme en Bretagne… J’avais donc un emploi du temps chargé et il fallait avant tout m’organiser pour être réellement impliqué dans ce poste de responsabilité.

v&v.com : N’y avait-il pas d’autres candidats à la présidence ?
J.K. :
Pas que je sache… Je suis d’abord devenu membre de l’IMOCA, puis lors de l’Assemblée générale, j’ai présenté ma candidature au Bureau, qui m’a élu. De mémoire, j’ai dû avoir 68 voix sur 73, probablement parce que certains, en particulier les étrangers, ne me connaissaient pas…

Banque Populaire au débridé dans la briseAvec la nouvelle jauge votée en décembre dernier, la classe IMOCA a retrouvé un certain dynamisme, avec déjà cinq prots en construction : Safran, Banque Populaire, Gitana, Virbac/Saint-Michel et Hugo Boss.Photo @ Jean-Marie Liot (DPPI / Vendée Globe)

v&v.com : Pourquoi avoir choisi cette Classe ?
J.K. :
Parce que le dossier est tout à fait passionnant ! Pour qui s’intéresse à la voile, l’IMOCA est une Classe extraordinaire. Et parce qu’elle a besoin d’évoluer encore pour se développer au plan international : les enjeux sont importants, même si l’IMOCA s’est déjà élargie à l’étranger avec des Italiens, des Espagnols, des Britanniques, un Hongrois, des Suisses... Un Chinois postule pour le prochain Vendée Globe, peut-être des Américains : c’est le sens du développement de la Classe.

v&v.com : Quelles seront vos priorités ?
J.K. :
Renforcer le calendrier des courses, lui donner plus de cohérence pour éviter les épreuves qui se chevauchent comme l'hiver prochain, avec la Route du Rhum et la Barcelona World Race… Je ne dis pas que cela sera simple à résoudre, mais il faut s’y atteler. Il y a évidemment la mise en place de la nouvelle jauge avec les conséquences techniques que cela implique. Et il faut aus
si bien sûr dynamiser le contrat engagé avec OSM (Open Sports Management) pour la promotion et la commercialisation de la Classe.

v&v.com : Comment se sont passés vos débuts ? Y a-t-il  toujours des «courants» au sein du Conseil d’administration ?
J.K. :
Je fais partie d’un Conseil d’administration où il y a beaucoup de compétences et de caractères autour de la table ! N'étant pas aussi pointu que ses membres, je dois d’abord écouter et intégrer. Il y a des débats internes, c'est vrai, mais nous pouvons facilement atteindre une synthèse positive car sur les objectifs globaux, il y a un consensus. C’est sur la mise en œuvre qu’il faut travailler, mais j’ai l’habitude des échanges de points de vue divergents.

v&v.com : Votre arrivée est aussi liée à un changement radical puisque d’une classe Open, on est passé à une jauge à restrictions…
J.K. :
Il y avait déjà des contraintes, mais c’est exact que sur les mâts et les quilles, la jauge est désormais bloquée. Il faut maintenant ajuster en fonction des réalités l’application de ces nouvelles règles, en relation avec les architectes et les chefs de projet.

Groupe Bel au débridé dans la brise tribord amureRacheté par un groupement, Groupe Bel porte les couleurs d’Imagine avec Armel Tripon aux commandes pour un programme axé sur le Vendée Globe 2016.Photo @ Jean-Marie Liot (DPPI / Vendée Globe)

v&v.com : Il semble en tout cas que ces décisions aient quelque peu reboosté la classe…
J.K. :
Oui, ces mesures ont déjà abouti à la construction de cinq nouveaux bateaux – c'est une satisfaction – sans oublier le nouveau proto de Nandor Fa qui sera au départ de la Barcelona. Pour la course phare de l’IMOCA, le Vendée Globe, les perspectives indiquent que 27 skippers se sont portés candidats ! Entre nouveaux protos et bateaux anciens remis au goût du jour, nous avons donc déjà l’assurance que le plateau sera superbe – et a priori plus étoffé qu’en 2012.

v&v.com : Au final, la Classe est pratiquement arrivée de la monotypie puisque l'immense majorité des skippers choisissent des plans VPLP-Verdier…
J.K. :
Oui, et c’est un peu une surprise parce qu’il y a d’autres concepteurs… Cela dit, pour ces architectes, il y a déjà trois moules pour cinq bateaux !

v&v.com : Le calendrier de cette saison 2014 est mince avec une participation minimaliste pour la Transat qui s'élance le 1er juin et la Barcelona à la fin de l'année…
J.K. :
Pour la Transat New York-Barcelone, ce n’est en effet pas énorme avec cinq bateaux au départ… Renforcer le calendrier, c’est tout l’intérêt du partenariat que l’IMOCA a signé avec OSM ! Il est vrai que pour la Barcelona World Race, on n’attend qu’une petite dizaine de duos et une huitaine de solitaires pour la Route du Rhum (Macif, PRB, Safran, Maître CoQ, Initiatives Cœur, Bureau Vallée, Imagine, Team Plastique…).

Rencontre fortuiteLa Barcelona World Race, qui avait consacré Jean-Pierre Dick et Damian Foxall lors de la deuxième édition en 2010, apparaît moins attractive pour cette fin d’année avec seulement une petite dizaine de duos au départ le 31 décembre prochain…Photo @ François Gabart (Macif)

v&v.com : Et pour les années qui viennent, 2015, 2016 ?
J.K. :
En 2015, il y aura la Transat Jacques Vabre et la BtoB, transat en solitaire qui sert de qualification pour le Vendée Globe. Puis The Transat et le Vendée Globe en 2016. Ce calendrier n’est pas entièrement satisfaisant, mais nous y travaillons.

v&v.com : Tous les formats ont été essayé, des petits parcours côtiers au Tour de l’Europe, mais à chaque fois, la participation des coureurs a fait défaut…
J.K. :
Le rôle de l’IMOCA n’est pas de contraindre, mais d’inciter ! Certains partenaires ne sont pas intéressés par certaines courses. Il faut composer et avancer, trouver des moyens financiers et des organisateurs…

Votre nom autour du mondeLe prochain Vendée Globe s’annonce très prometteur avec déjà plus de 20 prétendants affichés et une belle dynamique, conséquence d’une jauge ouverte aussi aux anciens protos.Photo @ Vincent Curutchet/Dppi Vendée Globe
 

En complément

  1. statue de sel 31/05/2014 - 00:01 IMOCA - Transat New York-Barcelone Statue de sel Qui a dit qu’une transat n’était qu’une promenade de santé pour des 60 pieds IMOCA ? Les cinq concurrents de la Transat en double New York-Barcelone (Hugo Boss, Spirit of Hungary, Neutrogena, Safran et Gaes Centros Auditivos), ont connu des fortunes diverses pour rallier l’Amérique en convoyage.
  2. dick repart pour un quatrième tour  03/04/2014 - 00:01 Vendée Globe 2016-2017 - IMOCA Dick repart pour un quatrième tour ! «J’espère que ce Vendée Globe sera celui de la vague parfaite !» Il sait de quoi il parle, Jean-Pierre, lui qui a déjà participé à trois éditions – 6e en 2004, abandon en 2008, 4e en 2012, après avoir parcouru 2 640 milles sans quille ! «JP» présentera avec un nouveau proto, signé Verdier-VPLP.
  3. imagine all the people... 08/03/2014 - 00:01 Vendée Globe 2016 - IMOCA - Armel Tripon Imagine all the people… Il sera tout seul à bord, mais ils seront 100 avec lui. Armel Tripon (38 ans, vainqueur de la Mini 2003, huit saisons en Figaro) va prendre le départ du prochain Vendée Globe à la barre de l’ex-Groupe Bel, plan VPLP-Verdier 2007 lancé pour Kito de Pavant, racheté en janvier par la société Imagine.
  4. macif sous gennaker tribord amure 16/12/2013 - 00:01 Interview Marc Guillemot La nouvelle jauge IMOCA en ballottage ? Suite aux déclarations pour voilesetvoiliers.com de Vincent Riou, vainqueur de la Transat Jacques Vabre et responsable du Technical Committee de l’IMOCA, il semblait nécessaire de faire le point sur les décisions fondamentales qui doivent être prises lors d’une nouvelle Assemblée Générale, le 17 décembre. Questions de jauge, mais surtout d’avenir de la classe, puisque ces décisions vont impacter sur la construction ou non de nouveaux prototypes… Marc Guillemot, nouvel élu du Comité d’Administration en avril 2013, a bien voulu nous éclairer sur certains points.
  5. prb à itajai 11/12/2013 - 22:28 Transat Jacques Vabre et IMOCA Vincent Riou : «Une jauge à restriction pour une flotte homogène» Avec Jean Le Cam, Vincent Riou a remporté la 11e Transat Jacques Vabre. Le skipper de PRB est aussi responsable de la Commission technique de l’IMOCA qui va entériner la nouvelle jauge. Explications…