Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

L'analyse de Dominic Vittet

La bande des trois arrive

Après un combat acharné depuis le cap Horn, Jean-Pierre Dick, Yann Eliès et Jean Le Cam sont attendus aujourd’hui aux Sables, dans le calme du golfe de Gascogne et de la lumière vendéenne. Après avoir accroché le flux de Sud généré par l’énorme système dépressionnaire qui a envahi tout l’Atlantique Nord, ces trois rescapés du groupe des favoris encore en course se heurtent pour finir à l’anticyclone hivernal et infernal qui continue de faire de la résistance sur l’Europe. Malgré des vents plus faibles, ils devraient franchir la ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne ce mercredi entre 13 heures et 19 heures.
  • Publié le : 25/01/2017 - 07:04

StMichel-VirbacJean-Pierre Dick a su préserver sa quatrième place malgré la menace constante de Yann Eliès et de Jean Le Cam depuis le cap Horn. Ce classement va récompenser toute son équipe qui a dû trimer dur après la gestation compliquée de son StMichel-Virbac. Photo @ Jean-Marie Liot/DPPI/Vendée Globe

En investissant quelques dizaines de milles vers le Nord, à la perpendiculaire de la route, dans la journée du samedi 21 janvier, Jean-Pierre Dick avait alors momentanément perdu sa 4e place. Mais il a surtout profité beaucoup plus tôt et plus fort des vents de Sud générés par l’avancée de l’énorme masse dépressionnaire qui couvre presque tout l’Atlantique Nord.
Aidé par ses foils - un avantage que n’ont pas ses deux voisins - et profitant de vents constamment plus soutenus, il a déroulé de très belles journées depuis le week-end dernier et distancé logiquement les deux renards qui guettaient la moindre erreur.
Même si le vent mollit à l’approche du but et que l’écart se resserre considérablement, Jean-Pierre pourrait garder le contrôle du trio en virant le premier vers les Sables-d’Olonne.
Il ne lui restera que quelques milles à faire dans le vent d’Est léger, sous le soleil et sur une mer totalement plate pour finir le travail, sous la menace de Yann Eliès…

Mercredi 25 Le trio a distancé le système dépressionnaire. Les vents mollissent et tournent à l’Est–Sud-Est à l’approche de l’anticyclone qui prolonge son séjour sur l’Europe de l’Ouest.Photo @ Dominic Vittet

Suivant la même logique que StMichel-Virbac, Yann Eliès sur Quéguiner-Leucémie Espoir, décalé quelques dizaines de milles plus au Nord que Finistère Mer Vent depuis trois jours, a été mieux servi par les vents de Sud et a logiquement distancé son rival Jean Le Cam.
Mais grâce à son bateau léger et ses dérives droites plus performantes que des foils dans des vents contraires et faibles comme ceux qui soufflent ce matin sur les côtes vendéennes, Yann Eliès n’a pas encore dit son dernier mot ! Il pourrait encore chiper la 4e place à Jean-Pierre Dick en arrivant sur la ligne d’arrivée !

Décidément, Yann aura montré, en accrochant l’avant-dernier foiler encore en course (à 6 900 milles derrière navigue encore le Néerlandais Pieter Heerema sur No Way Back, plan Verdier-VPLP de dernière génération, ndlr), que sa monture n’était pas tout à fait à la mesure de son talent. Il n’a d’ailleurs pas caché à plusieurs reprises son envie de régater avec les meilleurs. Avis aux sponsors connaisseurs qui pourraient l’aider à se propulser en première division pour le Vendée Globe 2020 !

QuéguinerAprès sa grave blessure dans l’édition 2008-2009, Yann Eliès boucle son Vendée Globe dans le top cinq. Avec une nouvelle machine, il fera partie des favoris en 2020.Photo @ Alexis Courcoux/Queguiner

Enfin, Jean Le Cam, faute de s’être recalé trop tard vers le Nord samedi dernier, donc moins bien servi par les vents de Sud, a laissé échapper ses deux compagnons de jeu et se contentera probablement de la sixième place.
Chapeau bas quand même au Roi Jean qui, il y a encore quelques mois, ne disposait pas des moyens nécessaires pour prendre le départ. Contre vents et marées, il y a cru, il l’a fait, et bien fait.

Finistère Mer VentAprès un match au couteau avec Jean-Pierre Dick et Yann Eliès, Jean le Cam s’adjugera la sixième place. Respect pour ce marin qui, il y a encore quelques mois, ne pouvait pas prendre le départ.Photo @ Jean-Marie Liot/DPPI/Vendée Globe

En accrochant Yann Eliès et Jean-Pierre Dick depuis plus d’un mois, il a montré qu’il avait encore des choses à dire et à faire sur tous les océans du monde. Qu’en aurait-il été s’il avait, lui aussi, chevauché une machine à foils ?
Quoi qu’il en soit avec ce triple retour, ce soir, la fête sera grandiose aux Sables-d’Olonne.

(Cette nouvelle analyse matinale est signée Dominic Vittet. Durant tout le Vendée Globe, l’ancien vainqueur de la Solitaire du Figaro, champion de France solitaire ou champion du monde Class40 – entre autres – devenu analyste météo et routeur, nous livre son analyse de l’évolution de la course.)
 

Classement mercredi 25 janvier à 5 heures

1.       Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII), arrivée le 19 janvier à  16 h 37'46''.
Temps de course : 74 j 03 h 35'46''. Moy. : 13,80 nœuds (sur l'orthodromie de 24 499,5 milles) 
2.       Alex Thomson (Hugo Boss), arrivée le 20 janvier à 8 h 37'15''. Temps de course : 74 j 19 h 35'15''. 
Retard sur le premier : 15 h 59'29''. Moy. : 13,6 noeuds.

3.      Jérémie Beyou (Maître CoQarrivée le 23 janvier à 19 h 40'40''. Temps de course : 78 j 06 h 38'40''.
Retard sur le premier : 4 j 03 h 02'54''. 
Moy. : 13,0 noeuds.
4.       Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), à 73 milles de l'arrivée  
5.       Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), à 79 milles de l'arrivée  
6.       Jean Le Cam (Finistère-Mer Vent), à 92 milles de l'arrivée   
7.       Louis Burton (Bureau Vallée), à 2 359 milles de l'arrivée
8.       Nandor Fa (Spirit of Hungary), à 3 170 milles de l'arrivée
9.       Eric Bellion (commeunseulhomme), à 4 230 milles de l'arrivée
10.     Conrad Colman (Foresight Natural Energy), à 4 471 milles de l'arrivée

Classements et positions live ici : cartographie du Vendée Globe.

Carte mercredi 25Situation observée la nuit dernière à 0 heure. Le système dépressionnaire s'étend du Spitzberg jusqu'au Sud de l'Archipel des Açores, sur plus de 3 000 milles (près de 6 000 kilomètres) ! Le rond rouge indique la position du trio.Photo @ DR