Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

New York-Vendée

La règle des trois

Un trio, un quartet, un club des cinq et un pit-stop… Répartie sur 1 500 milles au milieu de l’Atlantique, la flotte s’est scindée en trois groupes qui n’ont absolument pas les mêmes conditions météorologiques : en tête, le trio est sorti de la dépression açorienne, au milieu un quatuor en subit la queue, en arrière une nouvelle perturbation… L’arrivée aux Sables-d’Olonne est prévue dans la nuit de mardi car les petits airs vont compresser les solitaires dans le golfe de Gascogne.
  • Publié le : 05/06/2016 - 06:34

JosseSébastien Josse a légèrement décroché cette nuit du leader Jérémie Beyou alors qu’Alex Thomson semble encore handicapé par sa virevolte açorienne…Photo @ Thierry Martinez Gitana Team

Difficile de croire que le Britannique qui avait fait le break en piquant vers le Nord-Est dès la sortie du Gulf Stream pour aller chercher la dépression açorienne soit sorti totalement indemne de sa virevolte nocturne d’il y a maintenant deux jours ! Hugo Boss est parti en vrac à la suite d'un décrochage du pilote en pleine nuit alors que la brise soufflait encore à 40 nœuds et que l’IMOCA à foils pointait à plus de 20 nœuds de moyenne. Le solitaire a indiqué qu’il avait tout remis en place après sept heures d’investigation pour régler un problème de dysfonctionnement du GPS…

Une sortie de route qui rappelle celle de Sébastien Josse lors de The Transat bakerly au large du cap Finisterre et qui avait entraîné son abandon après avoir explosé ses lattes de grand-voile. Force est de constater que les deux 60 pieds ont des foils et qu’ils étaient alors à pleine vitesse dans une mer mal organisée ! Mais il faudra attendre l’arrivée aux Sables-d’Olonne programmée pour la nuit de mardi à mercredi pour avoir plus d’explications sur les circonstances de cette mise au tapis.

Un trio qui s’étire

Car la trajectoire plus «nordiste» du Britannique n’explique pas tout : la perte des milles (150 en 36 heures) ne peut se résoudre à une seule mise au tapis. Or du temps consacré à remettre en ordre de marche Hugo Boss, le bateau semble avoir subi des dommages collatéraux suffisants pour ne plus être à 100 % de son potentiel. Et justement, côté performance, l’aisance de Maître CoQ, le seul «ancien» IMOCA équipé de foils conçus par une autre équipe que celle de VPLP-Verdier, indique que Jérémie Beyou possède un bateau extrêmement rapide à cette allure vent de travers qui caractérise cette sortie de dépression. Dans le vent de Sud 25 nœuds, tournant Sud-Ouest 20 nœuds en fin de nuit dernière, le triple vainqueur de La Solitaire du Figaro a incurvé sa route pour accélérer et se repositionner devant la trajectoire de son plus coriace concurrent, Sébastien Josse. A 700 milles de l’arrivée aux Sables-d’Olonne, le régatier n’oublie pas que la victoire se joue sur de petits placements, surtout lorsque le petit temps est en vue d’ici 24 heures !

Situation lundi 00hTUPas un pet d’air dans le golfe de Gascogne ce lundi à 00h00 TU : les leaders vont sortir de cette succession de fronts occlus pour buter sur une belle bulle anticyclonique !Photo @ MetOffice

Mais on peut aussi penser que Maître CoQ est plus véloce à certains angles selon les conditions de mer et de vent, et que la programmation de la route n’est pas tout à fait identique à celle de Edmond de Rothschild… Ou encore que l’atterrissage sur les côtes espagnoles semble plus efficace pour Jérémie Beyou en rasant la péninsule ibérique… Cette journée de dimanche devrait éclaircir les stratégies des trois leaders puisqu’ils vont s’extraire de la dépression pour entrer dans un marasme météorologique difficile à appréhender avec les routages du bord. Car l’air de rien, le Britannique est tout de même à plus de cent milles dans le Nord du duo ! Va-t-il y avoir une séparation de trafic pour le rush final ? Avec un Alex Thomson effectuant la cuillère par la Bretagne quand le Finistérien jouera la louche espagnole et le Niçois le tout droit ?

Une bonne journée de retard

Et plus de 350 milles derrière, encore à la longitude des Açores, un quatuor s’éparpille dans la queue de la dépression qui vit ses dernières heures en se comblant quasiment sur place. Paul Meilhat (SMA) peut être content de sa tactique quand il a décidé de repartir dans le Nord-Est pour passer entre Florès et Faïal, bien plus tôt que Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur) qui a prolongé son bord d’une soixantaine de milles en trop : les deux solitaires qui avaient croisé à quelques encablures l’un de l’autre (avec PRB d’ailleurs) sont désormais séparés d’une cinquantaine de milles avec avantage au jeune skipper qui va pouvoir empanner dans la journée en premier pour tirer tout droit vers la Vendée… A l’heure où les logiciels de routage semblent n’offrir qu’une alternative, il est heureux de voir qu’il y a encore un pilote dans l’avion qui peut interpréter à sa guise des prévisions météorologiques pas toujours en accord avec la réalité du terrain de jeu !

Météo lundi 12hTUD’ici 24 heures, la dépression açorienne va s’étioler au large de l’Irlande quand la nouvelle qui pousse les retardataires va prendre sa place et se renforcer sur l’archipel des Açores avant de s’échapper vers le Groenland en une grande courbe parabolique.Photo @ ZyGrib

Juste avant le coucher du soleil, Vincent Riou (PRB) faisait escale à Horta pour circonscrire sa voie d’eau due à la percussion d’un objet flottant au large de la zone des glaces. D’après le skipper, l’arrêt technique ne devrait durer qu’une douzaine d’heures : cela signifierait que le plus léger des IMOCA devrait partir avant midi ce dimanche… Et c’est finalement Kijiro Shiraishi (Spirit of Yukoh) qui réalise un parcours superbe avec une trajectoire plutôt fluide qui pourrait lui permettre d’inquiéter Tanguy de Lamotte ces prochaines heures. Le Japonais n’a pas hésité à replonger dans la dépression pour conserver une route haute afin de bénéficier des vents de Nord-Ouest du ciel de traîne. Il en a profité pour reléguer à plus de 120 milles Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) qui navigue dans le même flux mais avec une bonne dizaine de nœuds de vent en moins…

En dessous du volcan

Loin derrière, les retardataires glissent dorénavant dans un bon flux de Sud-Ouest qui va prendre du coffre au fil de son déplacement vers les Açores. A 1 300 milles des leaders, ils devraient combler une partie de leur delta car cette nouvelle dépression qui va repousser la précédente est assez véloce puisqu’elle sera sur l’archipel atlantique d’ici 24 heures. Mais à l'inverse de son prédécesseur, le phénomène va continuer sa circonvolution vers le Groenland, ce qui devrait laisser place à une faible brise portante entre les îles et la péninsule ibérique. Bref, la grande accélération du week-end va n’être qu’éphémère pour le club des cinq qui se retrouvera dans la même configuration que les leaders à l’approche du golfe de Gascogne : comment aborder les 300 derniers milles quand une bulle sans vent bloque l’accès aux Sables-d’Olonne ?

ElièsYann Eliès ne semble pas au maximum de son potentiel sur son IMOCA handicapé par la perte d’un appendice, mais sa priorité est d’arriver aux Sables-d’Olonne pour se qualifier en vue du Vendée Globe !Photo @ TJV

Classement à 7h30 (heure française)


1. Jérémie Beyou (FRA), Maître CoQ, à 728,3 milles de l'arrivée.
2. Sébastien Josse (FRA), Edmond de Rotshschild, à 16,8 milles du leader.
3. Alex Thomson (GBR), Hugo Boss,  à 64,9 milles.
4. Paul Meilhat (FRA), SMA, à 366,6 milles.
5. Tanguy de Lamotte (FRA), Initiatives Cœur, à 435,5 milles.

Cliquez ici pour les classements complets et la cartographie de la Transat NY Vendée