Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Transat Jacques Vabre l'analyse

Séparation de trafic

Les premières heures de course ont permis aux quarante-deux équipages de prendre progressivement leurs marques après un parcours côtier par Étretat peu dynamique : il a fallu patienter jusqu’à la pointe de Barfleur pour que le tempo prenne des tours ! Et à la sortie de la Manche, la flotte se séparait en deux grandes options : les multicoques dans leur ensemble rasaient Ouessant pour piquer sur l’Espagne directement, tandis que nombre de monocoques préféraient le milieu de Manche pour pointer vers la baston…
  • Publié le : 26/10/2015 - 07:15

60 IMOCA : un plateau de folie et trois générations !Edmond de Rothschild semble prendre la poudre d’escampette avec ses foils en se positionnant le plus au Nord de la flotte des IMOCA.Photo @ T. Martinez/Gitana SA

Ça n’a pas traîné ! La Manche a été avalée gloutonnement par les trimarans Ultime qui débordaient le plateau continental à peine quinze heures après le coup de canon… Thomas Coville et Jean-Luc Nélias ont réalisé un bon coup au passage de Ouessant en prenant l’extérieur du virage quand leurs deux poursuivants, Macif et Prince de Bretagne profitaient du courant de marée descendante dans le Fromveur alors que Actual était déjà décroché depuis la pointe du Cotentin. Même scénario pour les Multi 50 qui cherchent à pointer rapidement vers le cap Finisterre car il y a une ouverture pour ces voiliers rapides qui peuvent passer avant la rotation du vent à l’Ouest sur la péninsule ibérique.

Météo TJV lundi 10hLa situation de ce lundi à 10h montre que le vent de Sud monte progressivement en quittant la Manche avec l’arrivée du front sur la pointe bretonne.Photo @ Gribview

Les monocoques s’éclatent

Car la configuration météorologique est en effet très différente entre mardi soir et mercredi soir du côté espagnol : si les multicoques vont réussir à passer puis à glisser le long du Portugal avant que la brise ne s’étiole devant Lisbonne, ce ne sera plus le cas pour les monocoques IMOCA. C’est pour cette raison qu’ils pointent vers la dépression, afin de se positionner dans l’Ouest des Açores où un front orageux pourraient leur permettre d’éviter la molle entre Portugal et Madère en trouvant un trou de souris vers le 35° Ouest pour déborder le « haricot » anticyclonique qui se rétracte dès mardi soir…

Météo TJV-Mardi 10hMardi à 10h, la dépression atlantique n’aura pas beaucoup progressé vers le Sud-Est : les monocoques IMOCA vont devoir parcourir plus de 300 milles dans l’Ouest avant de toucher la bascule…Photo @ GribviewÀ l’exception de Hugo Boss, de Bastide-Otio, MACSF, Spirit of Hungary parmi les IMOCA qui ont choisi de suivre les multicoques en plongeant vers le Sud-Ouest, et de Bretagne-Crédit Mutuel Elite chez les Class 40, tous les autres monocoques optent pour une route vers l’Ouest, vers le centre de la dépression. De fait, les « foilers » tels Edmond de Rothschild, Safran ou Banque Populaire profitent pleinement de leurs appendices après une entame laborieuse dans le petit temps devant Étretat : ce lundi matin, à la sortie de la Manche avec plus de 25 nœuds de brise de Sud-Sud Est, ils étaient un nœud plus rapides que leur concurrents « classiques » comme PRB, SMA ou Groupe Quéguiner

Mais si la mer est actuellement encore maniable et organisée, il n’en sera pas de même dans 24h lorsque le centre de la dépression irlandaise aura été contournée et que le vent va brutalement basculer au secteur Nord-Ouest. Houle de Sud avec vagues de Nord ne font pas bon ménage et la journée de mardi s’annonce particulièrement chaotique au large de l’Irlande… Comment vont se comporter les foils dans cette situation, personne ne le sait encore vraiment !

Quant aux Class 40, leur vitesse de progression étant nettement inférieure (plutôt 14 nœuds que 20 nœuds pour les IMOCA), ils arriveront dans une configuration moins extrême avec le délitement de la dépression et une mer plus organisée. Le bilan pourra être donc tiré mercredi matin avec des écarts en longitude qui pourraient dépasser les 600 milles ! Une véritable séparation de trafic entre ceux qui longeront les côtes portugaises et ceux qui déborderont les Açores par l’Ouest…

Cliquez ici pour les classements complets et la cartographie de la Transat Jacques Vabre 2015

Météo TJV-Mercredi 10hMercredi à 10h, l’Atlantique est très perturbé avec de l’Ouest-Sud Ouest 25-30 nœuds sur le cap Finisterre, du Nord-Ouest 35-40 nœuds au Nord des Açores : certains IMOCA vont chercher à couper le fromage en traversant l’anticyclone en cours de dégradation…Photo @ Gribview