Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

CIRCUMNAVIGATIONS

Un week-end autour du monde

Vendée Globe, record autour du monde en solitaire, Trophée Jules Verne : les mises en orbite sur la planète mer sont plus nombreuses que jamais. Petit résumé des dernières journées et projections sur celles à venir avec un Coville flamboyant, un Joyon dans les temps, un Le Cléac’h impressionnant. Et malheureusement deux concurrents du Vendée Globe dans les tourments.
  • Publié le : 19/12/2016 - 09:59

Coville : 6 jours d’avance !

CovilleAprès avoir franchi l’équateur hier, Coville est passé ce matin sous la barre des 3 000 milles à parcourir d’ici Ouessant.Photo @ Thomas Coville/Sodebo

Hier, dimanche 18 décembre, Thomas Coville a passé l’équateur sur le chemin du retour de sa tentative de record de vitesse absolu autour du monde et en solitaire, après 41 jours et 14 heures de mer depuis son départ au large d’Ouessant le 6 novembre dernier. Il possédait alors 6 jours 11 heures et 23 minutes d’avance sur le temps référence de Francis Joyon. Entre le cap Horn et l’équateur, il a accru son avantage de 48 heures.
La performance du skipper de Sodebo Ultim’ est tout simplement phénoménale. «Ce basculement dans l’hémisphère Nord, cela signifie pour moi la fin de la remontée de l’Atlantique Sud qui a été dure et éprouvante, expliquait-il hier midi. Ce n’est pas le fait de rentrer vers la maison. Sur cet Atlantique Sud qui a été très changeant, je suis passé de l’hiver à l’été, de très peu de vent à beaucoup de vent. Jusqu’à 50 nœuds au large de l’Uruguay


Ce matin, à 7 heures, il était à 2 915 milles de l’arrivée.
«La remontée dans l’alizé va être virile et très difficile avec une houle de face. Plus tu avances et plus tu approches du but, plus tu oublies l’avance et plus tu es conscient de la fragilité liée à la météo et aux avaries intérieures et extérieures. Je me sens plus dans cet état d’esprit, avec cette pression d’être sur le qui-vive, plutôt que dans la projection de l’arrivée. Devant, il y a des vents de 45 nœuds avec une grosse dépression hivernale qu’il va falloir gérer. Jusqu’à l’arrivée, je serai dans la gestion de l’instant.»
Rappelons qu’il lui faut couper la ligne au large d’Ouessant avant le 3 janvier 2017 à 4 heures 22. S’il maintient cette cadence, il pourrait terminer pile entre Noël et le jour de l’An.

Idec Sport : glissades atlantiques

Partis vendredi à l’assaut du Trophée Jules Verne, Francis Joyon et ses cinq hommes d’équipage glissent en Atlantique Nord. Hier, après deux jours de mer, ils avaient déjà rejoint les Canaries, naviguant à une moyenne de 29 nœuds et des surfs à près de 40 ! «Nous sommes dans la phase agréable de ce tour du monde», explique Alex Pella. Ce matin, après 36 heures de mer, Idec Sport qui se trouve entre les Canaries et l’archipel du Cap-Vert, est dans les temps de Banque Populaire V. Le passage de l'équateur dans deux jours sera riche d’enseignements : Loïck Peyron et ses hommes, les détenteurs du Trophée Jules Verne, avaient mis 5 jours 16 heures pour y parvenir. Devant les étraves du trimaran de Joyon, encore 20 793 milles à couvrir. Pour battre le record de vitesse absolu autour du monde, il doit être de retour avant le 30 janvier 2017 à 23 heures.

IDEC SportFrancis Joyon et ses cinq hommes d’équipage sont lancés cette année dans leur deuxième tentative à l’assaut du Trophée Jules Verne.Photo @ IDEC Sport
Vendée Globe : deux nouveaux malheureux

Après le démâtage de Stéphane Le Diraison (Compagnie du Lit/Boulogne-Billancourt) samedi, ce fut au tour de Thomas Ruyant de voir son magnifique parcours s’effondrer. A 16 heures 45 hier, il percutait violemment un OFNI, générant de nombreux dégâts sur Le Souffle du Nord : voie d’eau dans la soute à voile, safran tribord cassé ainsi que quelques varangues et gros dégâts sur le pont du voilier. Le Nordiste mettait aussitôt le cap sur Bluff en Nouvelle-Zélande dont il est distant ce matin de quelques 250 milles. Il a passé une bonne partie de la dernière nuit à la cape et progresse à petite vitesse, en liaison constante avec la direction de course, elle-même en contact avec les autorités kiwis au cas où un sauvetage serait à effectuer. Le Diraison, lui, navigue vers Melbourne sous gréement de fortune à quelque 4 nœuds. Il est distant du grand port australien d’environ 800 milles.

Démâtage « Compagnie du Lit / Ville de Boulogne-Billancourt »Stéphane Le Diraison a démâté samedi soir dernier à bord du 60 pieds Compagnie du Lit/Ville de Boulogne-Billancourt. Photo @ Stéphane Le Diraison / « Compagnie du Lit / Ville de Boulogne-Billancourt / Vendée Globe En tête, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) continue son cavalier seul, fort de 500 milles d’avance sur Thomson (il en comptait 175 milles voilà une semaine). Et elle devrait s’accroître dans les heures et jours à venir puisqu’il navigue à 18 nœuds dans un vent de Sud-Ouest. Le leader pourrait virer le Horn dès vendredi matin. Hugo Boss, dans un tout autre système météo désormais, navigue bâbord amure, soit le bateau gîté sur le bord sans foil.
Comme l’écrivait Dominic Vittet samedi, il pourrait être prochainement dans le viseur de Paul Meilhat (SMA) et Jérémie Beyou (Maître CoQ). Quant à Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac
) le voilà désormais quatrième en lieu et place de Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir).

A 6 800 milles du premier, les trois derniers Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys), Costa (One Plane One Ocean) et Sébastien Destremau (TechnoFirst-FaceOcean) ont dû composer la nuit dernière avec une violente tempête et des vents montant jusqu’à 50 nœuds !

Le souffle du Nord pour le Projet ImagineA la suite d'une collision avec un OFNI survenue hier en fin d’après-midi, le navigateur et son monocoque Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine, engagé sur le Vendée Globe, sont actuellement en grave difficulté. Photo @ « Souffle du Nord pour Le Projet Imagine »
Classement lundi 19 décembre à 5 heures

1.       Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII),  à 8 716 milles de l'arrivée
2.       Alex Thomson (Hugo Boss), à 511 milles du premier
3.       
Paul Meilhat (SMA), à 1 303,2 milles
4.       Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 1 334,8 milles       
5.       Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), à 1 957,6 milles

Classements et positions live ici : cartographie du Vendée Globe.