Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-2013 / J+81

Vendée Blog : Alexandre le Grand

Le Britannique a franchi la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne ce mercredi matin à 8h 25’ 43’’ : Alex Thomson s’adjuge ainsi la troisième marche du podium en un peu plus de 80 jours 19 heures… Jean-Pierre Dick n’est plus qu’à une vingtaine de milles de Bayona alors que le peloton s’échelonne entre les deux tropiques.
  • Publié le : 30/01/2013 - 08:50

Classement du mercredi 30 janvier à 9 heures
1- François Gabart (Macif) en 78j 02h 16’ 40’’
2- Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) en 78j 5h 33’ 52’’ à 3h 17’ 12’’ du premier
3- Alex Thomson (Hugo Boss) en 80j 19h 23’ 43’’ à 2j 17h 07’ du premier


4- Jean Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) à 421,1 milles de l’arrivée
5- Jean Le Cam (SynerCiel) à 1 846,4 milles de l’arrivée
6- Mike Golding (Gamesa) à 1 901,2milles de l’arrivée
7- Dominique Wavre (Mirabaud) à 2 291,3 milles de l’arrivée

Alex Thomson sur le pontSuperbe troisième place pour le Britannique ! Et si Alex Thomson n’a pas pu descendre en dessous des 80 jours, c’est parce qu’il s’est détourné pour accompagner Jean-Pierre Dick au large des Açores. Le Gallois aura réalisé une très belle performance depuis le départ des Sables d’Olonne, titillant les leaders jusqu’en Australie avant de décrocher suite à des problèmes d’hydro générateur.Photo @ Christophe Launay Hugo Boss

Alexandre III. Alexandre 3e. Alexandre le Conquérant. Alexandre le Grand ! Le Gallois s’adjuge ce mercredi matin la troisième marche du podium en 80 jours 19 heures 23 minutes… Une performance qui place le Britannique parmi les meilleurs solitaires anglo-saxons, après Ellen MacArthur en 2000 (2e, en 94j 4h 25’) et Mike Golding en 2004 (3e, en 88j 15h 15’).

Après un superbe parcours de 28 003 milles à la vitesse de 14,4 nœuds de moyenne sur l’eau ! Un résultat dans la lignée du classement de ses prédécesseurs, représentants de Sa Majesté. Après Pete Goss en 1997 (5e), Ellen MacArthur (2e), Mike Golding (7e) et Joss Hall (9e) en 2001, Mike Golding (3e) et Conrad Humphreys (7e) en 2005, Sam Davies (4e), Brian Thompson (5e), Dee Caffari (6e) et Steve White (8e) en 2009…
 

La règle de trois

Alex Thomson (Hugo Boss) en est aussi à sa troisième participation au Vendée Globe après ses deux abandons en 2004 et 2008. Le Britannique a énormément navigué la saison dernière pour s’entraîner et prendre la mesure de son nouveau monocoque, un plan Bruce Farr de 2007 conçu les Espagnols (Estrella Damm) puis repris par Sébastien Josse (BT) et superbement construit en Angleterre. Le Gallois a ainsi explosé le record de la traversée de l’Atlantique en solitaire en juillet dernier : 8j 21h 08’ soit plus d’une journée de mieux que le précédent temps de référence.

Et sur ce Vendée Globe, Alex Thomson aura démontré une remarquable constante aux avant-postes malgré ses problèmes d’hydro générateurs qui lui ont coûté cher lors du passage de l’équateur et au Sud de l’Australie. Il a dû traverser tout le Pacifique en mode « économie » d’énergie avant de pouvoir résoudre ces soucis techniques.

Accroché dès Madère aux basques des leaders, il a toujours été pressant, revenant sur Jean-Pierre Dick dans l’Atlantique Sud grâce à une excellente option à terre le long du Brésil. Puis accompagnant le Niçois qui avait perdu sa quille jusqu’aux Açores, perdant ainsi la possibilité de descendre en dessous des 80 jours pour réaliser son tour du monde en solitaire. Bravo !

Positions du 30 janvier à 5hLe peloton s’étire sur le tropique du Cancer : Jean Le Cam et Mike Golding vont pouvoir progresser assez vite vers le Nord ces jours prochains, mais la fin de course s’annonce laborieuse face à un flux contraire au large de l’Espagne. Les suivants devront faire un grand tour par l’Ouest pour contourner l’anticyclone des Açores.Photo @

Louvoyage pour finir ?

Pour Jean-Pierre Dick, l’atterrissage sur les côtes portugaises est déjà un exploit puisque cela fait maintenant huit jours et plus de 1 500 milles que Virbac Paprec 3 a perdu sa quille. Le Niçois va décider ce mercredi midi s’il continue après le passage du cap Finisterre, distant d’une cinquantaine de milles ce matin.

Mais les conditions météorologiques se dégradent sur la pointe espagnole et dans le golfe de Gascogne : un front passe sur la péninsule ibérique et des vents variables s’installent devant La Corogne la nuit prochaine. Puis c’est une dépression qui passe sur l’Angleterre et génère des vents de secteur Ouest de plus de trente nœuds sur la Vendée vendredi matin… 

Derrière, Jean Le Cam (SynerCiel) et Mike Golding (Gamesa) sont en bordure d’une dorsale qui va laisser place à une dépression orageuse la nuit prochaine avec un flux de Sud de plus de 25 nœuds. Leur problème stratégique est de savoir s’ils peuvent atteindre les Açores avant vendredi midi car la perturbation se désagrégeant sur place, laisse le champ libre à de hautes pressions qui vont générer un régime de Nord puissant au large des côtes espagnoles le week-end prochain… La fin de course serait alors un long louvoyage avant de pouvoir entrer dans le golfe de Gascogne !

Gamesa prèsMike Golding (Gamesa) : "Le carénage avant manque : j"en déduis que c"est soit à cause des chocs continuels dans le bateau, soit la conséquence d"un impact lors de ces dernières 48 heures. J"ai tiré profit d"un trou de vent, pour me mettre à la cape, et avoir ainsi le couvercle du puits de quille hors tension. J"ai alors passé un bout de chaque côté de l"ogive pour réduire l"ouverture transversale, et la pression à l"intérieur du puits de quille, ainsi que le niveau de l"eau."Photo @ Mark Lloyd Vendée Globe

Le serpent de mer

Pour les suivants qui s’étirent comme un serpent de mer, les alizés sont encore au programme, mais Dominique Wavre (Mirabaud) va être le premier à entrer en dépression jeudi soir : le Suisse va pouvoir contourner cette bulle orageuse et tropicale rapidement pour passer ensuite à l’extérieur de l’anticyclone des Açores en cours de reconstruction ce week-end. Et cette bulle orageuse va aussi intéresser ses poursuivants puisque Arnaud Boissières (Akena vérandas), Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) et Bertrand de Broc (Votre nom autour du monde) vont aussi bénéficier de cet effet propulsif vers le Nord.

Mais ce ne sera pas le cas pour Tanguy de Lamotte (Initiatives-cœur) qui devrait passer l’équateur en soirée : le jeune skipper va malheureusement avoir un Pot au Noir assez développé à traverser… Quant à l’Italien, il sort très lentement d’une bande nuageuse au large du Brésil : Alessandro di Benedetto (Team Plastique) ne verra réellement le bout du tunnel que la nuit prochaine. Il pourra alors allonger la foulée dans des alizés d’Est très modérés tout le week-end…

VNAM 1Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets) : “Ça fait du bien d’être dans l’hémisphère Nord. En ce moment, la mer est assez costaude avec un rythme soutenu et tonique. Mais ça devrait mollir, les fichiers ne sont pas vraiment fiables en ce moment. Je vais tout faire pour rentrer au plus vite avec un bateau en bon état. Je me rapproche des gars de devant mais maintenant, ça va être un peu plus stable. Pour l’instant, je gère mon bateau."Photo @ Thierry Martinez (Sea & Co)