Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-2013 / J+78

Vendée Blog : Gabart monte la barre !

En coupant la ligne d’arrivée à 15h18 ce dimanche 27 janvier, François Gabart s’impose en 78 jours 2 heures 16 minutes à 13 nœuds de moyenne sur le parcours orthodromique de 24 394 milles. Armel Le Cléac’h devrait, lui, en finir vers 18h30, soit le plus petit écart jamais enregistré sur les sept éditions du Vendée Globe…
  • Publié le : 27/01/2013 - 15:28

Classement du 27 janvier à 12h
1-François Gabart (Macif ) à 30,6 milles de l’arrivée
2-Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) à 91,3 milles du leader
3-Alex Thomson (Hugo Boss) à 1 012,9 milles
4-Jean Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 1 073,8 milles
5-Jean Le Cam (SynerCiel) à 2 570 milles

15,3 nœuds de moyenne pour 28 646 milles parcourus sur l’eau ; François Gabart (Macif) explose les compteurs et met la barre très haute sur cette septième édition du Vendée Globe… Il améliore de six jours le temps de référence établi par Michel Desjoyeaux il y a quatre ans (84j 03h 09'), qui avait alors parcouru 28 303 milles à 14,02 nœuds de moyenne ! Et sur ces 78 jours de course, le plus jeune de tous les vainqueurs du Vendée Globe a mené le train pendant 46 jours. En tête avant le passage du cap Horn, François Gabart a cumulé jusqu’à 274 milles sur son dauphin Armel Le Cléac’h attendu vers 18h30 aux Sables d’Olonne.

Macif vainqueurVictoire pour François Gabart : après 78j 02h 16", le solitaire s"impose sur ce parcours de 24 394 milles, et Armel Le Cléac"h devrait le suivre dans trois heures...Photo @ Vendée Globe

Avec une foule compacte massée sur les digues du chenal d’entrée des Sables d’Olonne, François Gabart a sérieusement ralenti en milieu de matinée quand le front est passé laissant dans son sillage une mer très agitée et une brise très molle. Plusieurs empannages furent nécessaires avant que le monocoque ne pointe son étrave sur la bouée Nouch, terme de ce tour du monde en solitaire. Le jeune skipper embouquait le chenal dans la foulée pour saluer les dizaines de milliers de spectateurs venus l’accueillir sous un ciel chargé car la Préfecture Maritime avait fortement conseillé aux plaisanciers de ne pas prendre la mer à cause d’une grosse houle de Sud-Ouest.

Armel Le Cléac’h concédait une soixantaine de milles lorsque le vainqueur coupait la ligne d’arrivée. Le skipper de Banque Populaire qui profitait alors d’une bonne brise portante était attendu vers 18h30 devant la ligne d’arrivée, avec donc trois heures de décalage environ, le plus petit écart jamais enregistré : 0,16% de différentiel sur un tour du monde !