Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-2013 / J+12

Vendée Blog : Le carrefour de Saint Pierre

Dans l’hémisphère Sud qu’ont déjà rejoint neuf solitaires (ou presque), les alizés ne sont pas très établis et après un petit passage au secteur Est, ils ont basculé au Sud-Est en ralentissant le rythme. Il s’en est suivi une dispersion et des écarts supplémentaires pour les poursuivants d’Armel Le Cléac’h. Derrière, Arnaud Boissières est en plein Pot au Noir et s’est fait rattrapé par le trio suivant qui l’aborde ce jeudi matin…
  • Publié le : 22/11/2012 - 06:51

Classement du 22 novembre à 16h
1- Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) à 20 823 milles de l’arrivée
2- François Gabart (Macif) à 53,8 milles du leader
3- Vincent Riou (PRB) à 62,6 milles
4- Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) à 66,2 milles
5- Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 73,2 milles

> Mercredi 14h50 : Un OFNI serait à l'origine de l'avarie de quille qui a contraint Jérémie Beyou (Maître Coq) à l'abandon, lundi, selon les premières conclusions de l'expert en hydraulique dépêché au Cap Vert où se trouvent le skipper et son bateau.
> Mercredi, 13h35 : Zbigniew Gutkowski (Energa) abandonne.
> Mercredi, 13h30 : Les réclamations déposées par Alex Thomson (Hugo Boss) et le Comité de Course, pour infraction à l’instruction de course 5.3 (obligations relatives aux DST, Dispositif de Séparation du Trafic, du cap Finisterre), ont été instruites. Synerciel, Mirabaud, Acciona, Intiatives Coeur et Energa reçoivent une pénalité de deux heures ; Gamesa, une pénalité de 30 minutes ; Virbac Paprec, un pénalité de 20 minutes ; Groupe Bel et Maître Coq sont épargnés dans la mesure où ils ont abandonné la course depuis. Les différences de pénalité retranscrivent différents niveaux de gravité dans l'infraction.

Cheminées Poujoulat au près bâbord amureBernard Stamm a fait une première tentative pour se séparer du groupe de tête. Elle n’a pour l’instant pas porté ses fruits mais indique que le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène sera l’occasion de se démarquer avant d’entrer dans les Quarantièmes Rugissants. Photo @ Thierry Martinez/Sea&Co. Sea & C° / Cheminées Poujoulat

 

Mercredi midi, tout se déroulait comme sur une partition écrite depuis des années : le Pot au Noir franchi, les vents de Sud-Est à Est étaient bien établis quoique modérés à une douzaine de nœuds, et la flotte pouvait piquer plein Sud pour longer l’anticyclone de Sainte-Hélène.

Mais dans l’après-midi, deux « couacs » sont venus perturber l’enchaînement : d’abord parce que la brise a refusé, c’est à dire qu’elle est devenue plus Sud-Est que Est ; ensuite parce que certains concurrents ont effectué une pénalité en pleine mer.

En effet, une réclamation d’Alex Thomson et du Comité de Course était jugée suite au passage du Dispositif de Séparation de Trafic (DST) au niveau du cap Finisterre, certains solitaires ayant empiété sur ce rail gérant la trajectoire des cargos et autres navires. Le jury a instruit le dossier et décidé d’une pénalité de deux heures pour Synerciel, Mirabaud, Acciona, Initiatives-Cœur et Energa, de 30mn pour Gamesa et de 20mn pour Virbac-Paprec 3, qui devaient effectuer leur pénalité avant 23h, ce jeudi. Certains comme Dominique Wavre et Jean Le Cam ont immédiatement réalisé cette pénalité et en conséquence, leur retard sur le leader a augmenté…

 

Dans l’Atlantique Sud

Positions du 22 novembre à 5hArmel Le Cléac'h a profité d'une rotation des alizés pour augmenter son avance alors que l"option de Bernard Stamm n'a pas payé pour l'instant. Les écarts latéraux au sein du groupe de tête atteignent déjà 150 milles.Photo @ Addviso & Supersoniks Addviso & SupersoniksPremier à « passer de l’autre côté » à 8h30 mercredi, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) a donc mis 10j 19h 18’ pour atteindre l’équateur au départ des Sables d’Olonne : un écart de huit heures par rapport au meilleur temps établi par Jean Le Cam en 2004, mais une avance de quatre à sept heures sur le « club des cinq » qui le poursuit, une vingtaine d’heures sur Mike Golding et une journée sur Jean Le Cam et Dominique Wavre. Ce n’est pas énorme à ce stade de la course, mais cela influe sur les décisions stratégiques qui vont devoir être prises d’ici deux à trois jours.

En fait, il y a déjà plusieurs positionnements par rapport à l’anticyclone de Sainte-Hélène : celui de Bernard Stamm qui a voulu gagné dans l’Est dès le Pot au Noir passé, ou celui du trio suivant qui a passé la ZCIT plus à l’Ouest et a désormais du mal à suivre la trace du leader. L’écart atteint tout de même 150 milles en latéral ! Ce n’est pas un changement de voie, mais c’est un premier aiguillage. Et tout a été un peu chamboulé quand les alizés ont effectué un retour au Sud-Est qui a contraint tout le monde à se rapprocher des côtes brésiliennes.

 

Au ras des îlots
Au point que le trio Golding-Le Cam-Wavre a pensé à raser les îlots volcaniques de Saint-Pierre et Saint-Paul quand ils s’approchaient de l’équateur. On peut imaginer que Bernard Stamm, qui s’est déporté vers l’Est mercredi après-midi, avait la volonté d’anticiper la rotation progressive des alizés à l’Est, puis au Nord-Est induite par la courbure des hautes pressions : plus les solitaires vont gagner dans le Sud, plus ils vont bénéficier d’un vent favorable puisque la brise tourne autour du centre dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

Mais cette trajectoire arrondie dépend avant tout de la position de l’anticyclone de Sainte-Hélène. Or les hautes pressions de l’Atlantique Sud sont en plein chambardement ! Poussées par une dépression argentine, elles se compressent et se décalent vers l’Est pour s’installer sur Tristan da Cunha, c’est à dire très loin du Brésil… Or cette perturbation se délite les jours prochains et les monocoques ne sont pas assez rapides pour en profiter : ils vont devoir plonger vers le Sud au moins jusqu’à la latitude de Bahia, soit environ 600 milles pour le leader.

Situation météo du 22 novembre à 4hLes alizés de l'hémisphère Sud vont prendre une composante Est au fur et à mesure que le leader (croix rouge en haut) va longer les côtes brésiliennes. Il pourra alors incurver sa trajectoire pour glisser progressivement vers l'Afrique.Photo @ D.R. GribView

 

Du Nord au Sud
La tentative de Bernard Stamm est donc intéressante, mais elle n’a pas porté ses fruits à cause de cette bascule soudaine des alizés. Il n’en reste pas moins que lorsqu’ils vont revenir à leur direction « normale », Cheminées Poujoulat sera décalé et pourra donc allonger un peu plus la foulée. Tout dépend du timing de cette nouvelle rotation car il faut se souvenir que les alizés ne sont pas des vents si stables qu’il n’y paraît : ils oscillent en direction et varient en intensité selon les fluctuations de l’anticyclone de Sainte-Hélène. Tant que ce dernier n’est pas stabilisé, les solitaires vont devoir s’adapter à ses humeurs.

Enfin, la nouvelle de mercredi soir concernait le Polonais qui n’avait toujours pas réussi à résoudre ses problèmes d’électroniques : Zbigniew Gutkowski a donc annoncé qu’il abandonnait, Energa ayant rejoint les Canaries. Et du côté du Pot au Noir, Arnaud Boissières n’est pas à la fête : il doit faire face à une ZCIT très active et il a perdu beaucoup de milles ces dernières heures. Au point que ses trois poursuivants (Bertrand de Broc, Javier Sanso, Tanguy de Lamotte) sont désormais à moins de cent milles de son tableau arrière. Le changement, c’est maintenant… et plus tard.

 

Zbigniew Gutkowski à la table à cartesZbigniew Gutkowski (Energa) : « Le courage, ce n'est pas seulement combattre, mais aussi savoir s'arrêter. J’ai fait tout ce que je pouvais pour réparer mes problèmes électroniques. Mais je ne peux pas continuer comme ça. N'ayant aucun pilote automatique, je ne peux pas courir, et si je ne peux pas courir, je dois abandonner. C'est une décision difficile, mais la puissance de l'océan vous ne pouvez pas vous y opposer. »Photo @ Mark Lloyd/Dppi DPPI / Vendée Globe

 

« Je dois reprendre la mer, la mer solitaire et le ciel,
et tout ce que je demande est un grand voilier et une étoile pour gouverner dessus,
les à-coups de la barre, et le chant du vent, et le battement de la voile blanche,
et la brume grise voilant la surface de la mer, et l’aube grise qui se lève.

Je dois reprendre la mer, car l’appel de la marée montante
Est un appel clair auquel on ne peut qu’obéir,
Et tout ce que je demande est un jour de grand vent avec des nuages blancs qui filent,
Et l’embrun qui cingle, et l’écume emportée dans les airs, et les mouettes criardes.

Je dois reprendre la mer, mener une vie vagabonde,
Dans le vol des mouettes et le sillage des baleines,
là où le vent tranche comme une lame aiguisée,
Et tout ce que je demande est une bonne histoire de mer contée par un matelot plein d’humour,
Et un sommeil apaisé et de doux rêves lorsque s’achèvent de longues heures de quart. »

John Masefield (Sea Fever)

 

En complément

  1. Gutek, le Polonais déjanté du Vendée... 21/11/2012 - 12:00 Ces inconnus du Vendée Globe / 1 Gutek, le Polonais déjanté du Vendée... 3 mois avant le départ du Vendée Globe, le Polonais Zbigniew Gutkowski, dit "Gutek", n'avait ni bateau, ni sponsor... Arrivant à peine à effectuer sa qualification de 2 500 milles puis à rallier Les Sables à temps, Gutek réussit un tour de force en prenant le départ de la course à bord de l'ex-Hugo Boss, d'Alan Thomson. Pratiquement inconnu en France, le premier Polonais à participer au Vendée Globe n'est pourtant pas un débutant. Voici un rapide portrait en vidéo.
  2. banque populaire armel sur le pont 21/11/2012 - 07:16 Vendée Globe 2012-2013 / J+11 Vendée Blog : La sauce du Pot Neuf solitaires ont déjà traversé le Pot au Noir et cette Zone de Convergence Inter Tropicale n’a pas eu les mêmes effets, bien que les navigateurs aient choisi un point de percussion similaire. Derrière le leader Armel Le Cléac’h, deux groupes compacts se sont formés, ce qui est particulièrement stimulant pour partir à la chasse ! Mais devant, les alizés de Sud-Est ne sont pas très puissants.
  3. prb   de la protection du cockpit 20/11/2012 - 06:54 Vendée Globe 2012-2013 / J+10 Vendée Blog : L’envers du décor Si les écarts se sont resserrés au sein du groupe de tête, le Pot au Noir n’a pas bouleversé la situation : Armel Le Cléac’h reste le leader en route vers l’équateur contre un vent de Sud-Est, alors que ses cinq poursuivants semblent aussi sortis d’affaire. Le trio suivant s’engage dans la ZCIT qui pourrait être moins pénalisante alors que le Polonais Zbigniew Gutkowski fait désormais route vers Madère.
  4. image infrarouge par satellite de l'atlantique sud 19/11/2012 - 05:14 Vendée Globe 2012-2013 / J+9 Vendée Blog : Tourner autour du Pot C’est pour ce lundi : maintenant que presque toute la flotte est alignée autour du 27° Ouest, il n’y a plus qu’à attendre l’arrivée du Pot au Noir. Une zone incertaine mais inévitable qui ne semble pas à ce jour très large, ni très active, mais qui s’avère très nuageuse. Il y aura forcément des coups de pot, mais normalement tous les solitaires (du moins les six premiers) devraient en pâtir de la même manière. Un brin d’incertitude, un zeste de doute, une parcelle d’aléatoire, mais pas de séisme hiérarchique en vue…