Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-2013 / J+28

Vendée Blog : le creux de Crozet

Quatre semaines après le départ des Sables d’Olonne, les cinq premiers solitaires sont groupés en moins de 75 milles en plein océan Indien ! Et ça revient fort par derrière… La conséquence d’un passage de porte très contraignant et difficile à négocier en bordure d’un anticyclone africain. Mais tout va être chamboulé par l’arrivée d’un front venu du canal de Mozambique qui va balayer la flotte et redonner du rythme dans les Quarantièmes.
  • Publié le : 08/12/2012 - 11:24

Classement du samedi 7 décembre à 12 heures
1- François Gabart (Macif) à 16 400 milles de l’arrivée
2-Jean Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 16,8 milles du leader
3- Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) à 19,5 milles
4- Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) à 24,7 milles
5- Alex Thomson (Hugo Boss) à 77,1 milles

Hugo Boss au prèsAlex Thomson a superbement négocié ce passage complexe vers la porte de Crozet : en plongeant très au Sud, il a pu se recaler dans le sillage de ses trois concurrents et bénéficie donc des mêmes conditions météo depuis son "touch and go" . Le "vieux" plan Farr reste dans le coup !Photo @ Christophe Launay Hugo BossCe n’est pas une tempête, mais l’arrivée imminente d’une bulle de chaleur africaine sur les Quarantièmes va tout de même sérieusement changer la donne pour la majorité des solitaires. Le trio suiveur est le premier à en bénéficier : Mike Golding (Gamesa), Jean Le Cam (SynerCiel) et Dominique Wavre (Mirabaud) étaient les seuls à aligner plus de 350 milles ces dernières 24 heures.

Poussés par un bon flux de plus de 25 nœuds vers l’extrémité Ouest de la porte de Crozet qu’ils devraient atteindre dimanche avant midi, le triumvirat a considérablement comblé le creux qui le séparait de la tête de la flotte et il pourrait bien grappiller une cinquantaine de milles encore ce week-end.
Vendée Globe 2012 : météo et positions le samedi 8 décembreVendée Globe 2012 : météo et positions le samedi 8 décembre. On le voit, Armel (ALC, ici) devrait bientôt s"échapper !Photo @ Guillaume Bolo - Vendée Globe 2012

Quel leader ?

De fait, le «touch and go» consécutif du passage de la porte des glaces a quelque peu redistribué les cartes et c’est désormais François Gabart (Macif) qui pointe en tête son étrave. Pour combien de temps ? Probablement pas plus d’une demi-journée car la position plus méridionale d’Armel Le Cléac’h va le propulser plus rapidement vers la porte d’Amsterdam encore distante de 1 200 milles.

Le skipper de Banque Populaire va en effet toucher la brise en avant du front malgache en premier avec plus de vingt nœuds de vent dès ce dimanche soir. Le décalage temporel pour ses concurrents plus au Nord est important puisque les quatre solitaires sont encore empêtrés dans l’anticyclone et ce, au moins jusqu’au coucher du soleil.

Mais comme ensuite, tout le monde va converger vers le même point, il devrait y avoir un recadrage général sur la même latitude. Armel Le Cléac’h a en effet empanné assez tôt sur le 42°S, dès qu’il a profité de suffisamment de pression, ne cherchant pas à flirter avec les glaces de l’archipel de Crozet et des Kerguelen.

Sa manœuvre, quasiment en même temps que ses quatre poursuivants au milieu de la nuit pour passer la porte de Crozet, réduit à seulement 120 milles l’écart latéral : ce delta va s’amoindrir à une cinquantaine de milles d’ici dimanche et le «club des cinq» va ainsi se reformer !

Venée Globe 2012 : les cinq premiers le samedi 8 décembreÇa devrait payer, ça va payer. Au classement de ce samedi matin, Armel Le Cléac"h (ici le plus Sud) est 4e. Mais devrait reprendre la tête dans les heures qui viennent !Photo @ Addviso & Supersoniks

Un seul cow-boy…

Plus en arrière, l’Italien rejoue le scénario de « Il était une fois dans l’Ouest ». D’ici la semaine prochaine, Alessandro di Benedetto (Team Plastique) sera le seul à naviguer encore dans l’Atlantique : Tanguy de Lamotte (Initiatives-cœur) devrait passer la longitude du cap de Bonne Espérance dimanche, Bertrand de Broc (Votre nom autour du monde) va entrer en Indien dès cette nuit, Arnaud Boissières (Akena vérandas) plonge vers le Sud-Est pour mieux remonter ce week-end vers la porte de Crozet dans l’attente d’un bon flux d’Ouest la semaine prochaine. Et il revient très fort sur l’Espagnol Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) qui redémarre difficilement après une succession de molles.

Ce week-end annonce donc une remise à plat hiérarchique et une nouvelle configuration tactique avec des écarts mieux cernés : chaque groupe devant suivre approximativement la même voie pour rallier, qui la porte d’Amsterdam, qui celle de Crozet, on devrait assister à la formation d’un nouveau «train» de près de 3 000 milles de long entre le prochain leader et la lanterne rouge…

Les cinq premiers, et il faut souligner la belle performance d’Alex Thomson ces derniers jours, devraient rester groupés en moins de cent milles, le trio suiveur ne va plus concéder qu’environ 400 milles et les conditions de vie à bord vont de nouveau se dégrader dans ce régime pluvieux et venté : la flotte est tout de même dans l’océan Indien !

Vacation radio d"Armel Le Cléac"hArmel Le Cléac’h (Banque Populaire) : «On verra ce que ça donnera dans 48 heures. Je vais attendre de voir comment mes camarades vont passer la porte Crozet. L’anticyclone, même s’il est bien présent sur la cartographie, a tout de même des couloirs de vent. La stratégie, je l’avais mise en place il y a un petit moment. J’étais confiant dans mes choix. Mais c’est ça quand on joue. Il y a les aléas de la météo. Mais c’est intéressant : on va voir ce que ça va donner.»Photo @ Vincent Curutchet (DPPI / Banque Populaire)

 

«Au début, il n’y a pas de vent. Tous les bruits sont suspendus, comme si les montagnes retenaient le souffle. C’est cela aussi qui fait battre mon cœur, ce silence qui vide le ciel, qui fige tout. D’un seul coup le vent froid arrive sur moi, bousculant les feuillages. Je vois les vagues courir sur les champs de canne.»
J.M.G. Le Clézio (Le chercheur d’or)