Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Grand Pavois de La Rochelle

Courez-y vite !

Il y a mille raisons de se rendre au Grand Pavois de La Rochelle. Parce que c’est à La Rochelle justement et que le temps est toujours au beau cette semaine. Parce qu’il y a des bateaux à voir, d’autres à visiter et d’autres encore à essayer. Nous avons listé, au gré de nos rencontres, quelques raisons qui justifient largement le déplacement.
  • Publié le : 29/09/2016 - 09:30

EOS 54_175112Photo @ Loïc Madeline

C’est la première de l’EOS 54. Je croyais qu’il s’agissait d’un appareil photo de chez Canon et puis non, c’est le dernier catamaran de croisière sorti du chantier Marsaudon ! Un cata qui a de la gueule, des lignes tendues, une nacelle courte et des coques fines évasées sur l’arrière comme sur le TS42. L’idée est d’offrir un bateau très bien construit et très rapide pour les amateurs de traversées express et de longs voyages. Mais l’engin n’est pas trop extrême, m’assure Samuel Marsaudon : on navigue vite mais toujours sur deux coques !

Optipon_1524Photo @ Loïc Madeline

Il est trop mignon l’Optipon. Ce petit dériveur qui arbore fièrement un gréement d’Optimist est immanquable dans sa livrée jaune. Il donne vraiment envie de retomber en enfance. Par rapport à l’Optimist, il offre une vraie étrave, un fond légèrement en V et surtout, il est autovideur via son large tableau arrière ouvert. Mais sa principale originalité, c’est son mode de construction en contreplaqué époxy qui permet à son constructeur, le chantier naval Florance, de le vendre en kit.

Ofcet32_1407Photo @ Loïc Madeline

L’Ofcet 32, un bateau 100 % rochelais. Le dernier-né des IRC a été dessiné à La Rochelle, dans le cabinet de Marc Lombard. Les moules ont été usinés sur place, et la construction est aussi rochelaise. Inutile de chercher très loin d’où vient l’accastillage. Logiquement, les voiles sont signées Incidence, tracées et assemblées sur l’unité de production locale. Il y a bien le lest moulé en région nantaise et surtout le mât venu d’au-delà des Carpates, mais l’ensemble témoigne d’un dynamisme local qui évoquait les belles heures de la plaisance locale, quand c’est à La Rochelle que tout se passait. Monsieur le maire, Jean-François Fountaine, qui a lui-même écrit quelques-unes des plus belles pages de l’histoire locale, n’a pas raté le rendez-vous donné en l’honneur du bateau. Qui, par ailleurs, est très réussi.

CODE#_1402Photo @ Loïc Madeline

Presqu’une épure. Le Code # est sûrement un dayboat très élégant. Son pont et son cockpit latté de teck sont d’un chic indiscutable. Les performances seront à n’en pas douter au rendez-vous. Mais ce qui nous a séduits, c’est un intérieur ultrasobre et tout de blanc teinté. Les varangues et la cloison principale, laqués de noir, dessinent avec précision la forme de la carène. Un gris discret nous signale la présence d’une couchette double dans la pointe avant. Peut-être le ventre de ce coursier est-il aussi étonnant vu depuis ce lit occasionnel ?

Des tours du monde, en veux-tu en voilà. Il y a les bateaux qui reviennent de leurs longs voyages autour du globe à l’image d’Amasia, ce solide Gin Fizz qui s’est offert le luxe de réaliser le sien sans brûler une seule goutte de pétrole. Il y a ces deux journalistes, Bernard Rubinstein et Patrice Carpentier, qui malgré leurs centaines de milliers de milles au compteur sont encore capables de s’enthousiasmer pour des nouveautés de l’année. Il y a aussi Jean-Yves Terlain, infatigable navigateur, pionnier des transats en solitaires, qui affronte aujourd’hui tempêtes d’égoïsme et océans d’indifférence pour la protection des mers.

Scow FR 18_1539Photo @ Loïc Madeline

Etrave ronde ou bateau carré ? Le scow dessiné par Mortain & Mavrikios et construit par Franck Roy a tout pour surprendre avec son avant aussi large que son arrière et son étonnante parure dorée. Un bateau tellement stable, nous dit Alain Mortain, que la difficulté, c’est de le faire gîter dans le petit temps. Le lest prévu sur la planche à dessin pourrait finalement s’avérer inutile, sinon pour assurer une bonne réponse aux tests de stabilité. On a envie de glisser les pieds sous les sangles de rappel de ce dériveur surpuissant.

Easytofly_1459Photo @ Loïc Madeline

Bateau vole ? A La Rochelle aussi les bateaux volants sont incontournables. Du côté des gros, il y a ce très impressionnant Easy To Fly. 26 pieds et une largeur XXL. Et des foils en «S» assez curieux. Beaucoup plus petit et beaucoup moins cher, l’Ifly 15 est un catamaran de plage, destiné à être mené en solitaire. Il a fait le choix de foils en «T» inversés pour faciliter le vol et le rendre accessible au plus grand nombre. Si le concepteur du projet est allemand, il s’agit d’un bateau européen. D’ailleurs, les foils, assez plats et très fins, sont signés Gilbert Saint-Blancat. Dommage qu’il ne soit pas sur la plage disponible pour un essai. L’Easy To Fly, lui, profite des fins d’après midi pour se dégourdir les foils dans le pertuis.

TRÖLL_1374Photo @ Loïc Madeline

Collectif. Depuis quand n’avions-nous pas vu d’aussi longs bancs à bord d’un voilier ? Le Tröll 26 n’est pas à proprement parler un bateau-école, mais il a été imaginé et construit pour partager le plaisir. Vous connaissez le dicton : «Quand il y en a pour deux, il y en a pour trois…» Ici, on peut aller très loin dans le nombre de fous que l’on peut embarquer, et comme vous le savez, «plus on est de fous, plus on rit». On ne devrait donc pas s’embêter à bord de cette très belle unité du chantier des Ileaux. Un bateau presque symbole de la chaîne de solidarité qui s’est mise en place à la suite de l’incendie du chantier de Noirmoutier. La coque du premier Tröll est partie en fumée, et il a fallu en plus de l’énergie d’une équipe, le soutien d’une communauté spontanément réunie dans un financement participatif pour que finalement ce bateau voie le jour.

Cata corner_1556Photo @ Loïc Madeline

La convivialité cata n’est pas un mythe. Pour preuve : ce restaurant flottant qui complète un carré multicoque qui fait belle figure avec les Lagoon, Bali, Fountaine Pajot, Dragonfly, Tricat, Corsair, Adventure, Marsaudon, etc. Ce n’est pas le Salon de La Grande-Motte, mais déjà un très beau panorama du marché français. En creusant un peu, on trouve aussi des raretés, comme ce Rapier 400 d’outre-Manche. Si en plus de tous ces carrés magnifiques, on dispose aussi d’un restaurant pour imaginer ses futures vacances, nous est avis que ce coin-là est promis à un certain succès !

Grand Pavois La Rochelle

Dates : du 28 septembre au lundi 3 octobre 2016.

Horaires : tous les jours de 10 heures à 19 heures.

Lieu : Port des Minimes.
Accès : 479 km de Paris, 160 km de Nantes, 184 km de Bordeaux.
Suivre le fléchage dés l'entrée de la ville pour se rendre au parking Bongraine puis navettes gratuites.

Gare SNCF de La Rochelle.

Aéroport La Rochelle/île de Ré.

Tarif : entrée 10 €, 6,50 € pour les groupes, étudiants et 13-18 ans, gratuit pour les moins de 12 ans.

Plus d’infos sur : http://www.grand-pavois.com

Les tags de cet article