Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Interview du créateur du JPK 38 FC, croiseur rapide

Jean-Pierre Kelbert : «De moins en moins de régatiers font de la croisière sur le même bateau»

  • Publié le : 10/06/2011 - 06:02

La première 3D du JPK 38 FC Le JPK 38 FC, proposé à 183 000 euros pour son lancement, se veut moins extrême qu'un Pogo, mais plus affûté qu'un RM. Sans contrainte de jauge, en quille fixe ou en biquille, le plan Valer propose un grand carré panoramique déporté et une cuisine à l'américaine. Photo © D.R. Alors que le chantier JPK n'avait pour l'instant créé que pour la régate - IRC, monotypie, Class 40 -, Jean Pierre Kelbert lance pour 2012 une nouvelle gamme de croiseurs rapides. Premier modèle : le JPK 38 FC (pour Fast Cruiser), concurrent des Pogo, RM, Opium ou Malango. Un bateau qui tire les enseignements de la course en habitable qui, selon son constructeur, n'autorise plus vraiment le compromis. Explications d'un constructeur et coureur capé sur sa vision de la croisière et du marché.


Jean-Pierre Kelbert, constructeur du JPK 38 FC A 48 ans, Jean-Pierre Kelbert, constructeur-régatier, s'intéresse de plus près à la croisière, une activité qu'il pratique aussi en famille. Photo © Delphine Fleury voilesetvoiliers.com : Un croiseur au chantier JPK, c'est une première ! Peux-tu nous expliquer la genèse du projet de ce 38 pieds Fast Cruiser ?
Jean-Pierre Kelbert : On est parti d'un simple constat. Au-delà de 10 mètres, il est très difficile de faire un bateau à la fois compétitif en IRC et suffisamment volumineux pour être agréable en croisière. Alors, j'ai demandé à Jacques Valer de travailler sur un croiseur rapide, sans contrainte de jauge. L'idée générale, c'était de créer un hybride entre les carènes Open et celles à déplacement.

v&v.com : Ça veut dire que si on prend l'exemple du JPK 1010, une fois qu'on l'a un peu alourdi et qu'on a adapté le jeu de voiles, on ne peut pas faire de la croisière avec ?
JPK : Si tu choisis la version quille à bulbe et double safrans, le 1010 est un bateau très polyvalent avec un niveau de confort acceptable pour une croisière d'été. Mais on est justement à une frontière. Dans les petites tailles, l'IRC permet encore d'obtenir des compromis intéressants. Au-delà de 35 pieds, la demande de confort et d'équipements devient nettement plus importante et là, ça devient très difficile à combiner avec la jauge.

v&v.com : Pourtant, c'est bien une des ambitions de l'IRC de permettre aux bateaux plutôt aménagés et lourds de tirer leur épingle du jeu. Où est le problème ?
JPK : C'est simple : un bateau qui passe bien en IRC, doit pouvoir aller vite avec peu de surface de toile, car elle est fortement taxée. La solution consiste alors à faire des bateaux étroits de flottaison, ce qui n'est déjà pas simple pour caser des emménagements. Et pour faire étroit et marin à la fois, il faut mettre beaucoup de lest. Là, ça devient très difficile à combiner avec du confort à bord. Parce que tout le poids que tu sacrifies dans les emménagements et les équipements, tu ne peux pas le mettre dans la quille.

v&v.com : D'où l'arrivée de bateaux très typés en IRC, comme le nouveau Ker 40.1 par exemple, de vrais protos de course.
JPK :
On voit ces bateaux-là surtout en Angleterre, pas trop en France heureusement ! L'IRC reste une jauge stable et saine parce qu'elle oblige justement à faire des bateaux lestés et qui autorise des bateaux polyvalents. Tu prends un First 40 par exemple : c'est assez performant en IRC et ça présente bien à l'intérieur. Après, ça dépend où le propriétaire place le curseur. Est-ce qu'il a envie de gagner en croisière ou d'être le premier au Trophée IRC ? Il y a un moment où il faut choisir !

v&v.com : Tu veux dire que les plaisanciers qui régatent en habitable ne font plus de croisière ?
JPK :
Effectivement, il y en a de moins en moins. A une époque, on avait des propriétaires, sur le JPK 110 par exemple, qui préparaient leur bateau pour la course en avant-saison et le reconfiguraient en croisière l'été venu. J'ai l'impression qu'aujourd'hui, c'est plus segmenté. Soit ils optimisent vraiment leur bateau pour la régate, soit ils changent d'unité et achètent un pur croiseur. Mais là, ils sont souvent déçus par les performances et les sensations. C'est à ces gens-là qu'on s'adresse avec le JPK 38 FC.

v&v.com : L'idée de faire un bateau à la fois rapide, planant et relativement aménagé n'est cependant pas nouvelle. Il y a déjà du monde sur le créneau...
JPK :
C'est vrai qu'il y a déjà de très bons modèles sur le marché. Tu as d'un côté les bateaux type Pogo qui sont très légers, planent donc très tôt mais sont aménagés a minima et ne supportent pas trop la charge. Ensuite d'autres comme les RM qui ont une conception intérieure assez géniale, mais traînent vraiment beaucoup de volume pour les performances sous voiles.

Le JPK 1010, course-croisière typique Le JPK 1010, limite haute pour un compromis course-croisière performant, selon Jean-Pierre Kelbert. , affirme le constructeur. Photo © Pierre-Marie Bourguinat v&v.com : Toi, tu as conçu le mouton à cinq pattes ?
JPK : Non, mais j'ai étudié de très près devis de poids. Tel qu'on va construire le JPK 38 FC, on aurait pu sortir un bateau à 4 tonnes. Il en pèsera 5,5 tonnes. Parce qu'il est très bien aménagé et équipé, mais construit comme un bateau de course, tout infusé, intérieur compris. Le bois ne vient qu'en parement. Au final, Jacques a dessiné une carène avec un peu de creux de coque qui supportera la charge et aura des mouvements plus doux qu'un bateau radical. On partira un poil plus tard au planing, mais les performances au portant seront largement au rendez-vous, et la stabilité de route aussi.

v&v.com : La question du tirant d'eau sur un bateau de croisière rapide est fondamentale. Comment l'as-tu résolu sur ce 38 pieds ?
JPK : On propose le bateau en quille fixe à 2,15 mètres de tirant d'eau. Pour ceux qui veulent moins et ont l'échouage dans leur programme, on a aussi dessiné une version biquille. La solution de la quille relevable a été exclue pour ne pas gêner les emménagements qui présentent un carré panoramique déporté et ne pas gréver le devis de poids général.

v&v.com : Toujours l'ambition de performances ! Tu es sûr que le JPK 38 Fast Cruiser n'a aucune visée régatière ?
JPK :
On va quand même placer le rating du bateau juste en dessous du maximum autorisé par la Transquadra. Ce sera dur de sauver son temps, mais un propriétaire qui a prévu de faire une grande virée pourra s'éclater en solo ou en double sur une transat pour commencer !

v&v.com : On va voir Jean-Pierre Kelbert au départ d'une troisième Transquadra avec une petite année sabbatique à la clé alors ?
JPK :
Pour l'instant, je m'éclate à concevoir des bateaux et à les construire, c'est déjà beaucoup ! Tu sais, quand j'ai demandé à Jaques de travailler sur le projet, il m'a répondu : "Tu es fou, tu vas me faire dessiner un bateau de croisière !" En fait, ce qui est génial, c'est d'aborder ce genre de projet avec la même démarche qu'une unité de course. D'être dès le départ très exigeant sur le concept et sa définition et de se donner les moyens techniques de faire un très bon bateau. Après, on me dit que le marché est déjà bien occupé, mais je crois qu'il y a encore de la place. L'accueil du bateau auprès des habitués du chantier est d'ailleurs très bon. Alors, si ça marche, j'imagine très bien lancer à terme un grand frère de 42 ou 43 pieds.

...........
Retrouvez la description et tous les détails sur le JPK 38 Fast Cruiser dans Voiles et Voiliers d'août (n° 486), à paraître le 15 juillet prochain.


> Jean-Pierre Kelbert en 5 dates-clés
. 1981-1990 : équipe de France de planche Olympique
. 1992 : créée sa société de fabrication de planches Open.
. 2003 : rencontre de Jacques Valer. Création du chantier JPK. Lance le JPK 960.
. 2006 : première Transquadra en double
. 2008 : deuxième Transquadra et victoire en solo.

> Le chantier JPK en bref
. Création en 2003
. 10 salariés
. 14 bateaux produits en 2010
. Internet : www.jpk.fr

En complément

  1. jpk 1010 r eacute;gatier aux id eacute;es larges Réservé à nos abonnés 08/04/2010 - 13:54 Habitable course-croisière IRC JPK 1010 (JPK Composites/J. Valer) Conçu dans le cadre de la jauge IRC, le JPK 1010 veut briller aussi bien autour de trois bouées qu'au grand large. Un course-croisière moderne bien représentatif de la double aspiration de beaucoup de régatiers actuels.
  2. equipage centr eacute; Réservé à nos abonnés 08/04/2010 - 11:14 IRC JPK 1010, un régatier dans l’âme Après avoir tâté de la course au large avec un Class 40 puis de la monotypie avec le JPK 998, le chantier de Jean-Pierre Kelbert revient à ses premiers amours, à savoir la course-croisière. Grand frère du fameux JPK 960, voici donc le JPK 1010, dû lui aussi au crayon de Jacques Valer. Nous avons eu l’occasion de participer aux premières navigations avant le Spi Ouest-France où le bateau s’est classé 6e en IRC 3.
  3. le jpk 998 acc eacute;l egrave;re 09/06/2009 - 08:38 Tour de France à la voile Le JPK 998 accélère Si le choix du nouveau monocoque du TFV se jouait sur la stratégie de communication, le JPK 998 sortirait haut ! La version 2 du plan de Jacques Valer, modifiée pour l’hauturier et mise à l’eau fin mai, a de nouveau été testée ce week-end dans un bon médium.
  4. le jpk 998 acc eacute;l egrave;re la cadence 04/09/2008 - 12:59 JPK 998 Il accélère la cadence Une construction en sandwich de 9,98 mètres de long pour 2,99 mètres de large qui devrait atteindre de belles vitesses.
  5. le nouveau candidat 04/09/2008 - 12:50 JPK 998 La relève est assurée Né de l’imagination de Jean-Pierre Kelbert et Jacques Valer, le JPK 998 est un superbe monotype dont l’ambition déclarée est de succéder au Mumm 30 comme support du Tour de France.
  6. 423 comparatif 35pieds Réservé à nos abonnés 31/07/2008 - 15:56 Course-croisière First 34.7, A35, J 109, JPK 110 Les course-croisière sont en vogue, si l'on en juge par l'arrivée de trois voiliers types et séduisants : le First 34.7, l'A35 et le JPK 110. Avec, comme bateau référent, le J 109, âgé de six ans, et juste avant le coup d'envoi de la saison de régates, il était tentant de les confronter avec un protocole et une logistique mis en place par l'École nationale de voile, afin de les comparer avec objectivité.
  7. 407 essai jpk960 Réservé à nos abonnés 29/07/2008 - 15:57 Course-croisière JPK 9.60 (JPK Composites / Valer) Original, le JPK 9.60 sort des critères standardisés des voiliers de course-croisière. En moins de deux ans, près de 20 exemplaires ont déjà été mis à l'eau !