Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Salon nautique de Paris

Le Nautic, c'est maintenant

Le Salon nautique de Paris a ouvert ses portes au public ce matin à 10 heures. Nous avons traîné hier dans ses allées pas encore dégagées pour essayer d'apercevoir les bateaux pas encore installés qui vont faire le buzz. Et comme d'habitude, il y a ceux que l'on attend et ceux que l'on n’attend pas. Petit tour d'horizon.
  • Publié le : 03/12/2016 - 14:30

Nautic 2016C'est ouvert ! Le Nautic 2016 vous attend jusqu'au dimanche 11 décembre. Photo @ Philippe Chérel/Ouest-France

A tout seigneur tout honneur, le premier des bateaux Open fait admirer sa belle carène aux visiteurs du salon. Pen Duick V présente donc aux plaisanciers d'aujourd'hui ses lignes très planantes, sa profonde quille à bulbe, son arrière large et sa carène à redan. Imaginé et construit pour la course Transpacifique de 1969, Pen Duick V était le premier des voiliers hauturiers à être équipé de ballasts pour augmenter son couple de rappel et donc sa puissance. On rappellera qu'Eric Tabarly a atomisé la concurrence de l'époque grâce à cette machine de guerre très en avance sur son temps. Jean-Yves Terlain avait fini deuxième à la barre d'un Arpège.

Pen Duick VPen Duick V a été dessiné par Michel Biguoin pour Eric Tabarly en vue de gagner la Transpacifique. Mission accomplie.Photo @ Loïc Madeline

Côté bêtes de course, c'est plutôt vers les dériveurs qu'il convient de se tourner. On découvrira ainsi un Flying Phantom tout neuf, un peu moins cher et un peu plus sage que son grand frère mais toujours capable de voler. Le Flying Phantom Essentiel présente une plate-forme plus étroite mais des ailes de rappel et surtout des foils plus faciles à utiliser. Ils ont une forme plus simple qui permet de les effacer lorsque l'on rejoint la plage et on navigue avec ces deux appendices en bas. Avec les plans porteurs des safrans, on vole sur quatre pattes, c'est plus stable. Toujours pour aller vite, mais sans foil, le VX Evo est un tout nouveau solitaire à trapèze très séduisant. L'accastillage a l'air d'être à la hauteur de la carène, ça fait envie.

VX EvoAttention, solitaire surpuissant : le VX Evo est très toilé, surtout au portant grâce à son spi toujours prêt à sortir de l'avaleur.Photo @ Didier Ravon

Du côté des habitables, ne ratez pas le Seascape 24 si vous l'avez manqué à La Rochelle : vous aurez du mal à lui trouver un défaut.
Mais la grande nouveauté du Salon de Paris est la première présentation (mondiale s'il vous plaît !) de l'Elan GT5. Un douze mètres qui reprend la carène de l'Elan S5 mais présente un grand rouf panoramique et des emménagements très différents. Seulement deux cabines, un grand cabinet de toilette et une cuisine occupant toute la largeur du bateau en avant du carré. Un bateau tourné vers la croisière mais semblant capable de belles performances, ça fait envie. En plus, il n'est pas avare d'astuces plutôt bien vues, comme cette table à cartes qui s'escamote dans la banquette tribord du carré ou ces tabourets qui se calent autour des pieds de la table en navigation.

Elan GT5De drôles de tabourets à bord de l'Elan GT5. Malins et fonctionnels.Photo @ Loïc Madeline

Autre nouveauté attendue : le Tofinou 10.c. Pas un Tofinou de plus, un Tofinou différent avec davantage de franc-bord et un rouf plus haut afin d'offrir de véritables emménagements pour la croisière. Présenté officiellement ce matin, ce bateau est un passage obligé de tous visiteurs. Il reprend tous les codes des Tofinou – élégance, design, qualité de fabrication – et permet d’envisager des petites navigations de week-end ou à la semaine des plus agréables. Et on apprécie la malice des équipements tels que les répétiteurs cachés sous le pont ou l’inédite table de carré coulissante.
Autre bateau qui mérite le détour, le Sense 51, qui entend être davantage qu'un bateau de croisière, un bateau de grande croisière ou au moins à bateau pour y vivre. Le tableau arrière vient se refermer pour sécuriser le cockpit en navigation, un long bimini semi-rigide permet de s'abriter du soleil sous les tropiques mais aussi d'isoler le cockpit à l'escale dans les régions plus tempérées. Et la faible différence de niveau entre intérieur et extérieur est un vrai avantage.

Exploration 45Une nouvelle casquette surplombe le rouf de l'Exploration 45. Plus grande et surtout vitrée, elle offre une meilleure protection à l'équipage.Photo @ Loïc Madeline

Il y a aussi des bateaux plus petits comme le Clin d'Œil dont la construction a été reprise par le chantier Grand Largue, l'I-Kone dont le 100e exemplaire est exposé à Paris, ou encore la Gazelle des îles et la Gazelle Breizh, toutes deux équipées pour la première fois de panneaux solaires.
Et puis vous ne manquerez pas de vous arrêter devant une drôle de planche en forme de pince : la Swimboard permet de palmer à haute vitesse et donc de nager loin, peut-être un succès futur ? Nous avons également bien aimé le kayak ORU. Il se plie comme une feuille de papier pour tenir dans une sorte de valise malgré ses 3,66 mètres de long et ne pèse qu'une douzaine de kilos. Une solution pour embarquer une annexe ?

Kayak ORUCandidat au concours Lépine, le kayak ORU se plie pour être plus facile à transporter ou à ranger.Photo @ Loïc Madeline

Pratique

Le Salon nautique de Paris ouvre ses portes tous les jours de 10 à 19 heures du samedi 3 décembre au dimanche 11, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles.
A noter qu’une nocturne aura lieu le vendredi 9 décembre jusqu’à 22 heures et que le 11, il fermera à 18 heures.
Venez nous retrouver sur le stand Voiles et Voiliers, installé dans le Hall 1 G20.

SwimboardLa Swimboard sera peut-être le nouveau jouet de plage à la mode l'été prochain. En tout cas, elle a de la gueule.Photo @ Loïc Madeline