Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Salon de La Rochelle

Au Grand Pavois, savez-vous ce qu’il y a ?

Le Grand Pavois, c’est toujours un rendez-vous incontournable pour découvrir en avant-première les nouveautés que nous réservent les chantiers pour l’année qui vient. Mais c’est aussi un rendez-vous de passionnés heureux de se retrouver autour des bateaux qui les font rêver. Et ce ne sont pas toujours des unités récentes qui font le plus fantasmer.
  • Publié le : 28/09/2017 - 10:06

Le Grand PavoisLe Grand Pavois est ouvert depuis mercredi jusqu'à dimanche. Un rendez-vous incontournable avec 750 bateaux exposés selon les organisateurs, dont 300 à flot.Photo @ Loïc Madeline
A comme Amel 50

Ce bateau a déjà été présenté à Cannes, mais même si vous l’y avez admiré en Méditerranée, le dernier-né de la maison Amel mérite le détour. Parce qu’il est très réussi, parce que son constructeur est rochelais, et parce que son intérieur en chêne est moins intimidant que celui de l’exemplaire présenté dans le Sud.

B comme Bente 24

Le bateau allemand qui donne à réfléchir est pour la première fois exposé en France. Une base ultra-simple pour la balade à la journée que l’on complète en fonction de ses envies pour en faire un vrai croiseur. Cela fait terriblement varier le prix final, mais nous oblige aussi à considérer ce qui est essentiel pour notre plaisir de naviguer.

C comme Cockpit Central

Cette architecture n’est plus très prisée à l’époque où les tableaux arrière s’ouvrent sur de larges plages de bain, mais mérite pourtant qu’on s’y intéresse. Jetez un œil au Sunbeam 42.1 et vous verrez que la formule n’a rien de rétro et comporte quelques avantages pour les amateurs de voyage.

D comme Damien

La restauration du voilier qui a emmené Jérôme Poncet et Gérard Janichon autour du monde se poursuit et le travail est à voir dans l’espace Patrimoine et Tradition. Le récit de voyage de ces aventuriers est un classique de la littérature maritime et a suscité nombre de vocations de grands voyageurs.

LoxoUn bateau à moteur signé du chantier Structures ! Le Loxo se veut aussi original que ses cousins voiliers.Photo @ Loïc Madeline

E comme Evénement

Qui l’eut cru ? Le bateau à moteur dont on parle à La Rochelle a été conçu et construit par le chantier Structures, qui produit les célèbres Pogo. Le Loxo se veut aussi original que ses cousins voiliers. Avec ses deux moteurs de 30 chevaux, il peut atteindre 15 nœuds mais sa vocation est surtout de tenir des moyennes régulières en consommant peu pour découvrir la croisière au moteur.


F comme Figaro 3

Le futur monotype de la Solitaire du Figaro ne prendra du service qu’en 2019. Mais on peut déjà admirer sa ligne très futuriste et ses foils impressionnants. Pour ne pas faire de jaloux, Bénéteau ne livrera le bateau qu’en décembre 2018, quand il sera possible de fournir d’un coup 40 exemplaires aux solitaires volontaires.

G comme Gazelle des Sables

Le constructeur de petits voiliers, maintenant installé en Maine-et-Loire, présente le Morgat 3.20. Un petit voilier de pêche ou de promenade ultra-facile à utiliser. Coque ouverte, quille longue, ballast et gréement au tiers en font un support de choix pour la pêche.

H comme Hallberg Rassy 44

Le chantier suédois est la référence en matière de croiseurs hauturiers à cockpit central. Ce 44 pieds ménage la tradition avec son cockpit très protégé et ses emménagements chaleureux. Mais c’est pourtant une petite révolution pour le constructeur nordique : ce bateau présente une étrave verticale surmontée d’une delphinière et est équipé d’un double safran. Tout change.

Figaro Bénéteau 3Une des stars du salon, même s"il sera réservé à une élite : le Bénéteau Figaro 3 qui remplacera l"actuel monotype à partir de la saison 2019.Photo @ Loïc Madeline

I comme Imbattable

C’est auréolé d’une victoire toute classe au Fastnet 2017 que le MMW 40 se présente au Grand Pavois. En fait, le bateau qui a remporté la célèbre classique ne mesurait que 39 pieds, mais il s’agit bien de la même carène sur le MMW 40. Une production espagnole dont on devrait bientôt découvrir une gamme de course-croisière qui commence à 30 pieds.

J comme JPB 52

Un étonnant croiseur dont la coque a été construite en Strongall (aluminium épais) par le célèbre chantier Méta. Ce dériveur intégral offre une très grande protection à son équipage, mais aussi une incroyable vue sur son environnement. Un voilier avec lequel on veut bien tâter des latitudes extrêmes.

K comme Kite Tender

On se demande un instant si l’on n’est pas en face d’un bateau à moteur avant de comprendre que cette carène planante a été dessinée tout exprès pour être tractée par un cerf-volant. La vitesse facile, sans gîte ni effort. À essayer.

L comme Lite Boat XP

Un vrai bateau d’aviron avec son banc de nage, un vrai dériveur avec son gréement carbone et ses lignes tendues, mais aussi un mini-croiseur dédié au raid et au camping côtier avec sa petite cabine pouvant accueillir deux adultes pour une nuit. Le Lite XP, c’est tout cela à la fois et sans doute d’autres choses encore qu’il nous reste à découvrir.

Le Grand PavoisAmbiance paddle sur la plage du Grand Pavois, toujours dédiée à la voile légère et à la glisse.Photo @ Loïc Madeline

M comme Malango 10.88

Le dernier-né d’IDB Marine est encore une fois une bête de croisière. Son tunnel à annexe s’agrémente d’une fermeture comme un vulgaire coffre, son cockpit est assez vaste pour recevoir une famille nombreuse à déjeuner et ses emménagements offrent un étonnant volume. Cerise sur le gâteau : un devis de poids très serré grâce à une construction aux petits oignons et à quelques astuces d’aménagement. Il risque de marcher très fort.

N comme Nouveau Monde

Il est dessiné par Jean-Pierre Brouns, la coque est chaudronnée en Strongall par le chantier Méta, le bateau est construit par Olbia, tout comme le Petit Monde. Et tout comme ce dernier, le propriétaire du premier exemplaire de ce Nouveau Monde est un célèbre syndicaliste paysan. Ce qui change, c’est que le bateau est encore plus accueillant et beaucoup plus lumineux que son prédécesseur.

O comme Ofcet 32 SC

Pas de Transquadra ni de Spi Ouest-France au programme de cet Ofcet-là. Le modèle SC (pour sport cruiser) entend associer le confort à la performance. Cette version est donc équipée de portes, d’une table plus grande et d’une cuisine mieux équipée. Et ceci sans atténuer les performances puisqu’une quille à bulbe permet de conserver le même poids général et le même centre de gravité.


P comme Plage

La plage du Grand Pavois est toujours dédiée à la voile légère et à la glisse. On peut y essayer des dériveurs (Tiwal) ou catamaran (Nau). Mais aussi s’initier en bassin aux joies du stand-up paddle ou du wakeboard tracté.

Sun Odyssey 319Le carré du très attendu Sun Odyssey 319.Photo @ Loïc Madeline
Q comme Quarante

Quarante pieds, donc 12 mètres, c’est la taille du nouveau Lagoon qui vient remplacer le 39 et le 410. Un cata résolument moderne avec des étraves très volumineuses pour un confort XXL.

S comme Sun Odyssey 319

Le dernier-né du chantier Jeanneau est un croiseur familial de «seulement» 9,40 mètres. Il impressionne par son volume, il séduit par ses emménagements et il rassure par son prix. Mais ce qu’on aime le plus, c’est qu’il assume crânement son choix de n’être équipé que d’une seule barre à roue. La simplicité a du bon.


V comme VDH

Jean-Luc van Den Heede repart autour du monde. Cette fois-ci sur un Rustler 36. Un voilier à quille longue, dessiné avant 1988, comme l’indique le règlement de la Golden Globe Race qui s’élancera l’été prochain, 50 ans après la première course en solitaire autour du monde. Ni électronique, ni pilote automatique à bord, seulement le sextant et l’expérience pour cette aventure au parfum rétro. VDH peut compter sur le soutien spontané des visiteurs.

Jean-Luc van den HeedeVoilà 40 ans, Jean-Luc van den Heede prenait le départ de la Mini Transat qui s"élancera de La Rochelle dimanche. Infatigable, il prépare cette fois le Golden Globe 2019.Photo @ Loïc Madeline

W comme Windclass

Plus rétro, tu meurs ! Ce plan Herreshoff a beau être tout neuf, il nous ramène plus de 100 ans en arrière, à une époque où l’élégance était la règle et où les yachts étaient en bois. Un bateau à la fois classique et classieux.