Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Moteurs hybrides

Eco Power Solutions : une alternative aux moteurs classiques ?

Entre hausse du prix des carburants et prise de conscience de notre impact sur l’environnement, le contexte est propice au développement de moteurs propres, économes et silencieux. Sur ce créneau porteur, le système hybride électrique/diesel-électrique d’Eco Power Solutions pourrait bien séduire plaisanciers et constructeurs. Principe, attraits, public visé, coûts, réaction d’utilisateur : revue de détails de cette nouvelle technologie, qui a reçu le «Prix du Bateau Bleu 2011» au Salon nautique.
  • Publié le : 17/12/2011 - 00:03

Eco Power Solutions : un système priméLe système de propulsion hybride d’Eco Power Solutions a obtenu le «Prix du Bateau Bleu 2011» au Salon nautique de Paris 2011.Photo @ Eco Power Solutions Créé par Fédération des industries nautiques en 2005 et décerné chaque année à l’occasion du Salon nautique de Paris, le «Prix du Bateau Bleu» récompense des technologies adaptées à la plaisance et allant dans le sens d’une protection accrue de l’environnement marin.

Deux lauréats cette année : l’Aequus 7.0 (voir encadré) et le système de propulsion hybride développé par Eco Power Solutions, qui nous intéresse plus particulièrement ici.

La solution a certes convaincu le jury, mais est-il vraiment avantageux de laisser tomber son bon vieux diesel pour un système de propulsion hybride ? Tentative de réponse en six points…
 

 1 Quel est le principe du système hybride électrique / diesel-électrique proposé par Eco Power Solutions ?

L’idée est d’associer une petite génératrice diesel-hybride à vitesse variable à un convertisseur chargeant un parc de batteries Odyssey qui alimentent le moteur (voir le schéma ci-contre). Les batteries assurent une autonomie de deux-trois heures pour une navigation 100 % électrique, c’est-à-dire sans recharge à la propulsion électrique.

Lorsque cette navigation totalement électrique devient impossible – les batteries étant vides –, un relayage automatique pour une navigation diesel-électrique est prévu. Un dispositif rendu possible par une cellule de mesure du taux de décharge des batteries sur laquelle on peut paramétrer un seuil à partir duquel la génératrice va s’enclencher automatiquement pour apporter le surcroît de puissance.

Une fois les batteries remplies, la génératrice s’arrête sans que le plaisancier ait à intervenir. «C’est le principe du ravitaillement en vol, qui permet de contourner le problème de l’autonomie», explique Alain Caillet, directeur général d’Eco Power Solution et concepteur de ce système hybride.

 2  En quoi ce système est-il novateur ?

Si le principe décrit ci-dessus a déjà fait ses preuves dans la marine marchande et l’industrie offshore, les solutions proposées n’étaient jusqu’ici pas en adéquation avec les besoins des plaisanciers moyens, notamment en termes de poids, d’autonomie et de confort à bord.

Pour Eco Power Solutions, l’enjeu résidait donc dans la capacité à transposer et à miniaturiser cette technologie, tout en assurant des performances proches de celles obtenues avec une motorisation classique. D’après Alain Caillet, deux innovations majeures ont permis de mettre au point ce système pour des bateaux de taille plus modeste : des batteries qui acceptent des décharges profondes et des recharges rapides d’une part, et une génératrice compacte de 92 kilos, de l’autre.

Autre innovation, la compatibilité du système avec des installations éoliennes et/ou solaires qui injectent du courant gratuitement et de manière écologique, l’idée étant d’utiliser le moins possible la génératrice diesel. Il est aussi possible d’intégrer un hydrogénérateur, fonctionnel à une vitesse minimale de 6-7 nœuds. «Une solution particulièrement intéressante pour les catamarans rapides», précise Alain Caillet.

 3  Quels sont, sur le papier, les principaux attraits de cette propulsion hybride ?

Quel plaisancier n’a jamais ressenti, un jour de pétole ou même en manœuvre, un déplaisir certain en démarrant un moteur bruyant et aux émanations désagréables ? Avec une nuisance sonore nulle en mode 100% électrique et modérée en configuration diesel-électrique (voir le tableau ci-dessous), la propulsion hybride permet de contourner le problème, que ce soit pour naviguer sous voiles avec appui moteur ou pour réaliser des manœuvres de port sans le moindre bruit – ce qui ne manquera pas de surprendre les voisins de ponton ! Un système de propulsion hybride, c’est aussi moins d’émanation. «Pêcher à la traîne en silence et sans respirer de gaz d’échappement est particulièrement appréciable !», assure Alain Caillet.

Bilan «énergie» et «nuisances» du système hybrideRendement plus élevé qu’un moteur diesel classique, nuisances sonores, rejet de CO2 et consommation de gasoil moindres : sur le papier au moins, le système hybride semble présenter de nombreux atouts. (Cliquez pour agrandir).Photo @ Eco Power Solutions Le nouveau système, qui se veut plus respectueux de l’environnement qu’un moteur thermique classique, revendique un rendement bien meilleur – 80% en mode diesel-électrique, 85% en mode électrique – et une moindre consommation en gasoil – environ 1,15 l/h quand la génératrice est en marche, et nulle lorsqu’elle est arrêtée. A titre de comparaison, un moteur classique consomme entre 2,5 et 3 l/h. Quant au rejet de CO2 dans l’atmosphère, il est nul en cas de navigation 100% électrique et limité lorsque la génératrice fonctionne. Enfin, les batteries sont recyclables à 99%.

Alain Caillet insiste également sur le confort en navigation et à quai : «Un système de propulsion hybride diesel-électrique ne doit pas être un sacrifice au confort. Si la prise de quai n’est pas suffisante pour gérer les pics de consommation, nous pouvons aller chercher un complément de courant soit dans le parc batteries, soit dans la génératrice», explique-t-il. C’est également dans un souci de confort que le concepteur a pris soin de mettre au point une solution dont le poids et l’encombrement équivalent à ceux d’un moteur classique. L’ensemble du système pèse un peu moins de 450 kilos et occupe un peu plus d’un mètre cube, génératrice incluse.

Pouvant paraître restreinte dans le cas d’une propulsion 100% électrique, l’autonomie du voilier est assurée par le système. Un bon moyen d’éviter des entrées au port sous voiles ou en remorquage, parfois scabreuses ! Côté sécurité toujours, les batteries sont non inflammables et le stockage de carburant minimum.

 4    A qui s’adresse le système d’Eco Power Solutions ?

Le marché de la remotorisation étant important en France, l’équipementier espère séduire des plaisanciers qui hésitaient à remplacer leur moteur thermique par un système plus écologique. Très récente, la technologie n’équipe pas encore beaucoup de bateaux et l’ensemble des composants seront disponibles à compter de janvier 2012 pour la commercialisation. Alain Caillet assure qu’il est en contact avec de nombreux particuliers et constructeurs intéressés : «Les chantiers sont demandeurs, car ils sentent une vraie attente de certains plaisanciers».

Et n’exclut pas des opportunités dans le monde de course au large, d’autant que les bateaux intègrent des installations énergivores : informatique, pilotes, quille hydraulique, pompes de ballast… Avec un système hybride, les coureurs pourraient disposer d’assez d’énergie pour faire fonctionner tous ces éléments sans que le moteur tourne.

 5   Est-ce plus cher qu’un système de propulsion classique ?

L’investissement total du matériel est évalué à 29 900 euros hors montage. Cette solution comprend un groupe électrogène en plus du principe de propulsion, ce qui est à prendre en compte dans les comparatifs. Ainsi, le prix est à peu près similaire à celui d’un système classique équipé d’une génératrice.

En revanche, le surcoût est d’environ 25% par rapport à une solution diesel sans groupe électrogène. Mais économie substantielle de carburant et réduction des frais d’entretien devraient permettre aux plaisanciers de rentrer dans leur investissement en quelques saisons.

La toue-cabanée, premier ressenti positifAdaptée au fluvial, la «toue-cabanée» a intégré le système d’Eco Power Solutions. Les premières impressions d’utilisateurs sont bonnes. Les plaisanciers seront-ils aussi enthousiastes ?Photo @ D.R. 

  6  Qu'en pensent les premiers utilisateurs ?

Sur le papier, le système semble attractif. Mais qu’en est-il à l’épreuve des faits ? Nous avons recueilli le témoignage d’Alfred Carignan, directeur marketing des Canalous, constructeur et loueur de bateau dans le domaine fluvial dont la dernière création, la toue-cabanée, intègre le système mis au point par Alain Caillet.

«Nous avions présenté la toue-cabanée au Nautic 2010 avec un autre système hybride qui s’est finalement avéré peu performant et pas très pratique, précise-t-il d’emblée. Nous l’avons donc remplacé par le système d’Eco Power Solutions. Nous n’avons pu naviguer que quelques heures, mais le premier ressenti est très satisfaisant. Les moteurs sont puissants, simples à monter et à utiliser. Le groupe électrogène fait un léger bruit et entraîne quelques vibrations, mais cela n’a rien à voir avec un moteur classique. Les sensations sont inédites car on entend le clapotis de l’eau. C’est bluffant ! Ce système, qui se prête bien à notre concept de bateau, se rapproche des sensations de la voile».

Un utilisateur plutôt séduit a priori, donc, qui confirme par ailleurs un poids et un encombrement réduits ainsi que l’efficacité de la recharge des batteries. Reste à savoir si les plaisanciers confirmeront en mer ces dispositions prometteuses…

………..
Retrouvez le site d’Eco Power Solutions ici
(vous avez la possibilité d'y télécharger un fichier PDF de présentation du système hybride, en anglais).

L’Aequus 7.0, nouveauté primée du Nautic 2011Co-lauréat du «Prix du Bateau Bleu 2011», l’Aequus 7.0 est le premier bateau de série 100% électrique disposant d’une autonomie de plusieurs heures grâce à des panneaux solaires. Photo @ Raoul Dombrenel AFP / Nautic 2011………..
Les bateaux électriques et/ou hybrides présentés au Nautic 2011

Silence et air pur et sont dans l’air du temps ! Le nombre de projets innovants allant dans le sens d’une protection accrue de l’environnement marin en témoigne. Présentation de quelques nouveautés exposées au salon nautique de Paris.

> L’Aequus 7.0, co-lauréat du «Prix du Bateau Bleu 2011» avec le système d’Eco Power Solutions, est le premier bateau de série entièrement électrique et autonome pendant plusieurs heures. Toute l’énergie, stockée dans des batteries, est fournie par des panneaux solaires. Conçu par le cabinet Finot-Conq architectes, réputé dans le monde de la course au large, ce bateau à vocation familiale peut atteindre la vitesse de 7 nœuds. Et pas besoin de permis pour le conduire ! Pour en savoir plus

> Le Bosco est le nouveau prototype de la société E3H (Efficient Electric Evolved Hull), qui conçoit des bateaux électriques et économiques depuis 2008 – on lui doit notamment le Remora, une embarcation de servitude pour les ports de plaisance. Développé par l’architecte Tanguy Le Bihan pour la FFV, le Bosco est le premier bateau électrique spécialement conçu pour l’encadrement des activités nautiques en écoles de voile. Les stagiaires apprécieront d’être remorqués sans le moindre bruit de moteur ! Pour en savoir plus

> Tracter un wakeboarder ou un skieur en silence et sans émission de CO2 : une expérience surprenante, rendue possible par le bateau 100% électriques fabriqués par Epic, le 21 SE. Voilà qui devrait aussi rendre plus abordable un sport devenu coûteux en raison de l’accroissement du prix de l’essence. Les concepteurs indiquent que le bateau peut atteindre les 64 km/h et revendiquent 10 heures d’autonomie sur une seule charge. Pour en savoir plus

> L’Association Française du Bateau Electrique a exposé de grands bateaux de transport de passagers électriques ainsi que les Obiboat, petits catas de moins de 5 mètres à moteurs électrique, électro-solaires ou thermique. Se conduisant sans permis, ils peuvent accueillir jusqu’à sept personnes. Pour en savoir plus

> Le chantier Rhéa Marine, producteur de pêche-promenade réputés, propose pour la première fois une nouvelle motorisation électrique hybride, adaptable sur pratiquement toute la gamme, et aussi puissant que les versions diesels classiques. Le silence et l’autonomie en plus. Pour en savoir plus

> Quant aux motoristes Nanni Diesel et Steyr Motors, ils développent eux aussi leurs offres de solutions hybrides.

> Sachez enfin que chez les hors-bords électriques, le constructeur Torqeedo propose toute une gamme adaptée aussi bien aux annexes qu'aux petits voiliers. Pour en savoir plus