Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Nautic 2014

Le dernier salon où l'on cause !

  • Publié le : 05/12/2014 - 00:05

Nautic 2013Le Nautic ouvre ses portes aujourd'hui et jusqu'au dimanche 14 décembre.Photo @ Raoul Dobremel Nautic 2013

Espace d'exposition, mais aussi de rencontres et de discussions, le Nautic ouvre ses portes aujourd'hui. Tour d'horizon en cinq questions sur ce qu'il faut voir absolument à la Porte de Versailles jusqu'au 14 décembre.

 

Faut-il venir au Salon ?
Certains se sont posé la question de l’opportunité de se «payer Paris». Sur un marché européen qui semble vouloir repartir et où notre industrie est toujours plus performante, les clients français se font nettement plus rares. Le nombre d'unités vendues dans l'hexagone a ainsi baissé de 24% sur les deux dernières saisons (d'après les derniers chiffres de la Fédérations des Industries Nautiques). Quitte à choisir, plusieurs chantiers privilégient donc aujourd'hui le salon de Dusseldörf (fin janvier), à l’assaut du dynamisme allemand et nordique... À l'image d'Amel, qui occupait jusqu’ici un espace de choix à l’entrée du Hall 1 et dont l’absence a profité à plusieurs chantiers étrangers.

Mais outre ces réticences, notre réponse serait : «Ben oui, enfin, quelle question ?!» Car l’hiver est trop long pour ne pas se payer* une bonne goulée d’air iodé au Nautic. (Ça y est, au bout de trois ans, la nouvelle appellation semble passée dans les mœurs !) D’autant qu’un salon n’est pas seulement une vitrine de chantiers en quête de clients. Paris est une fête – c’est bien connu – et fouler la moquette (rouge) de la porte de Versailles sera cette année encore l’occasion de belles rencontres : croiser les gueules burinées des héros de la Route du Rhum (remise des prix sur la Scène Nautic samedi 6 décembre, à 15 heures), serrer la pogne des couples qui partent autour du monde courir la Barcelona, guetter les nouvelles annonces de course, participer au Live de la Volvo Ocean Race, célébrer le marin de l'année (révélé lundi 8 au soir)…

 

Quelles nouveautés à voir absolument ?
On parle ici des nouveautés, des vraies – pas les V2 ou les millésimes montés en épingle par les communiqués de presse –, de celles qu’un observateur attentif des salons d’automne n’a encore jamais croisées sur sa route. En ligne par rapport à l’édition 2013, le Nautic propose une vingtaine de nouveaux voiliers. En attendant le compte-rendu complet dans le magazine Voiles et Voiliers de janvier (à paraître le 15 décembre), ne ratez pas côté habitables : le spectaculaire Maxus 26, le très économique Bavaria Easy 9.7, le classique Dufour 350, l'ultra-large RM 10.70 ou encore l'incroyable Bali 4.2, premier cata de moins de 13 m équipé d'un fly-bridge ! Quant à l’Ofcet 650, il confirme sa vocation de Mini de série avec une version "Loisir" sommairement aménagée, tandis que plusieurs petits canotes valent aussi le détour. Notamment le Skellig 1.4, mieux fini que ses prédécesseurs et le Solenn Day 27, énième déclinaison d'un concept que le charpentier de marine Franck Roy maîtrise à la perfection.


 

WhisperSur la lancée du Flying Phantom, le Whisper est l'un des quatre catas volants du Nautic. Plus qu'un chuchotement du marché !Photo @ Onedition

La voile légère prendrait-elle de la hauteur ?
Le Flying Phantom, présent cette année dans sa version définitive (déco noire mat très chic), a fait des petits. Trois autres catas volants sont présents sur le Nautic. La version FCS du Nacra 20 pieds, franchement impressionnante avec ses 3,20 m de large. À l'opposé, le Bimare S9 destiné à l'initiation au foiling en solitaire. Entre les deux, le proto du Whisper développé par l'école d'architecture navale de Southampton, ne pesant que 80 kg et destiné à un équipage de double... La comparaison de ces quatre modèles est passionnante (voir notre vidéo à paraître), mais il n'est pas certain qu'il y aura un marché pour tout ce petit monde…

Quoi qu’il en soit : Span 360, RS Aero, Hobie T1, Bimare S 9, Nacra 15, Whisper, Nacra 20 FCS, cela nous fait sept nouveautés en voile légère. Cela faisait longtemps que l'on n’avait pas connu tel foisonnement et on s'en félicite !

 

Y a t-il quelques bateaux exceptionnels ?
CNB 76C'est le quatrième exemplaire de ce plan Briand qui est exposé à Paris. Huit ont été vendus en deux ans, ce qui est remarquable dans cette taille de voilier (23 m).Photo @ Pierre-Marie Bourguinat Même si on l'a découvert depuis maintenant deux ans au salon de Cannes, le CNB 76 mérite une mention spéciale. Avec un rendez vous toutes les demi-heures (ce qui n'est pas de trop pour faire un tour complet du propriétaire), pas sûr que tout le monde ait la chance d’admirer le plus grand bateau jamais exposé au Nautic… Mais ceux qui n'auront pu contempler que les dessous de ce yacht de 23 mètres pourront retrouver un essai complet publié dans le Voiles et Voiliers n°518.

Tout aussi déraisonnable, mais dans un autre style, les deux Runa exposés tête bêche dans le Hall 1 sont une authentique histoire de passion. Celle du regretté Yves Carcelle, ex patron de Louis Vuitton décédé cette année, qui avait confié en 2011 la restauration de ces bateaux danois au chantier du Guip. Leur nom, Runa, vient de "runes" – terme désignant les signes cabalistiques des Vikings et féminisé par leur architecte Gerhard Ronne. Inspirés des 7 m JI présents aux Jeux olympiques de Cowes et d'Ostende au début du siècle, les Runa étaient des bateaux de petite croisière. D'une élégance intemporelle, l'un gréé en yawl, l'autre en cotre, ils ont fait l'objet d'une restauration minutieuse – "reconstruction" serait sans doute plus juste (voir le Voiles et Voiliers n°486) – et sont la vitrine bien vivante de l'exceptionnel savoir-faire du chantier breton.
 

Runa 6Derrière l'objectif de Michel Le Coz ou sous les sunlight de la Porte de Versailles, ce plan Danois construit en 1927 ne manque jamais d'élégance. Photo @ Michel Le Coz www.ektas.fr

Quelles animations ?
Les travaux qui ont amputé le Hall 1 ont aussi conduit à l'augmentation de la taille de la passerelle qui abrite quelques stands et une timide exposition sur le thème "naissance d'un bateau". Plus instructive sera la visite de celle baptisée "Tabarly le visionnaire" qui fait le point sur toutes les innovations du skipper des Pen Duick. Côté digital, le Nautic organise comme l'an passé une transat virtuelle dont le départ sera donné le 5 décembre à 19h. Le parcours New-York-Lorient sur les Ultime de la Route du Rhum, avec de vraies conditions météo mais dans un fauteuil, devraient encore motiver quelques milliers de marins pantouflards et noctambules ! Plus sérieux, l'espace "e nautic" sera un lieu d'exposition et de rencontres sur le thème des changements dans le nautisme grâce au numérique. Un "start up contest ", concours de projets portés par des entreprises sera même organisé. Les huit dossiers présélectionnés seront exposés devant le public de la Scène Nautic, le vendredi 12 à 14 heures, avec trois minutes chacun pour convaincre ! Les deux meilleurs se verront offrir un stand pour le Nautic 2015. Preuve est faite que ce Nautic ne sera donc pas le dernier salon où l'on cause !

 

………..
* 15 euros pour les adultes, 8 pour les ados.