Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Traceur de cartes tactile, mode d’emploi

Nous avons testé la Navnet TZTouch de Furuno

  • Publié le : 20/03/2012 - 00:15

NAVnet TZtouch : navigation intuitiveL’écran tactile se pilote avec deux doigts, permettant de zoomer et de dézoomer. Un mode d’utilisation très intuitif et entré dans les mœurs.Photo @ D.R. Furuno

Le NAVnet TZ Touch est signé Furuno, numéro 1 de l’électronique mondiale, qui intègre un logiciel 100% Maxsea – une toute nouvelle version – dont le moteur graphique Time Zéro est reconnu pour sa qualité d’ergonomie. En complément de la présentation que nous en faisons dans le numéro d’avril de Voiles et Voiliers, voici un test réalisé à l’occasion de sa présentation mondiale, en attendant un essai sur l’eau en juin.


Écran moderne
NAVnet TZtouch : carroussel intelligentLe menu principal est un carrousel que l’on fait tourner avec le doigt. Tous les écrans successifs sont, bien entendu, paramétrables en fonction de leur utilisation.Photo @ D.R. FurunoLa TZ Touch s’appuie sur un écran tactile Multi-Touch. C’est-à-dire que l’on peut le piloter avec deux doigts – et non un seul, comme sur les autres lecteurs de cartes. En découle toute une gestuelle pour zoomer et dézoomer, mais aussi pour piloter le logiciel en 3D et pouvoir "tourner" autour du bateau. Par ailleurs, cette interface n’est pas seulement tactile puisqu’elle s’appuie aussi sur un clavier qui occupe la droite de l’appareil et autorise l’accès à toutes les fonctions. Une solution bien pratique pour une utilisation par mer formée.

Parmi les fonctions tactiles intéressantes :
- «Rotation» : avec deux doigts, changez l’orientation de la carte.
- «Swipe» : avec deux doigts, passez de la 2D à la 3D.
- «Drag» : avec deux doigts, orientez la 3D.
- «Tap» : avec deux doigts, déclenchez une fonction.

Notons que cet écran occupe pratiquement toute la surface de l’appareil : finis les entourages en plastique, la NAVnet encastrée sera du plus bel effet avec sa bordure noire sur le même plan que l’écran.

NAVnet TZtouch : connecté par EthernetLe radar se connecte sur le réseau Ethernet. Comme la cartographie il est pilotable avec deux doigts. On peut aussi pratiquer l’Overlay (superposition de l’image radar sur la carte).Photo @ D.R. Furuno

Interface innovante et rapide
NAVnet TZtouch : compatible C-Map et NavionicsLes cartes vectorielles C-Map et Navionics sont lisibles sur la NAVnet TZ Touch.Photo @ D.R. FurunoSi l’appareil se pilote du bout des doigts, il faut souligner la qualité de l’interface utilisateur vraiment simple et accessible. Voilà un appareil qui ne demandera pas de lire le mode d’emploi pendant de longues heures. S’approprier cette tablette et se promener dans ses menus se fait sans aucune appréhension, ni formation particulière. Bravo !

Quoi qu’il arrive, l’utilisateur a toujours un bouton "Home" (en haut du clavier) pour revenir au menu d’origine. S’il se trouve en situation de blocage, il lui suffit d’appuyer sur ce bouton pour revenir au point de départ. L’écran «Home» est le point d’entrée pour les menus, les listes (Routes et Marques), les marées (pour afficher la station la plus proche), le MOB…

Le «Rotokey» (bouton rotatif du clavier) permet de se déplacer dans les menus ou de zoomer. Le menu qui apparaît sous le «Rotokey» est aussi accessible en appuyant directement sur l’écran (tactile).

NAVnet TZtouch : compatible MapMediaLes cartes raster MapMedia sont lisibles sur la NAVnet TZ Touch.Photo @ D.R. Furuno

Fonctions annexes
La NAVnet TZ Touch est compatible avec les sondeurs (à condition de rajouter une boîte noire) et avec le radar via le réseau Ethernet. Ce boîtier ne comporte pas de GPS, il faudra donc utiliser celui du réseau (NMEA 183 ou 2000). L’appareil comporte aussi en façade deux logements pour les cartes SD. Ce sont sur ces cartes qu’est installée la cartographie (raster MapMedia ou vectoriel C-Map et Navionics) et qui recueilleront également les informations météo (fichiers Grib). On trouve aussi un port USB pour installer des photos ou des films.

NAVnet TZtouch : avec PhotosfusionComme sur le logiciel Time Zéro de Maxsea, la Photosfusion est disponible. Il s’agit de mixer des vues satellites terrestres avec les informations de la carte marine.Photo @ D.R. Furuno

Connexion wifi et cartographie dans les nuages
NAVnet TZtouch : utilitaire pour mouillageDans les zones à faible profondeur, la Photofusion donne un bon aperçu de la qualité des fonds marin. Utile avant de prendre un mouillage.Photo @ D.R. FurunoLa NAVnet TZ Touch possède une antenne wifi qui lui permet de se connecter (une fois au port) au réseau propriétaire Furuno – et lui seul ! Sur ce serveur, baptisé NavCenter, l’utilisateur pourra charger gratuitement la météo, mais aussi débloquer des zones de cartographie (celles-ci sont déjà chargées sur la carte SD). Dans le futur, on pourra imaginer une interface communautaire avec partage de point de sonde, partage de point de route ou mise à jour de la cartographie, comme le déplacement de bouées. Mais ces développements sont encore à l’état de projet…

 

Applications wifi
NAVnet TZtouch : compatible iPhone et iPadIntégrant un émetteur-récepteur wifi, la NANnet Touch se connecte à un réseau de ce type, mais peut aussi envoyer des information à un iPad ou un iPhone (et bientôt un appareil Androïd).Photo @ D.R. FurunoSi la connexion wifi ouvre la porte sur l’extérieur, elle autorise aussi les appareils portables à se connecter à la NAVnet. Pour l’instant, seules des applications pour l’iPhone et l’iPad sont disponibles (téléchargeables gratuitement sur l’AppStore), mais des développements pour Androïd sont prévus pour 2013.

Sur l’iPad, c’est tout simplement l’intégralité des fonctions de la NAVnet qui sont accessibles. L’iPad prend la main sur l’appareil et vous pouvez totalement le piloter à distance.

Avec l’iPhone, l’application NavNet Viewer affiche, sous forme d’écran numérique, les informations du bord (vitesse, cap, profondeur…). C’est donc un simple répétiteur des données des appareils, pas question de voir la cartographie ou le radar. On peut en revanche programmer des alarmes.

Ces deux possibilités ouvrent néanmoins la porte à une nouvelle organisation du bord. On pourra imaginer la NAVnet installée à l’arrière près du poste de barre – elle est étanche et dotée d’un écran prévu pour une lecture en plein soleil. Et grâce à la connexion wifi, on pourra suivre sa route à la table à cartes sur son iPad ou surveiller les informations du bord et se faire réveiller par une alarme dans sa cabine depuis son iPhone. Ainsi, iPad et iPhone resteront protégés dans la cabine.

NAVnet TZtouch : l"iPhone comme répétiteurSur l’iPhone, on retrouve toutes les informations du bord. Ici, les données GPS.Photo @ D.R. Furuno

Deux tailles d’écran et deux prix

NAVnet TZtouch : deux tailles d"écranLa NAVnet TZ Touch sera disponible en juin en deux tailles d’écran : 9 et 14 pouces.Photo @ D.R. FurunoLa NAVnet sera distribuée avec deux tailles d’écran : la TZT9 (9 pouces, 800 x 400 pixels, 900 candelas/m2) et la TZT14 (14 pouces, 1280 x 800 pixels, 900 candelas/m2). À noter que mis à part la taille de l’écran (et donc du boîtier), les appareils sont similaires, intégrant notamment les mêmes processeurs et la même capacité mémoire. Une solution avec écran déporté est prévue pour l’année prochaine.

Côté tarif, si les applications iPad et iPhone sont gratuites, la NAVnet TZ Touch sera vendue à 5 000 euros HT pour le 9 pouces et à 7 000 euros HT pour le 14 pouces. Des prix qui la classent directement dans la catégorie haut de gamme (en rapport d’ailleurs avec la qualité de prestation).

 


...........
BONUS

Pour vous faire une petite idée des possibilités de la NAVnet TZ Touch, voici la vidéo de présentation de celle-ci qui, si elle est promotionnelle, montre néanmoins bien les possibilités de l’appareil avec, notamment, le pilotage depuis l’iPad et les écrans iPhone disponibles.