Diaporama

32e Spi Ouest-France/Bouygues Telecom

De toutes les couleurs !

  • Publié le : 11/04/2010 - 06:11
Lancer le diaporama en plein écran
c ocirc;tier.

Côtier.

Dimanche pascal. Vent 18 noeuds et clapot. Le comité de course du rond C a concocté un parcours côtier pour les bateaux de série IRC 1 à 3. Ça change des et c'est parti pour un long bord de spi entre les îles qui ramène la flotte en baie de Quiberon dans la lumière. © D.R Didier Ravon

baston.

Baston.

La météo l'a annoncé. Le front doit toucher la baie de Quiberon samedi en début d'après-midi. Le Comité de course, sagement annule la procédure de départ, et renvoie tous les bateaux au port. Le vent va monter à 55 noeuds dans le chenal... et les équipages tester l'étanchéité des cirés ! © D.R Didier Ravon

top d eacute;part

Top départ !

C'est forcément chaud 94 monotypes au départ ! La flotte des J 80 est lancée sur une ligne parfaitement mouillée. Mieux vaut ne pas mordre et risquer un rappel individuel... voire partir en second rideau. C'est cap et vitesse, tout en surveillant les adversaires sous le vent. © D.R Didier Ravon

la classe

La classe !

Sur Atlantis, Sambron, Jaffrezic, Tinel et Guilbaud sont revenus remettre leur titre en jeu. Ces anciens de l'équipe de France de 470 et fidèles du , n'ont pas fait dans la demi-mesure. Avec cinq manches gagnées, ils ont écoeuré leurs adversaires... sans même devoir courir la dernière course ! © D.R Didier Ravon

embouteillage.

Embouteillage.

Sur le rond B à la marque au vent, on ne s'ennuie pas ! Il y a les premiers J 80 qui achèvent leur bord de près, et croisent les derniers Grand Surprise alors sous spi. C'est aussi ça toute la magie du ! © D.R Didier Ravon

heureux

Heureux !

Ils ont attaqué la journée tôt, ont trois longues manches, et rentrent enfin au port de La Trinité. Ces régatiers de l'Ecole Navale en J 80 sont aussi heureux que s'ils venaient de gagner. Et ça vaut bien ce salut chaleureux à l'hélicoptère au moment de les survoler ! © D.R Didier Ravon

suprise

Suprise !

C'est le bateau du juste milieu, un monotype abordable techniquement, sain et sympa. Bon, le niveau n'est pas forcément très homogène, mais l'important est de participer et de se régaler. Le champion incontesté se nomme Mathieu Coville. Il est le cousin du grand navigateur Thomas. © D.R Didier Ravon

bien jou eacute;

Bien joué !

Ils n'ont pas grand-chose à voir avec les plats à barbe vitrés qui promènent les touristes à Paris sur la Seine... sauf le nom ! Le X-332 s tout bleu de Jacques Amadeo a dominé la classe des IRC 4, devançant le fameux half Britanny Drizzle, l'un des plus fidèles de l'épreuve. © D.R Didier Ravon

les bombes.

Les bombes.

Avec leurs grand-voiles à corne, Open 7.50, Class 6.50, Open 5.70, sont les petits frères des protos IMOCA qui font le Vendée Globe. Forcément les départs sont carrément disputés, car ces régatiers qui sont tous issus du dériveur ou de la course au large, ne sont pas du genre à lâcher ! © D.R Didier Ravon

coup de jeune

Coup de jeune !

Pour la première année, les Open 5.70 - désormais quillards officiels du championnat de France espoir - ont été invités à former une classe au . Nerveux et amusants, ces petits plans Finot-Conq ont aussi permis à de petits jeunes de venir régater à La Trinité, avec les grands. © D.R Didier Ravon

toujours verts

Toujours verts !

Dès la création du Spi Ouest-France, en 1979, les J24 ont été les premiers monotypes à animer la course. Aujourd'hui, ils sont toujours là, bichonnés par des amateurs passionnés et fins régatiers ! © D.R Didier Ravon

a fond

A fond !

C'est au portant que les Open 7.50 sont les plus jouissifs. Et quand le vent rentre dans la baie à près de 20 noeuds, ça plane pour eux, notamment Vecteur Plus barré par Nicolas Groleau - le constructeur du monotype -, ici en tête... et une fois de plus vainqueur dans sa classe. © D.R Didier Ravon

Photo 1/ 12
Vitesse
Lecture
Lancer le diaporama en plein écran
,)) ?>