Actualité à la Hune

34e Coupe de l’America - AC72

Oracle, ETNZ, Luna Rossa, Artemis : les ailes à la loupe

Un catamaran, une aile. On aurait pu penser que les ingénieurs de la Coupe iraient à peu près tous dans la même direction. Eh bien non : les ailes d’Oracle, d’ETNZ et d’Artemis n’ont rien à voir !
  • Publié le : 29/04/2013 - 00:01

Les quatre types d’aile des AC72 de la CoupeVoici les quatre ailes conçues et réalisées par le defender (à gauche) et les trois challengers : ETNZ (avec Luna Rossa, partenaire des Kiwis, qui utilise la même), et Artemis. Pas mal de différences pour cet exercice à la fois libre et imposé ! (Cliquez pour agrandir).Plan @ François Chevalier On aurait pu penser que les équipes de techniciens et d’aérodynamiciens au service des trois gros défis pour la conquête de la Coupe de l’America – le defender Oracle et les challengers ETNZ (associés aux Italiens de Luna Rossa) et Artemis – sortiraient des projets d’aile rigide relativement semblables, surtout avec BMW-Oracle (USA-17), le vainqueur de la 33e édition, en guise de défricheur.

Or, il n’en est rien, au contraire : les choix semblent très éloignés les uns des autres. Comme quoi, la personnalité et le parcours des scientifiques les amènent à des solutions toutes personnelles – tant mieux !

> L’aile d’Oracle est un modèle dans le genre : simple, de forme douce et harmonieuse, bec de bord de fuite orientable à l’arrière du volet de bord d’attaque dont le profil est épais, grande souplesse des quatre éléments du volet de bord de fuite dont le profil est fin. La puissance ne manque pas, au point que l’équipe a peiné pour gérer le couple de rappel et les départs intempestifs dans les surventes.

L’aile de l’AC72 OracleFort de l’expérience acquise avec USA-17 (BMW-Oracle), vainqueur la 33e édition de la Coupe, les Américains ont développé une aile à la fois épurée et remarquablement travaillée – et en tout cas très puissante !Photo @ Guilain Grenier (Oracle Team USA)

> L’aile d’ETNZ est réduite à lsa plus simple expression : un bord d’attaque rectiligne, deux volets souples, celui de bord d’attaque étant plus épais que celui de bord de fuite, divisé en quatre panneaux, un centre de poussée plus bas que sur Oracle et Artemis, une légère surface supplémentaire sur le volet inférieur. Le tout assure une puissance qui a bien été gérée dès les premières sorties, avec des vols en assiette horizontale stable sur un foil.

> La première aile d’Artemis était très élaborée, tout en courbes et divisée en trois volets. Le premier volet de bord d’attaque présentait une surface importante et possédait un profil lenticulaire. Le second et le troisième volet, aux profils fins, étaient divisés en six panneaux, et rappellaient les flaps des ailes des avions longs-courriers.

> La seconde aile d’Artemis vise la simplicité : deux volets seulement, en conservant des courbes en bord d’attaque et en bord de fuite, un premier volet au bord d’attaque épais, le second très fin, pouvant se décaler par rapport au premier, divisé en six panneaux indépendants réglables.

Sur le plan de la construction, on observe aussi de nettes différences. La trame de la structure de l’aile sur Oracle est de 64 centimètres (2’-1“), de 78 centimètres (2’-6“) sur ETNZ, 1,05 mètre (3’-6“) sur Artemis I et 1,20 mètre (4’) sur Artemis II.

BMW-Oracle, le précurseurCe contre-jour met magnifiquement en valeur l’aile immense – dotée de deux volets seulement – de BMW-Oracle, le précurseur.Photo @ Gilles Martin-Raget (BMW-Oracle Racing)

De toutes ces observations, il résulte que les puissances des ailes des trois concurrents (Luna Rossa ayant la même aile que les Kiwis) ne sont certainement pas identiques et que les courbes de finesse et de portance suivant l’allure de navigation présentent des caractéristiques bien particulières pour chacune d’elles.

Reste à savoir ce qui a été priorisé : le près, le portant, les transitions, la maniabilité, la simplicité de contrôle, la rapidité capacité à se mettre en action. A suivre !

Une aile de géantPas inintéressant de comparer BMW-Oracle et le petit (!) AC72 de l’équipe américaine : le pari – si magnifiquement gagné en 2010 – a en tout cas permis aux Américains d’engranger de l’avance pour la prochaine édition. Plans @ François Chevalier ………..
http://chevaliertaglang.blogspot.fr

En complément

  1. cap sur la cup  08/04/2013 - 00:01 34e Coupe de l’America - AC72 - San Francisco Cap sur la Cup ! Tandis que les Néo-Zeds rallient San Francisco par cargo, voyons le programme de la 34e America’s Cup. La journée d’ouverture se tiendra le 4 juillet, pendant l’Independance Day. Le lendemain, tous les AC72 en lice – challengers et defender – se livreront à une course en flotte – ça promet !
  2. Mois de Février chargé en baie de San Francisco 03/03/2013 - 18:44 34e Coupe de l’America Mois de Février chargé en baie de San Francisco En Février, la baie de San Francisco a été le théâtre d'une intense activité : d'un côté les immenses AC 72 Oracle et Artemis ont donné au public un avant-goût de ce que sera la 34ème America's Cup. De l'autre, de jeunes marins venus d'horizons différents e sont entraîné à terre comme en mer en vue des sélections pour la "Red Bull Youth America's Cup" : une régate réservée aux 19-24 ans qui doivent se qualifier par équipes de 6, et qui sera courue en AC 45 du 1er au 4 septembre 2013. Juste avant la Coupe des grands...
  3. le nouvel ac72 des néo-zélandais Réservé à nos abonnés Réservé aux acheteurs du numéro Février 2013 23/01/2013 - 11:00 34e Coupe de l’America - AC72 ETNZ Infographie : voici le second AC72 des Néo-Zélandais ! Ils vont, ils courent, ils… volent, les Kiwis ! Leur deuxième AC72 – le dernier autorisé par le règlement de la 34e Coupe de l’America – vient de sortir de chantier. Décryptage en avant-première !
  4. la nouvelle aile d'oracle 07/01/2013 - 07:16 34e Coupe de l’America Exclusif : voici la nouvelle aile de l’AC72 d’Oracle ! Après son impressionnant chavirage, mi-octobre, le defender américain, réparé, devrait à nouveau naviguer en février. Voici, en avant-première, les plans de la nouvelle aile de l’AC72 d’Oracle.
  5. illustration itv peyron 19/12/2012 - 13:43 34e Coupe de l’America – Interview Loïck Peyron : «Les AC72 sont des bateaux dangereux !» A défaut d’avoir trouvé un budget pour participer à la Coupe de l’America avec Energy Team, Loïck Peyron a été recruté début octobre par le challenger Suédois d’Artemis. Une expérience unique après celle déjà acquise avec Alinghi en 2010 pour la 33e Coupe de l’America. Interview…
  6. l rsquo;atlantique en catamaran de sport 20/06/2009 - 01:00 New York-Lorient en catamaran de sport La folie des grandeurs ! Traverser l'Atlantique Nord en catamaran de sport c'est un peu comme prendre la route du Paris-Dakar avec une mobylette de 50 cm3, en principe ça ne viendrait à l'idée de personne... C'est pourtant le projet fou d'un duo de marins pas comme les autres : Benoît Lequin et Pierre-Yves Moreau s'élanceront, début juillet, de New York à Lorient en catamaran de 20 pieds !