Actualité à la Hune

America’s Cup World Series

Artemis se rassure, pas Groupama

Trois vainqueurs différents dimanche pour les trois manches du Super Sunday. La deuxième journée de régates à Chicago était particulièrement disputée, mais c’est l’équipe suédoise Artemis Racing qui remporte son deuxième Louis Vuitton America’s Cup World Series après l’étape des Bermudes fin novembre. Oracle Team USA, qui a chaviré le premier jour, et Groupama Team France, terminent aux deux dernières places. Une déception dont les Français connaissent l’origine.
  • Publié le : 13/06/2016 - 16:44

Artemis se rassure, pas GroupamaChampagne pour Nathan Outteridge et l’équipage d’Artemis qui renoue avec la victoire après deux dernières places à Oman et New York.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Mieux voler !

«Il nous faut naviguer en AC45. Ce n’est pas avec un Grand Prix et six régates de 20 minutes de temps en temps que nous allons progresser beaucoup !» Frustré, Franck Cammas l’était assurément à la fin de son week-end à Chicago. Pour la troisième fois en six étapes, Groupama Team France termine dernier d’un acte des Louis Vuitton America’s Cup World Series. Comme à Göteborg et aux Bermudes l’an dernier. Et Franck Cammas déteste perdre. Après le beau podium new-yorkais le mois dernier, tous les espoirs étaient permis. Mais les conditions différentes à Chicago ont révélé les faiblesses de l’équipage tricolore. «La plus grosse difficulté de Groupama Team France aujourd’hui est de réussir à avoir un vol stable, analyse de son côté le coach Bertrand Pacé. Nous n’y parvenons pas. A Chicago, il s’agissait de courses de vitesse pure. Dans cette configuration, il faut être rapide, régulier et maîtriser parfaitement. Outre la pratique qu’il nous manque sur ce type de bateau, il y a aussi des techniques que l’on se doit sans doute d’améliorer.» Notamment celles en manœuvre, comme le confirme Franck Cammas : «Nous voyons clairement notre manque de technique dans les phases volantes et portantes. Dans les transitions, il nous est difficile de ne pas poser les coques alors que nos concurrents sont plus réguliers.»

La mise à l’eau de son AC45 Turbo le 11 juillet prochain à Lorient devrait permettre à l’équipage français de pallier ce manque d’entraînement sur ce type de bateau puisque les équipes ne sont pas autorisées à s’entraîner sur les AC45F actuels. En attendant, Groupama Team France continuera ses navigations en GC32 à bord de Norauto Racing. Il y a deux semaines, sur le lac de Garde en Italie, Cammas et sa bande s’étaient imposés pour la première épreuve de la saison, devant un certain Nathan Outteridge, le skipper d’Artemis vainqueur à Chicago.

Artemis se rassure, pas GroupamaDifficile de rester stable en vol ce week-end pour Groupama Team France qui termine dernier à Chicago.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Artemis Racing sur courant alternatif !

A Chicago, Artemis Racing a remporté ses deuxièmes LVACWS après les Bermudes en novembre dernier. Entre les deux, l’équipe suédoise a terminé deux fois dernière à Oman et New York ! Comment expliquer une telle irrégularité ? Pour Oman, il y a certainement l’état de fatigue d’Outteridge comme première explication. A peine débarqué des championnats du monde de 49er à Clearwater en Floride, le skipper d’Artemis s’était fait une entorse à la cheville quelques jours avant les régates omanaises. Quant à New York, les conditions météo sans vent et avec 4 nœuds de courant relevaient plus de la roulette que de la régate. Par sa régularité à Chicago (2e, 2e, 1er, 4e), l’équipe Artemis Racing s’est donc rassurée sur sa capacité à renouer avec la victoire.

Américains et Kiwis tombent de haut !

Groupama Team France n’est pas la seule équipe déçue de son week-end à Chicago. Dernier de la première manche comptabilisée à cause d’un chavirage, le defender américain n’a pas trouvé les clés du lac Michigan pour remporter enfin un premier LVACWS. James Spithill avait pourtant mis un point d’honneur à New York d’ouvrir son compteur sur le sol américain. Deux occasions manquées ! Pire, à Chicago, les Américains n’ont pas réussi à remporter la moindre manche, terminant au mieux deuxièmes. Au final, Oracle Team USA échoue à une très inhabituelle cinquième place puisque c’est la première fois en six épreuves qu’il ne monte pas sur le podium !

Idem pour Emirates Team New Zealand, jusqu’à présent toujours dans les trois premiers le dimanche soir. Jamais dans les bons coups (4e, 5e, 3e, 3e), les Kiwis terminent au pied du podium sans vraiment comprendre pourquoi. Vendredi, lors de la journée d’entraînement, eux aussi avaient chaviré tout seuls. Les rafales de vent soudaines à cause des gratte-ciel tout proches et les réactions différentes des AC45 dans l’eau douce du lac, moins dense que l’eau salée habituelle, expliquent certainement ces deux chavirages de la part de deux équipes aussi expérimentées.

Artemis se rassure, pas GroupamaLa chute d’un équipier de Team New Zealand va entraîner le chavirage de l’AC45 kiwi quelques secondes plus tard...Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

SoftBank Team Japan tout proche de l’exploit

Dix jours après la confirmation officielle d’une neuvième et dernière étape au Japon des LVACWS à Fukuoka (18-20 novembre), SoftBank Team Japan aurait apprécié de faire les gros titres avec une première grande victoire. Vainqueur de deux manches sur quatre, l’équipage mené par Dean Barker (lire notre interview d’hier ici) doit finalement se contenter de la troisième place. Trop irrégulier ce week-end (1er, 3e, 6e, 1er) pour devancer Artemis et Land Rover Bar, les vainqueurs des deux autres manches complètent le podium. A noter que désormais à égalité de points avec Oracle Team USA après six étapes, les Britanniques s’emparent provisoirement de la deuxième place derrière les Kiwis.

Une grande fête populaire !

Comme à New York le mois dernier, la foule a répondu présente ce week-end à Chicago pour suivre les Louis Vuitton America’s Cup World Series. A quelques différences près ! Du soleil et pas de pluie. Du vent plutôt que du courant. Et un droit d’entrée à 39$ qui n’a pas refroidi la motivation du public de Chicago pour venir à Navy Pier suivre les régates malgré l’absence de vent le samedi. Seule la première étape à Portsmouth était également payante. Celle de Toulon (9-11 septembre) sera gratuite pour le public.

Artemis se rassure, pas GroupamaLa foule des grands jours à Navy Pier pour suivre les régates d’AC45, mais aussi un spectacle d’acrobaties aériennes et un défilé de petits catamarans d’école de voile. Photo @ Ricardo Pinto / ACEA

Classement général LVACWS – Chicago (4 manches)

1) Artemis Racing (Nathan Outteridge) – 2,2,1,4 – 61 points

2) Land Rover BAR (Ben Ainslie) – 5,1,4,2 – 58 points

3) SoftBank Team Japan (Dean Barker) – 1,3,6,1 – 56 points

4) Emirates Team New Zealand (Glenn Ashby) – 4,5,3,3 -  51 points

5) Oracle Team USA (James Spithill) – 6,4,2,5 - 49 points

6) Groupama Team France (Franck Cammas) – 3,6,5,6 -  40 points

 

Classement provisoire des Louis Vuitton America’s Cup World Series (après 6 étapes)

1) Emirates Team New Zealand – 295 points

2) Land Rover BAR – 285 points

3) Oracle Team USA – 285 points

4) Artemis Racing – 262 points

5) SoftBank Team Japan – 259 points

6) Groupama Team France – 234 points

Artemis se rassure, pas GroupamaChicago a fait de nombreux efforts pour organiser une belle fête ce week-end, à l’image de ce gratte-ciel écrivant ACWS 2016 avec les lumières des bureaux de différents étages.Photo @ Ricardo Pinto / ACEA