Actualité à la Hune

Spi Ouest-France - Destination Morbihan

Baptême de régate pour le JPK 1180

Géry Trentesaux, le skipper, et Jean-Pierre Kelbert, le constructeur, sont déjà rassurés : leur bateau marche bien, il peut gagner le Spi Ouest-France. Et ce tout nouveau JPK 1180 signé Jacques Valer devrait aussi pouvoir s’imposer dans les grandes classiques de l’IRC que l’équipage a inscrites à son programme des prochaines années. Après cette première journée de Spi Ouest-France, ils en sont sûrs… Hier à La Trinité, nous avons accueilli le skipper de Courrier recommandé à son arrivée au ponton. Il nous a livré les quelques enseignements tirés de ces deux premières manches (un parcours banane et un parcours côtier) disputées dans des conditions variées.
  • Publié le : 31/03/2018 - 06:40

Courrier RecommandéLes débuts en course du nouveau JPK 1180, signé par Jacques Valer et construit à Lorient par le chantier de Jean-Pierre Kelbert, étaient très attendus.Photo @ Loïc Madeline

Premier représentant d’une nouvelle série, le JPK 1180 Courrier recommandé est le dernier bateau commandé par Géry Trentesaux, et c’est l’un des favoris du Spi Ouest-France (une épreuve qui s’est ouverte hier vendredi et qui fête cette année son quarantième anniversaire - retrouvez quelques images d’archives ici). Avec son équipage de rêve qui inclut notamment François Lamiot (maître-voilier d’All Purpose), Jimmy Pahun, Arnaud Aubry ou encore Jean-Pierre Kelbert (le constructeur), le skipper et armateur nordiste a l’ambition raisonnable de terminer sur le podium. A près de 60 ans, le chef d’entreprise compte un grand nombre de victoires dans son sillage qui se déroule sur quelques dizaines de milliers de milles. Et il a souvent gagné le Spi Ouest-France. Hier soir à son arrivée au ponton, de sa voix douce et posée, il nous parlé des deux premières manches courues sur un bateau tout neuf qui semble déjà bien au point !

 

Voilesetvoiliers.com : Comment avez-vous marché lors du premier jour de régates ? Que donne le classement ?
Géry Trentesaux : On ne connaît pas encore les résultats [Courrier recommandé venait de s’amarrer au ponton, ndlr], on pense qu’on a dû faire deuxième à la première manche derrière Codiam [Un Grand Soleil 43, ndlr] et peut-être encore deuxième à la deuxième manche derrière L’Ange de Milon [alias Qualiconsult, un proto dessiné par Jacques Valer et Thomas Jullien et construit par Charlie Capelle, voir notre vidéo d’il y a deux ans]. Mais en fait à ce stade on s’interroge aussi sur le résultat de Paprec [le TP 52 mené par Stéphane Névé] qui a un très gros rating et qui est arrivé bien avant nous, donc c’est peut-être lui qui a gagné les deux manches. Il y a une telle différence de taille entre les plus gros de notre classe [IRC 1] et les plus petits que c’est un peu compliqué de le savoir. En tout cas ça n’a pas été une mauvaise journée, même si on aurait pu faire mieux. C’est un bon début, d’autant qu’il n’y avait pas trop de vent dans l’ensemble, or je pense que s’il y a davantage de vent demain on devrait marcher encore mieux. [En fait il s’avère que Courrier recommandé termine, en temps compensé, quatrième de la première manche et troisième de la deuxième manche, ce qui lui permet quand même de prendre la troisième place du classement général provisoire, sur 12 inscrits dans cette catégorie, derrière le TP 52 Paprec Recyclage et le proto Qualiconsult, ce qui reste un bon début !]

 

Voilesetvoiliers.com : Quelles étaient les conditions sur le plan d’eau ?
G. T. :
On est partis avec du 14-15 nœuds sur la première manche, c’était plutôt mollissant, et pour la deuxième on est partis avec du 10 nœuds, et puis ça a plutôt molli quand on était au près, donc on a terminé ces deux premiers bords de près avec 7 ou 8 nœuds, ensuite le vent est remonté, avec un peu de pluie, et on a fini la manche avec du 15-18 nœuds sous spi. C’était donc assez varié, et d’autant plus intéressant pour commencer.

 

Spi Ouest-France 2018Préparation de l'envoi de spi en haut du parcours banane. Les voiles de Courrier recommandé sont bien sûr signées All Purpose.Photo @ Jean-Marie Liot

 

Voilesetvoiliers.com : Est-ce qu’il y a des motifs de satisfaction, concernant le bateau en particulier, après cette première journée de régate ?
G. T. : Le bateau est neuf, donc on sait qu’il va y avoir un peu de mise au point à faire, sur les voiles, sur les réglages de mât qui sont très importants et qu’on ne maîtrise probablement pas encore très bien, mais pour l’instant je suis très satisfait du bateau, je pense qu’il marchera très vite dans la brise, et si on lui met un peu plus de toile au portant il sera aussi beaucoup plus rapide - pour l’instant on a choisi des spis assez petits pour gagner en rating, mais on va sans doute changer cela. Et puis là, on est en configuration grand prix, mais on souhaite ensuite le mettre en configuration course au large, avec un bout-dehors un peu plus long et des spis asymétriques. C’est un peu tôt pour savoir vraiment quelles seront les autres évolutions. En tout cas on doit encore apprendre à bien régler les deux safrans, puisqu’on a un réglage de parallélisme. De toute façon on a du temps devant nous, c’est un bateau que j’ai prévu de garder trois ans, et au programme on a une très grosse saison l’année prochaine. Je pense que c’est un bateau bien né, il est dans la lignée des autres bateaux de Jean-Pierre et du 1080 en particulier [le précédent bateau de Géry], avec quelques différences, par exemple un peu plus de volume à l’avant et aussi quelques équipements qu’on n’avait pas sur le 1080, comme le mastjack [vérin permettant de soulever ou d’abaisser le pied de mât pour modifier la tension du gréement dormant]. C’est un peu tôt pour dire s’il sera aussi bon que le 1080 mais il n’y a pas de raison qu’il soit moins bon… Sans doute qu’on va essuyer les plâtres parce qu’on a le premier exemplaire, mais on le fera évoluer pendant toute la saison.

 

Voilesetvoiliers.com : Quelles seront les épreuves de l’année prochaine ?
G. T. :
En 2019 ce sera une année de Fastnet, on fêtera malheureusement le quarantième anniversaire de l’édition meurtrière de 1979, année au cours de laquelle j’avais disputé ma première Admiral’s Cup. Et fin 2019 on a aussi prévu de courir Sydney-Hobart, et là ce sera le 75e anniversaire de la course [en 2015, sur son JPK 1080, Géry Trentesaux avait terminé deuxième de cette épreuve, après avoir remporté le Fastnet l’été précédent]. Or j’avais aussi fait le cinquantième anniversaire. Ce seront donc les deux grosses épreuves de la saison, et on aura aussi les courses du RORC, le Spi Ouest-France, et quelques championnats dans le Solent avant d’aller en Australie.

 

Spi Ouest-France 2018Après l'effort le réconfort : l'équipage de Courrier recommandé en plein debriefing, vendredi soir. On reconnaît Jean-Pierre Kelbert au premier plan à droite, et Géry Trentesaux au fond à droite.Photo @ Sébastien Mainguet

Voilesetvoiliers.com : Et sur ce Spi Ouest-France 2018, quels sont vos adversaires les plus dangereux ?
G. T. :
Il y a toujours le Grand Soleil 43 Codiam qui est très bien barré, qui a gagné plusieurs Spi Ouest-France, et qu’on a déjà battu dans le passé avec des bateaux de la même taille. Et aussi le bateau de Jacques Pelletier, Qualiconsult, qui est très bien mené, et qui est plus ou moins un sistership de Courrier recommandé bien qu’il soit un peu plus long. Il y a beaucoup de très bons bateaux, donc l’objectif pour nous c’est de faire un podium pour la première régate du bateau, mais la victoire est loin d’être acquise.

 

Voilesetvoiliers.com : Et vous avez couru combien de Spi Ouest-France ? Et vous en avez gagné combien ?
G. T. :
Eh bien je ne les ai pas comptés… J’ai dû courir mon premier en 1985, et depuis je pense que je les ai pratiquement tous faits. Et j’ai dû en gagner un peu plus d’une demi-douzaine… Chaque fois sur des bateaux différents… mais je ne les ai pas comptés non plus.